When the World Become Undone de A Pale Horse Named Death

Un air de déjà-vu au cimetière

illman dans Actualité, Critiques, Musique le 7 février 2020, avec aucun commentaire
Critiques

When the World Become Undone de A Pale Horse Named Death, APHND pour les fainéants est sorti il y a peu. Ce troisième album fait suite, après une attente bien longue, à l’excellent Lay My Soul to Waste de 2013. Le groupe mené par Sal Abruscato a pu se remettre au boulot vu que son leader a été « libéré » de ses obligations auprès de Life of Agony. Que vaut donc cet album ?

Ayant adoré leur précédente livraison, je me demandais comment APHND allait au moins pouvoir l’égaler. Déjà avec une approche un peu différente, une ambiance un peu plus lourde, des riffs un peu plus mis en avant. On renouvelle à peine la formule puisqu’il n’y a pas de raison de changer une équipe qui gagne. Le départ de la chanson éponyme avec son piano et la répétition du nom de la piste fait un peu gnan-gnan, avant de se décider à lancer enfin l’album au bout d’une minute. 

  When the World Becomes Undone de A pale horse named death

Cimetière mon amour

Attention, je ne dis pas que ce n’est pas bien, cela fait partie des éléments qui m’ont plus. Mais on restera en terrain connu. Cela reste néanmoins un album correct. Il s’écoute très bien mais n’enthousiasme pas.

C’est plutôt homogène dans l’exécution niveau piste. En effet, difficile de se trouver une piste qui sort vraiment du lot. Je serais tenté de citer Vultures qui fait le pari d’accélérer le rythme mais vu que c’était un single et que je l’avais poncé à sa sortie je ne suis pas persuadé d’être objectif. Je dirais alors We All Break Down qui a un riff lancinant et un chant assez envoûtant. Dommage qu’il y’ai un blanc de 30 secondes en début de piste. Ça casse complètement la dynamique.

  When the World Becomes Undone de A pale horse named deathEn parlant de découpage, l’album à cet égard comprends un début avec l’intro As it Begins, des interludes avec Succumbing to the Event Horizon et The Woods et une fin avec Closure. Problème, on a l’impression qu’elles ont été posées là pour tenter de donner un effet de style car elles manquent clairement de liant avec les pistes qui les précèdent et suivent. La raison ? Simplement qu’un silence de plus d’une minute les entourent. Déjà sur 13 pistes, cela veut dire qu’il n’y a que 9 chansons. Mais en plus, ces « morceaux » nuisent à mon avis à l’écoute.

Et c’est bien gênant. Car pour en revenir à la musique, le groupe n’oublie pas non plus d’où il vient, difficile de ne pas avoir des souvenirs de Type O Negative lorsque The Woods démarre. C’est une donc piste de transition en milieu d’album qui se la joue rituel en forêt, sanglots de victime inclus. Même si je trouve que l’ambiance dégagée ne correspond pas trop au ton de l’album, elle est bien réalisée.

Le couperet est tombé

J’ai vraiment envie d’aimer cet album. Mais quelque chose me fait invariablement tiquer sans réussir à vraiment mettre le doigt dessus. J’imagine mon niveau d’attente beaucoup trop haut pour l’apprécier pleinement.

Au final, When the World Become Undone de A Pale Horse Named Death est un bon album mais il peine à se hisser au niveau de son prédécesseur sorti 6 ans plus tôt. Cela m’a fait l’effet du retour de Carcass avec Surgical Steel. L’album a des sonorités très proches de son prédécesseur et laisse un goût de trop peu. L’album est évidemment disponible sur Amazon, ainsi que dans toutes les bonnes crèmeries de streaming et  je vous conseille de vous faire votre premier avis de cette manière.


Ces articles pourraient aussi vous intéresser:
  • No comments yet.
  • Donnez votre avis !

    Comment avoir son avatar sur ifisDead ?