The Cancelled Earth est une expérience musicale de Cities Last Broadcast sorti en 2009. Cette œuvre est classée en Obscure ou Dark Ambient et en Industrial Soundscapes. Nous avons ici affaire au travail du canadien Frederic Arbour pour le mixage et du suédois Pär Boström pour les enregistrements et les artworks.

The Cancelled Earth de Cities Last Broadcast

Entre le début des enregistrements et la sortie effective de la galette, dix ans se sont écoulés avec un début en 1999. Ces enregistrements du sieur Boström ont été réalisés dans des lieux comme des aéroports, des gares, des tunnels ou encore en dessous de ponts. Ça doit déjà vous donner une petite idée de l’ambiance. Tous ces sons sont nettoyés, polis pour leur donner une consistance hypnotique et certains y reconnaissent la patte du monsieur, je ne m’avancerai pas, c’est ma première expérience avec lui.

On retrouve 7 pistes sur le CD, pour une durée de quasiment 50 minutes. J’en entends déjà dire que c’est juste des bruits d’ambiance collés bout à bout et là, je m’énerverais. Car arriver au résultat que j’ai dans les oreilles en ce moment demandes un travail de longue haleine, selon les auteurs, cela a représenté un travail de 4 ans et je suis prêt à les croire. Une oreille inattentive trouvera peut être au départ que les pistes se ressemblent, je pensais un peu la même chose au début. Mais en persévérant on se rend compte que chaque piste est unique, de par son ambiance, et sur sa manière de l’atteindre.

Et l’ambiance, parlons en. Imaginez un futur proche, un futur où l’homme se serait précipité vers sa propre fin dans l’holocauste nucléaire. Vous sortez de cet abri qui a été le votre pendant l' »incident » pour contempler un monde meurtri, un monde que vous commencez à explorer. Un périple peuplé de sons étranges, une quête initiatique pour être témoin de la folie des hommes.

The Cancelled Earth de Cities Last Broadcast

Si vous avez réussi à vous l’imaginer, vous êtes prêt à mettre une bande son sur cette pensée avec The Cancelled Earth. Une impression de solitude se dégage dans cette écoute, une oppression palpable qui met mal à l’aise dans ces successions de nappes sonores. Une dépendance s’installe, l’hypnose prend, me poussant à chercher le sens qui se cache derrière, car je sentais comme une histoire dans ces recoins acoustiques, une histoire comme celle que je vous ai racontée.

The Cancelled Earth de Cities Last BroadcastRevenons en à des sujets plus terre à terre. Apparemment il n’y a eu que 1000 copies de la version packagées en chemise A5, du coup je suis un peu sur le cul d’en avoir une. Venons en donc à cette fameuse édition. On retrouve donc le CD, garni d’un artwork sympathique, inséré dans une fente de la pochette cartonné, c’est classe mais je doute de la solidité à long terme. Vient ensuite un second artwork, apocalyptique cette fois et en double page à l’intérieur de la carte. Pour le coup, c’est dommage qu’il n’y en ait que un. Dans l’ensemble, c’est de la bonne qualité, un peu plus d’épaisseur pour ce livret lui aurait permis de servir de décoration.

Un album étrange dont on ne peut pas sortir sans le besoin de se sentir rassurer par une présence familière, une expérience à écouter, à vivre. Et une très bonne découverte pour moi que vous pourrez aussi faire sur leur Myspace ou sur spotify.


Ces articles pourraient aussi vous intéresser:
2 Comments, donnez votre avis !
  • Ramya a écrit le 21 février 2011 à 8 h 05 min:

    Merci pour l’article, je ne connaissais pas et j’avoue que ça me donne très, très envie.
    En plus, c’est le genre de thème qui me touche particulièrement.
    Il est déjà sur ma wishlist CD (et trouvable sur Amazon avec ça).

    RépondreRépondre
  • Valenten a écrit le 19 décembre 2011 à 16 h 36 min:

    c’est un très bon album effectivement :)

    RépondreRépondre
  • Donnez votre avis !

    Comment avoir son avatar sur ifisDead ?