Sonisphere France 2013: Jour 2 [SonisReport13]

Livereport du Jour 1 du Sonisphere France 2013 avec Ghost, Epica et Airbourne

dabYo dans Concert, Musique le 20 juin 2013, avec aucun commentaire

Après un premier jour des plus chauds et où le soleil était au beau fixe, les métaleux se sont réveillés sous une légère pluie après de fortes averses pendant toute la nuit. C’est nuages entrecoupés de rayons de soleil qui est au programme pour cette seconde journée, même si on espère tous que ce soit l’inverse. On pourra en tout cas dire que le terrain aura fait son boulot pour cet aspect là, puisque c’est sur un sol quasiment sec et sans la moindre boue que les festivaliers vont revenir.

Sonisphere France 2013 Jour 2

Aujourd’hui c’est le jour de la grande tête d’affiche, Iron Maiden, et les festivaliers sont venus en masse pour le groupe. On ne compte pas le nombre de t-shirts à l’image du groupe et le merch est envahi pour en obtenir un de la tournée Maiden England. C’est partie pour la deuxième journée du Sonisphere France 2013.

Voodoo Six
Hacktivist
Ghost
DragonForce
Stone Sour
Epica
Megadeth
Children of Bodom
Iron Maiden
Airbourne

Voodoo Six au Sonisphere France 2013

Voodoo Six au Sonisphere France 2013

dabYo - Petits protégés de Steve Harris, les anglais de Voodoo Six se sont être avéré être une vrai bonne surprise. On est face à du Heavy assez classique, quelques touches de progressif mais rien de grave et surtout très entraînant. On n’a beau pas connaître les morceaux du groupes, les riffs sont bons et donnent le ton, on s’emballera tout de suite sur le morceau de clôture. Le groupe est à l’aise et ils rejoignent facilement la (longue) liste des groupes sympathiques à voir en festival, mais qui ne semblent pas avoir la petite étincelle qui les fera sortir du lot. Un très bon début en tout cas !

illman - Après un réveil assez humide sous la tente et une matinée à glandouiller, les hostilités se sont ouvertes avec le groupe de Hard Rock Voodoo Six qui s’est révélé être une excellente surprise sur scène (surtout comparé aux autres illustres inconnus de l’affiche). Leur morceaux sont pêchus et ils bougent bien sur scène, après on n’en attendait pas moins de la première partie de Maiden pour leur tournée européenne 2013.
Serafina - Voodoo Sixx est de ces groupes dont on n’attend rien, programmés si tôt. Et pourtant le groupe propose une prestation plus que carrée, des morceaux efficaces bien que basiques et occupent très bien la grande scène. Pas de surprise, ils ont ouvert pour Iron Maiden, on sent qu’ils ont l’expérience de la scène. Je ne me rappelle absolument pas de leurs morceaux mais ce fut un bon moment.

Hacktivist au Sonisphere France 2013

illman - La méga grosse blague du week-end, sorte de combo Rap avec un peu de guitare. Absolument sans intérêt, ils ont joué 25 mins mais j’ai eu l’impression que ça avait duré 2h. Le public ne s’y trompera pas et désertera la scène en masse avant la fin de leur set, bref… Ils auraient sans doute préféré jouer la veille où ils auraient au moins pu profiter de l’aura de Limp Bizkit et de leur public.
dabYo - Hacktivist est un groupe tendance et hype qui mêle beaucoup d’influence, Hip Hop et Rap notamment. C’est peut être ce à quoi faisait penser Korn en son temps, reste que c’est assez chian à écouter et beaucoup trop rap pour mes oreilles. Ça reste cependant dans la sphère et on peut imaginer qu’une programmation la vieille, un jour un peu moins metal classique aurait été meilleure. Les pauvres auront fini avec une trentaine de personnes devant leur scènes, tandis que plusieurs centaines faisaient la queue pour obtenir une dédicace de Children of Bodom

Ghost au Sonisphere France 2013

Ghost au Sonisphere France 2013

illman - Un des meilleurs moments du dimanche, c’est la messe, surtout si elle est noire et en l’honneur de Satan. J’avais déjà vu Ghost au Hellfest 2011 et je les avais déjà classé parmi les meilleurs concerts de cette année là. Et cette fois ci, c’est encore meilleur. Ils vont mélanger des morceaux de leurs deux albums pour leur set et ceux du dernier auquel j’ai eu un peu de mal à accrocher au début (je suis conquis maintenant) rendent superbement en live. Après il y a beaucoup de samples et on peut légitimement avoir des doutes sur des passages de la prestation, mais vu qu’on a affaire à du bon spectacle, autant ne pas se prendre la tête.
dabYo - Ghost Trooper au Sonisphere France 2013J’ai découvert Ghost en corrigeant le report qu’illman en avait fait pour le Hellfest 2011. Du Doom ? Non merci. Je n’ai du coup jamais pris la peine d’écouter le groupe, jusqu’à finir par avoir envie d’acheter leur vinyle à cause de leur superbe cover. Depuis, je suis conquis tant leur musique est superbement déstabilisante. Une messe satanique un dimanche, que demander de plus ?

J’avais un peu peur de l’accueil du public tant ce groupe est un ovni par rapport au reste de l’affiche. Mais il faut bien avouer que passer le premier choc, les retours sont plutôt bons et les métaleux se prennent au jeu des hymnes sataniques. Les morceaux de leur seconde galette sont tout simplement diaboliquement efficaces et proposent des hymnes qui donnent envie de crier ses tripes.

La présence scénique du groupe est vraiment forte, que ce soit par le pape satanique ou par ses musiciens. C’est très rythmés, une sorte de crèche vivante, dans le bon sens du terme. J’ai été étonné de la qualité du son et de la balance, on a quand même l’impression d’avoir été face à de nombreux samples et j’avoue douter des performances vocales du chanteur, bien trop fidèles aux enregistrements et dont les articulations étaient quasi inexistantes. Reste que c’était mon concert préféré de la journée !

Serafina - Je ne savais pas vraiment quoi penser de Ghost : second degré, trip assumé ou juste pur WTF. Toujours est-il que le public était là en masse et que le concert était parfaitement rodé. C’est un groupe vraiment à fond dans son trip et son concept. Les morceaux passent étonnamment bien en live, même à une heure aussi matinale.

Ghost au Sonisphere France 2013

Les samples sont biens et le son dans l’ensemble sera bon. Le Pape est évidemment le plus charismatique et au centre de l’attention. Il imite d’ailleurs parfaitement l’accent italien qui va bien. C’est définitivement un groupe à revoir la nuit sous une tente, car c’est là que leur plein potentiel pourra s’exprimer. 

DragonForce au Sonisphere France 2013

Dragonforce au Sonisphere France 2013

illman - S’il y avait un groupe que je ne pensais pas apprécier, c’est bien DragonForce. Les membres du groupe ont la super forme et font plaisir à voir tellement ils ont l’air de prendre leur pied. Le bassiste n’arrête pas de faire l’andouille sur scène et assure un sacré show à lui tout seul. Je ne suis toujours pas fan de leur musique mais je dis Yabon sur scène.

dabYo - On avait vu DragonForce au Hellfest 2009, à l’époque où on parlait encore de Guitar Hero à tous les coins de rue. Depuis pas mal d’eau à couler sous les ponts, le groupe a changé de leader… Mais pas franchement d’attitude. Qu’on aime ou pas, on ne peut pas nier que DragonForce est content d’être sur scène et va nous en mettre plein les yeux. Solos de guitares ou de clavier dans tous les sens, les musiciens sautent dans tous les sens et sont communicatifs. C’est là un peu le Sabaton de la journée en somme. Through The Fire and Flames est évidemment toujours aussi plaisante à voir.

Stone Sour au Sonisphere France 2013

dabYo - J’avais un très mauvais souvenir de Stone Sour au Hellfest 2010 et je redoutais le pire. On commence sur un sample avec une instrumentation complète, voix et batterie, et il faut avouer que c’est assez bizarre. Nouveau look pour le chanteur qui quitte son style badboy moderne pour prendre celui de badboy rocker. Ça lui donne une sorte de tête de fils à papa, avec laquelle Corey atteint les sommets du ridicule à chaque fois qu’il prenait la parole.

On comptera près des balades sur près de la moitié du set, le reste du temps le chanteur cabotine sur des trucs inintéressants et essaye de nous refourguer sa came. Bref, un groupe à midinettes ?

Stone Sour au Sonisphere France 2013

illman - Si vous aimez la musique molle, leur set était fait pour vous. Rempli de balades et de morceaux mous du genou, porté par un chanteur qui aime se faire mousser sur scène, ce n’était clairement pas ma came, d’où un retour rapide en position assise.
Serafina - Faut-il se mettre a trois pour basher sur Corey Taylor et Stone Sour ? La réponse est oui. Faire du metal easy-listenning, de jolies ballades, ce n’est pas un mal en soit. Mais vous rajoutez un frontman imbuvable malgré sa jolie voix , qui cabotine sur scène, qui pleure sur commande sur toujours les mêmes ballades, qui nous sort du léchage de bottes à base de « vous êtes les meilleurs » toutes les 5 secondes, et là, c’est la catastrophe.

Epica au Sonisphere France 2013

Simone Simons au Sonisphere France 2013

dabYo - C’est donc la deuxième fois qu’on les voit cette année, ici en version courte. Simone Simons bouge moins que d’habitude, il faut dire que sa grossesse est dans un état si avancé qu’on se demande comment elle peut être là devant nous sur scène. Mais pour quelqu’un dans son état elle se débrouille plutôt bien et, comble du spectacle, elle réussit tout de même à faire mieux que la plupart des chanteuses du metal à chanteuse. Bref, même si elle avait l’air un peu essoufflée sur les premières minutes, c’est vite revenu. Sinon se sera surtout des singles, le public est plutôt présent et répond bien au groupe.

illman - N’étant pas un grand fan du metal à chanteuse, je me suis éloigné pour me placer pour Megadeth en jetant des coups d’œil distrait à la scène d’Epica, ce n’est pas avec leur set que je changerais d’avis.
Serafina - Epica, sur scène, c’est bon, on connait, et j’ai arrêté de compter le nombre de fois où je les ai vu en live. La setlist sera composée majoritairement de singles, de classiques et des morceaux les plus populaires (Monopoly on Truth, The Obsessive Devotion). Epica est un groupe qui, à quelques problèmes de justesse de leur chanteuse exceptés, est toujours bon en live : le groupe a tellement l’habitude de la scène qu’ils l’occupent un maximum, ils ont l’air content d’être là et c’est très dynamique. On saluera évidemment la performance de Simone Simons, enceinte jusqu’aux yeux, mais qui secoue toujours ses tifs et qui chante juste. Il y a un coté un peu surréaliste à la voir aussi à l’aise avec son ventre rond. Si ça c’est pas Metal !

Epica au Sonisphere France 2013

Megadeth au Sonisphere France 2013

illman - Je n’avais pas été convaincu du tout au Hellfest 2012 et j’étais parti me coucher après 3 chansons. Là c’est une tout autre paire de manche et j’ai pris un pied monumental. J’ai beaucoup aimé les écrans pour faire un backdrop animé, cela rajoutait au visuel de l’ensemble. On aura eu droit à quelques titres du nouvel album qui vient de sortir notamment l’énormissime Super Collider qui rend super bien sur scène. Quel plaisir aussi de s’égosiller sur Symphony of Destruction, dans mon top 3 des concerts du week-end.
dabYo - Megadeth ne me disait vraiment rien, et voir des parties de touché-coulé un peu partout pendant leur prestation ne me donnait franchement pas envie.

Children of Bodom au Sonisphere France 2013

Children of Bodom au Sonisphere France 2013

illman - Bien qu’attendant Children of Bodom au tournant, je voulais être placé correctement pour Iron Maiden, ça ne m’a pas empêché de suivre le concert de loin. On ne m’avait pas menti Laiho glisse un fuck toutes les deux secondes quand il parle, c’est un poil ridicule. Niveau musical, je n’ai pas trouvé ça transcendant, même Needle 24/7 n’aura pas réussi à me capter jusqu’au bout, j’ai peut-être bien fait de camper pour Maiden.
dabYo - Laiho de Children of Bodom au Sonisphere France 2013Children of Bodom fait partie de mes premiers groupes de Metal, et Hate Crew Deathroll tient donc une place particulière dans mon cheminement musical. Du coup je restais curieux de voir la formation en concert, d’autant que j’avais gardé un souvenir très mitigé de leur prestation au Hellfest 2007 ! Ce qui remonte à pas moins de 6 ans. Finalement, le début du show s’approchant, mon impatience augmentait…

Et ce fut le drame. Le premier morceau du show est Transference, un titre issu de leur dernier album qui s’avère être  ce qu’on pourrait qualifier de daube infâme. Le son est d’une qualité affreuse, les solos de guitares sont complètement désagréables pour l’oreille et surtout, Laïho nous gratifie d’une sorte de refrain bisounours que même le Power Metal n’accepterait pas. Je découvrirai après que le problème ne vient pas vraiment du live, mais du morceau en lui même.

On enchaîne ensuite avec Needle 24/7, sans doute un des meilleurs morceaux du genre, un single en puissance. Mais voilà, c’est complètement massacré par la voix du chanteur qui est complètement essoufflé, qui manque de rythme et qui chante plus aigüe et très faux. La seule chose qu’on ne pourra leur enlever, c’est que le tempo est respecté et que le groupe joue vraiment très vite.

S’ensuit une dizaine de morceaux assez lents et clairement pathétiques, le public va d’ailleurs bien vite se lasser et les trous se font ressentir avec l’arrivée attendue d’Iron Maiden. Clou du spectacle, notre fuck leadeur va tenter de faire chanter quatre phrases compliquées et en anglais, échec cuisant. Une énorme déception.

Children of Bodom au Sonisphere France 2013

Serafina - Children ont une réputation de sales gosses. Et en fait c’est ça, ce sont toujours des adolescents. Toujours avec une nonchalance crasse, des fucks toutes les secondes et les ongles peints, Laiho est l’archétype du true rebelz. Seulement voilà, on ne peut pas dire que le show soit à la hauteur. On comprend bien sûr les limitations du genre technique ; chanter et jouer de la guitare aussi vite font que forcément c’est un peu statique sur scène. Mais voilà, il faudrait au moins que ça soit juste. Et çà ne le sera pas. Needled sera massacrée et pour le reste des morceaux j’ai eu l’impression d’écouter de la bouillie.

Iron Maiden au Sonisphere France 2013

illman - L’événement du week-end, la tournée Maiden England passait donc à Amnéville, la fameuse tournée où Iron Maiden souhaitait reproduire un peu l’ambiance de concert de fin des années 80 sur scène, setlist en tête. La sélection des titres était dantesque avec leur plus gros tubes des années 80/début 90, comme Fear of the Dark, The Number of the Beast, The Prisoner… On retrouvait aussi le discutable Seventh son of a Seven Son dont la seconde partie instrumentale a jeté un léger froid sur l’audience en milieu de set, mais en dehors de ça c’est du tout bon et du grand Maiden.

Les gars ne trahissent pas leur âge sur scène et Bruce saute dans tout les sens. Chaque chanson a son backdrop ou son animation, que ce soit des mecs déguisés qui se baladent sur des échasses ou simplement de la pyrotechnie (une première pour moi). Cela donne vie à chaque morceau et fait de cette expérience live un excellent souvenir. Iron Maiden est une valeur sûre de la scène Heavy Metal.

Par contre le terrain a largement montré ses limites face à l’affluence de gens venu voir les anglais, on se serait presque senti à l’étroit et je plains ceux qui se sont retrouvés trop loin, même si le terrain un peu en pente permettait d’avoir une vue un peu dégagée de la scène.

Iron Maiden au Sonisphere France 2013

Seuls les photographes acceptés par le groupe étaient autorisés à shooter Iron Maiden, du coup pas de photo !

dabYo - On aura pu le remarquer tout au long de la journée grâce au nombre de gens portant des t-shirt du groupe, mais le public est clairement venu en masse pour voir la tête d’affiche du jour: Iron Maiden. Et le moins qu’on puisse dire, c’est que ça change des Kiss et autres Scorpions qui en dehors d’un noyau dur n’ont quasiment aucun fan. Le Sonisphere France 2013 était aux couleurs de la formation anglaise et lui ont bien rendu en terme d’accueil.

Tout le monde est là et assiste de manière relativement enthousiaste, même lorsqu’on ne voit la scène qu’en tout petit. Le groupe enchaîne les tubes et sort notamment ses cultes The Number of the Beast et Run to the Hills dans la première heure. C’est assez étonnant dans la mesure où les groupes de cette trempe garde les morceaux connus que pour la fin… Mais il faut dire que le catalogue des anglais est tout simplement hallucinant de qualité, et contrairement à d’autres, ils n’ont pas besoin de lâcher les hits au compte goûte.

Le show n’est pas au niveau des albums sur la plupart des points, mais ils restent bien en jambe et le spectacle est au rendez-vous: la scène change à chaque morceau, des effets pyrotechnique et surtout de géantes marionnettes animées envahissent la scène. Tantôt le dieu cornu, tantôt le soldat dont il faut fuir sur les montagnes.

J’ai redouté d’être encore déçu par un vieux groupes, comme je l’avais été pour Kiss par exemple. Que nenni, Iron Maiden est encore dans la place et donne à son public, et même lorsqu’on est loin d’être un fan, on ne peut qu’être conquis.

Airbourne au Sonisphere France 2013

Joel de Airbourne au Sonisphere France 2013

illman - Du Hard Rock venu du pays des koalas qui détartre du pangolin sur une échelle. C’était ma première fois avec Airbourne et je me suis fait décapsuler les oreilles. Le show est ultra énergique même si Joel semble avoir régulièrement des problèmes techniques, ce qui pousse à des pauses entre les chansons. Je regretterais un petit Girls in Black et une petite montée aux échafaudages mais bon, la scène ne s’y prêtait pas. Selon une source secrète, Iron Maiden fait une excellente première partie pour Airbourne.

Les deux derniers concerts ont été sacrément éprouvant et ça a été une plaie de se taper toute cette marche pour retourner au camping. Néanmoins je garderais un excellent souvenir des concerts que j’ai vu et aimé, le camping me laissera aussi un souvenir impérissable mais pas dans le bon sens du terme. S’ils ont encore une affiche qui poutre l’an prochain, je pondérerais tout de même avec la distance et j’espérerais qu’ils auront changé de site.

dabYo - Airbourne au Sonisphere France 2013Airbourne vient donc clôturer ce Sonisphere France 2013 bien rempli après la tête d’affiche principale, ça peut sembler bizarre et pourtant, qu’est ce que c’était bien ! Les australiens font du Hard Rock efficace, que certains qualifient aisément de sous-AC/DC, mais dont je suis loin de me lasser.

Pour ce dernier morceau c’était complètement dans la fosse et l’ambiance était du tonnerre. Les australiens enchaînent une bonne setlist, bien qu’on pourra regretter l’absence de certains morceaux cultes et la présence d’une ou deux balades, qui viennent ralentir les choses. Le public est bien présent et tout le monde attend le groupe au tournant. Seul guitariste à se servir du géant T présent au sein du public, Joel ne nous gratifiera pas d’acrobatie spectaculaire cette fois ci. Maintenant que la légende est née, il est peut être temps de lever le pied.

Si le concert est énorme, on ne pourra que donner un carton rouge à la régie du Sonisphere qui va sans doute produire ici le son le plus pourri qu’il ne m’ait jamais été possible d’entendre. Obligé de mettre les boules Quiès, mais surtout, comble du comble, de se boucher les oreilles en plus pour éviter d’avoir les tympans complètement explosés. Les basses étaient incontrôlées et par moment, insupportable pendant 10/15 secondes. Le problème ne venant pas que de nous puisque nombreux étaient les personnes à se boucher les oreilles au même moment. Une honte.

Airbourne au Sonisphere France 2013

Serafina - Airbourne c’est juste le groupe idéal pour finir en beauté un festosh. T’as beau être crevé, l’énergie et l’efficacité des Australiens déboite tout sur son passage et il est impossible d’y résister. On ira se jeter dans la fosse, et c’est là la meilleure manière de vivre leur rock’n’roll quitte à se prendre du slammer dans la tronche. Joel porte littéralement le groupe sur ses épaules tellement il est une pile électrique. Et en plus il est de bonne humeur ce qui est toujours bon à prendre.

La setlist sera bonne malgré quelques ballades. Les morceaux du nouvel opus Black Dog Barking se fondent très bien dans le lot. Évidemment, gros point noir sur le son, les basses étant juste insupportables. J’en fait des concerts de Metal mais là j’étais obligée de mettre les boules Quies.

Joel de Airbourne au Sonisphere France 2013

C’est donc sur un concert de folie que se clôt ce troisième Sonisphere France. Cette édition 2013 aura en tout cas été une bonne occasion pour nous de se familiariser avec le festival qui, malgré quelques problématiques d’organisation, rempli largement son job: celui d’en prendre plein les oreilles lorsqu’il s’agit de se faire une cure de classiques d’Heavy Metal. A l’année prochaine ?


Ces articles pourraient aussi vous intéresser:
  • No comments yet.
  • Donnez votre avis !

    Comment avoir son avatar sur ifisDead ?