Apostasie de Vincent Tassy

Serafina dans Non classé le 29 novembre 2018, avec 1 commentaire

Avant l’été, j’étais arrivée à un moment ou je n’aimais rien de ce que je lisais. Trop de poncif, trop blasée, j’étais probablement trop difficile. Puis une copine m’a conseillé Apostasie, de Vincent Tassy que j’avais déjà dans ma bibliothèque. Je l’ai entamé le soir même et cela a dépassé mes espérances. Synopsis ?

Anthelme aime les livres. Il est jeune, et solitaire. Un peu inadapté aussi. Il s’installe dans une cabane au coeur d’un bois : La Sylve Rouge. Sa vie est rythmée par ses trajets à la bibliothèque du village où il emprunte des livres. Jusqu’au jour où il tombe sur un livre qui va le hanter et qui semble étrangement lié à l’endroit ou il habite. Et ce livre va l’amener à rencontrer le maitre de la Sylve Rouge : Aphelion.

J’aime beaucoup ce qu’écrit Vincent Tassy. J’aime aussi sa musique (puisque c’est lui derrière le groupe de musique Angellore). Je l’ai découvert avec sa nouvelle Mlle Edwarda qui m’avait fait forte impression, puis j’avais adoré son roman jeunesse Effroyable Porcelaine. Apostasie est à ma connaissance son premier roman adulte. Et autant vous le dire cela ne plaira pas a tout le monde tellement l’ambiance est particulière.

Chaque pas d’Anthelme est peuplé de mélancolie, le rythme est parfois très contemplatif, avec un niveau de vocabulaire soutenu. Je tiens d’ailleurs à saluer le style et le niveau de langage employé. Ce n’est pas tous les jours qu’un roman m’impose d’aller chercher une définition dans le dictionnaire. Et je ne dis pas cela pour me vanter, mais lisant beaucoup, ce genre de situation est assez rare.

Apostatie est aussi, et surtout, un roman très sombre, que j’ai du mettre en pause plusieurs fois car la mort y est belle . Très belle et tentante. Trop belle et tentante. Le roman ne vole pas son qualificatif de roman gothique. La peine et la fin sont belles. C’est un roman que j’ai trouvé magnifique, cependant, mieux vaut être dans une bonne disposition pour l’apprécier. Il est préférable de lire autre chose si on a des idées noires. car Anthelme vit dans un univers sombre, car la tristesse, l’envie d’en finir, la vacuité de l’existence, et tant d’autres sujets joyeux forment, quelque part, le noyau dur du livre.

Apostasie est un roman unique, une atmosphère que je peine à décrire, un adaptation très personnelle du mythe du vampire, loin de la bit-lit et des productions qu’on a pu lire ces dernières années. Le rythme étant assez peu rapide, je sais qu’il ne conviendra pas à tout le monde. Si vous aimez l’atmosphère des Hauts de Hurlevent, que vous mélangez ça à du Poppy Z. Brite – on ne vire pas dans le Splatterpunk, mais certaines scènes sont clairement gores- et que vous soupoudrez d’un peu de darkwave, vous trouverez peut être une idée de ce qu’est Apostasie.

Vous l’avez compris, je ne trouve aucun défaut à ce roman. Certains le trouveront trop long, trop alambiqué, trop contemplatif et parfois trop gore. Personnellement, je trouve que cela créé un univers absolument unique que j’ai absolument adoré. Je ne peux que vous conseiller de le lire, d’autant qu’il est depuis sorti en version poche.

Apostasie de Vincent Tassy

Apostasie de Vincent Tassy
8.3

Personnages

9/10

    Style

    10/10

      Rythme

      7/10

        Intrigue

        7/10

          Ambiance

          9/10

            Points positifs

            • - Une ambiance impressionnante
            • - Une beauté absolue
            • - Une importante mélancolie
            • - Une réinterprétation personnelle du mythe du vampire

            Points négatifs

            • - Un roman qui peut paraître lent
            • - Certaines scènes pourraient gêner les estomacs sensibles.

            Ces articles pourraient aussi vous intéresser:
            Un commentaire, donnez votre avis !
            • Vladkergan a écrit le 1 décembre 2018 à 13 h 39 min:

              Ça a été aussi un vrai coup de coeur pour moi. J’ai retrouvé dans Apostasie une sorte de cohérence avec ce que proposais les Editions de l’Oxymore durant leur (trop) courte vie. Et l’illustration de couverture ne manque pas de panache.

              C’est notamment après ce roman que nous avions décidé d’inviter Vincent Tassy au Salon du Vampire, en 2016. C’est aussi parce qu’il aime jouer avec la figure du vampire qu’il sera à nouveau de la partie en 2019.

              RépondreRépondre
            • Donnez votre avis !

              Comment avoir son avatar sur ifisDead ?