Sonisphere France 2013: Jour 1 [SonisReport13]

Livereport du Jour 1 du Sonisphere France 2013 avec Behemoth, Korn

dabYo dans Concert, Musique le 16 juin 2013, avec 1 commentaire

Après vous avoir livré notre avis sur la programmation de l’organisation du Sonisphere France 2013, il est temps de passer à ce qui nous a vraiment amené à Amneville: le son des groupes et leurs concerts. Le premier jour de cette édition 2013 s’annonçait plutôt bien il faut le dire, avec un temps chaud et aucun nuage à l’horizon. On pourrait limite parler d’un soleil écrasant et d’une furieuse envie d’aller se réfugier à l’ombre, une bière bien fraiche à la main.

Sonisphere France 2013 Jour 1

Nous n’étions pas parmi les campeurs cette fois, aussi c’est sous les coups de midi que nous nous sommes garés sur le parking du festival. Assez bien desservi, sans vrai embouteillage, on a bien du se garer en moins de 10 minutes après notre arrivée à Amneville. Si sur ce point c’était niquel, le bât blesse un peu plus lorsqu’il faut rejoindre l’espace des concerts. Il fait très chaud et la marche est longue, quand il ne faut pas carrément monter des collines. Je ne parle même pas de l’énorme détour qu’il nous faudra faire pour entrer côté presse. On ratera du coup HeadCharger qui ouvrait le festival à 13h00 sur la scène Apollo, et c’est donc avec Dagoba que nous allons commencer ces deux journées d’Heavy Metal.

HeadCharger
Dagoba
Crucified Barbara
Karnivool
Behemoth
Sabaton
Bring Me The Horizon
Amon Amarth
Mötörhead
In Flames
Slayer
Korn

Headcharger au Sonisphere France 2013

illman - Ayant fait partie des joyeux campeurs du terrain vague qui servait de camping, j’ai pu assister au concert d’ouverture du festival. Ce qui n’a pas été une mince affaire vu l’ouverture tardive des portes du festival et le beau bazar de poses de bracelets et autres contrôles. Bref comme au Hellfest 2011 tout le monde n’aura pas pu profiter de la prestation de HeadCharger. Pourtant ces bons gars bien de chez nous livre un Metal énergique et mouillent leur chemises de redneck dans la chaleur amnévillienne.

Dagoba au Sonisphere France 2013

Dagoba au Sonisphere France 2013

dabYo - C’est donc les marseillais que nous verrons en premier. Il ne s’agit, malheureusement, pas de la première fois que nous voyons le combo venu du Sud et on ne compte plus le nombre de fois où ils ont réussi à nous imposer leur musique… Hellfest 2009, Printemps de Bourges, Hellfest 2011 et maintenant Sonisphere… C’est toujours pas notre came, rien ne semble y faire.

On avait pas écouté leur dernier album, Post Mortem Nihil Est, qui vient tout juste de sortir mais ne semble pas franchement rompre avec les habitudes. Le chanteur tente toujours autant de faire participer le public, avec son accent marseillais si particulier. Bref, pas de grand souvenir il faut bien l’avouer.

illman - Absolument dispensable, le set de Dagoba sera l’occasion pour les gens de bon goût d’avoir le temps d’aller faire un tour sous les tentes de merchs. Pour citer un ami « Dagoba n’arrivera à rien tant qu’ils n’auront pas changé de chanteur » et je suis assez d’accord.

Crucified Barbara au Sonisphere France 2013

dabYo - Crucified Barbara au Sonisphere France 2013Au rang des petits groupes sympathiques qu’on est content de revoir on trouve le quatuor féminin Crucified Barbara, seul groupe à majorité féminine de tout le festival d’ailleurs. Les quatre suédoises font du Hard Rock tout ce qu’il y a de plus classique, à la Mötörhead mais avec un côté hymne rock’n’roll en plus.

Elles nous avaient plutôt convaincu au Hellfest 2011, et on était relativement positif donc. On a bien fait, il faut avouer que le groupe a pris de l’aisance sur scène et est bien plus à l’aise. Leur set est joué d’une belle manière, et cette fois les musiciennes ne vont pas faire tout leur possible pour nous prouver qu’elles ont leur place, qu’elles boivent de l’alcool, blabla. Non, elles viennent sur scène, jouent et s’éclatent avec leur musique et ce n’en est que mieux.

Par contre, on ne peut que regretter la sono, qui oscille entre le mauvais et les problèmes de Larsen très nombreux pendant toute la prestation. De quoi vous arracher les tympans en tout début de festival.

illman - dabYo a plutôt bien résumé le bouzin, on déplorera en effet les larsens très fréquents qui font très « amateurs ».

Karnivool au Sonisphere France 2013

dabYo - On va se poser pour Karnivool, un groupe dont on nous a dit du bien mais qui officie dans un genre assez éloigné de nos préférés, le Progressif. Le groupe est quasiment inconnu chez nous, mais populaire dans son pays d’origine, comme bien souvent. C’est plutôt très sympa à écouter de loin, l’atmosphère qui se dégage de la musique est forte.

Mais ce genre de musique à 15h en plein cagnard reste tout de même difficile à apprécier autrement qu’assis, et aurait sans doute bénéficié d’une tente ou de quelque chose d’un peu plus intimiste. Une très bonne découverte pour nous en tout cas.

illman - Karnivool m’a tué, je ne suis déjà pas un adepte du prog’ mais leur show n’était carrément pas ma came, largement trop mou à mon goût. Au bout de deux chansons j’ai pu aller me placer pour Behemoth.

Behemoth au Sonisphere France 2013

Behemoth au Sonisphere France 2013

dabYo - Présentés comme du metal extrême dans le guide des groupes du festival, Behemoth faisait partie des groupes que l’on attendait le plus. Et pour cause, les polonais nous avaient mis une baffe comme on en reçoit peu lors de leur passage au Motocultor 2012. Mais alors qu’ils passaient vers minuit, ici c’est sur une scène ouverte en plein après midi et sous un soleil de plomb que Nergal devait mener sa cérémonie. Un peu de doutes donc.

Après un petit délais d’attente, le groupe débarque avec de nouveaux costumes. Le leadeur a troqué son costume et attitude statique de démon pour une cape plus légère, et surtout, des mouvements. Le groupe est beaucoup plus dynamique et bouge, ce qui rend plutôt pas mal. Mais c’est peut être le bassiste et le guitariste qui sont cette fois les plus impressionnants, tant ils ont de quoi faire peur malgré l’heure.

La setlist est relativement classique, bien qu’elle soit beaucoup trop courte ce qui fera encore plus regretté les nombreux blancs entre deux morceaux. Mais la sauce prend malgré l’heure et le tout fini sur l’habituel Chant for Eschaton 2000 tout simplement grandiose. Clou du spectacle, Nergal balance sa guitare dans les airs… qui est rattrapée à la volée par un roadie caché.

Behemoth au Sonisphere France 2013

illman - Premier gros groupe de la journée, la bande de Nergal se sera fait un petit peu attendre ce qui au vu de la température était un poil pénible. Mais une fois qu’ils se sont lancés dans leur gros son avec leur costume ultra classe, c’était parti pour le rouleau compresseur. On regrettera quelques blancs entre les chansons mais rien d’autre de bien préjudiciable.
Serafina - Si le show de Behemoth m’avait bluffée au Motocultor 2012 c’était sur un tout autre plan. On était dans un set ultra statique, bien que très imposant, Nergal n’était vraiment pas du genre super expressif. Alors autant dire que leur prestation au Soniphere a été surprenante : le groupe est très dynamique, Nergal bouge beaucoup. Est-ce du à l’heure ? Est-ce juste que Nergal a repris du poil de la bête depuis son opération médicale ? Je ne sais pas mais ils confirment encore une fois leur statut de tuerie.

Sabaton au Sonisphere France 2013

Sabaton au Sonisphere France 2013

illman - Je ne voulais pas aller voir Sabaton au début, je n’aime pas trop leurs prestations en CD. Quelle erreur j’aurai fait si je les avais loupés ! Parce que ces mecs assurent en live, le Power Metal ça donne la banane et le chanteur est un excellent frontman, quoique l’on puisse penser de leur musique. Un show de qualité donc où l’enthousiasme des musiciens faisait plaisir à voir et donnait la pêche.

dabYo - Il n’y a pas que Dagoba qui continue de se trouver sur notre passage, il y a aussi Sabaton ! On a vu le groupe a ses tout débuts, un groupe qui monte peu et à peu et on comprend pourquoi: leur prestation scénique est vraiment excellente ! Alors on pourra se demander pourquoi ils ont gardé une si longue intro –The Final Countdown– alors que leur show est très court, mais le public leur pardonnera vite tant le chanteur est enthousiaste et communicatif. Bref, c’est efficace comme d’habitude.
Serafina - Qu’on aime ou pas Sabaton, on ne peut pas leur nier leurs qualités scéniques indéniables. Le groupe est à l’aise sur scène, leur chanteur en fait toujours des tonnes, a toujours les mêmes Ray-Ban, mais qu’importe, ça marche toujours. Sabaton, c’est un concentré de bonne humeur sur fond de Power Metal guerrier. Avec eux on passe à coup sur un bon moment. N’empêche que c’est la deuxième fois que je les voyais en moins d’un an, du coup, je suis allée me reposer.

Sabaton au Sonisphere France 2013

Bring Me The Horizon au Sonisphere France 2013

dabYo - Il y a des groupes pour lesquels on se demande la raison d’une incontestable popularité. Bring me the Horizon en fait partie. On aura pas pris la peine de se joindre à la débauche de sonorités désagréable, se contentant d’entre le chanteur crier ses Jump! Jump! Jump!. Très Core et pas franchement intéressant, les gens se sont quand même déplacés en masse pour voir ces anglais. Intro atmosphériques, voix aiguë roque et agressive. Ça nous dépasse.
illman - J’ai fait le show assis pour ceux là, j’ai un peu de mal à comprendre l’engouement. D’abord pour le genre, et ensuite pour ce groupe en particulier. Le chanteur ressemble à un ado énervé et attardé auquel on aurait confisqué son iPhone et il serait sans doute préférable qu’il s’abstienne de prendre la parole entre les chansons… Écouté d’une oreille distraite, le show ne valait sans doute pas la peine de me lever pour prendre une photo.

Amon Amarth au Sonisphere France 2013

Amon Amarth au Sonisphere France 2013

illman - Comme les bons vikings qu’ils sont Amon Amarth est venu en drakkar et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’ils tabassent sur scène et que la rapine a du être fructueuse. Johan Hegg est juste énorme sur scène et leur musique commencera à faire headbanger le petit peuple. Dommage pour moi j’étais un peu loin et j’ai filé pendant la dernière chanson pour me placer sur Mötörhead.
Serafina - Ces dernières années, ce ne sont pas les occasions qui manquaient pour voir Amon Amarth, mais voilà, depuis qu’on s’est fait éjecter de la Rock Hard au Hellfest 2009 on ne les avait jamais revus. Concours de circonstances. Du coup, j’avais hâte. La scénographie donne le ton : il y a du drakkar au menu. Le groupe s’avère à la hauteur des espérances : très à l’aise sur scène, une musique plus qu’efficace, du headbang en veux-tu en voilà, Amon c’est effectivement une valeur sûre, et je regrette de ne pas mieux connaître leur discographie (qui n’est pas sur Spotify malheureusement).
dabYo - Amon Amarth au Sonisphere France 2013J’ai beau beaucoup aimer le Viking Metal, je n’avais jamais écouté son groupe le plus emblématique. Amon Amarth n’est pas sur Spotify, et je n’écoute plus que par ce moyen là quasiment. Le groupe ne me faisant pas spécialement envie non plus, il faut le dire. J’ai eu tord.

Arrivant sur une superbe scène décorée par un énorme drakkar, les suédois vont mettre le feu au Sonisphere France en quelques morceaux. Je n’en connais aucun et pourtant je n’ai franchement pas de mal à rentrer dans le show, le clou étant leur dernier morceau qui est tout bonnement une tuerie, même lorsqu’on ne le connaît pas. Le leadeur, très charismatique, est enthousiaste et partage son bonheur d’être là. Bref, un excellent show, qui aurait pu bénéficier d’être de nuit.

Motörhead au Sonisphere France 2013

illman - Enfin, j’ai pu voir Mötörhead en concert, depuis le temps que j’attendais ça. Après je mettrais quand même quelques bémols sur la prestation, déjà la prestation était une bouillie sonore sans filtre. Sur le trajet pour aller au Sonisphere, j’ai écouté le live The World is Ours et, comment dire… C’est exactement pareil, ce que j’ai pu écouter venant de leur scène était strictement identique, même les petites phrases entre les chansons sont quasi les mêmes. Je savais qu’ils étaient plutôt statiques sur scène mais là ça manque même de spontanéité. Sinon le show était dément et j’ai pris mon pied.

Motorhead au Sonisphere France 2013

Serafina - Malheureusement, Mötörhead confirme ce qu’on craignait : le live est quasiment le même que celui vu au Hellfest 2010. Mötörhead reste un bon groupe, mais voilà, je ne suis pas sûre que ça vaille vraiment le coup de les voir plusieurs fois tellement le show est le même. On aura eu droit aux mêmes répliques, aux mêmes positions ultra statique. Encore, si le groupe ne parlait pas et enchaînait les morceaux, pourquoi pas. Mais on s’est même tapé un solo moisi ! Enfin, Ace of Spades reste une tuerie.

In Flames au Sonisphere France 2013

In Flames au Sonisphere France 2013

illman - Lorsque j’ai commencé à écouter du Metal, In Flames a fait partie des premiers groupes à atteindre mes oreilles et à l’époque j’adorais ça. Le temps aura fini d’effriter mon intérêt pour le groupe que j’ai trouvé en petite forme. Notamment Anders Fridén qui n’aura finalement réussi à capter mon intérêt que pour mes veilles chansons préférées comme Cloud Connected.

dabYo - On m’a toujours parlé de ce groupe comme génial et je connais quelques ultra-fans, mais force est de constater que leur dernier album ressemble plus à du Trivium qu’autre chose. Et dieu sait combien je trouve ce groupe plat et sans intérêt. C’est donc d’une oreille distraite que j’ai suivi le show.

Slayer au Sonisphere France 2013

Hommage-Jeff-Hanneman-Slayer-Sonisphere-France-2013

illman - Premier membre du Big Four que je peux voir sur scène, un événement pour moi donc. J’avais lu un article quelque part qui soutenait que la musique de Slayer réveillait des bas instincts humains, vu les gros mosh pits et autres pogos qui ont éclaté dès leurs premières notes, je veux bien le croire. Le show était un vrai régal pour les fans et des tueries comme Raining Blood ou Angel of Death ont fait grimper le taux de testostérone de la fosse à des niveaux pharaoniques. J’ai trouvé l’hommage à Jeff Hanneman d’assez mauvais goût mais ce n’est que mon avis.

J’ai fini ma journée sur leur prestation. Je n’ai pas voulu m’attarder pour Korn ayant peur de me bouffer du dubstep, crainte qui se révélera infondé, too bad for me. Je ferais l’impasse sur Limp Biscuit, les héros de l’apéro dont je n’arrive pas non plus à capter l’intérêt.

dabYo - Mis à part les deux morceaux su-cités, je dois avouer que je ne connais pas franchement le groupe et qu’il ne m’intéresse pas vraiment. Par contre, je trouvais l’hommage génial et très rock’n’roll.

Korn au Sonisphere France 2013

Korn au Sonisphere France 2013

Serafina - Comme beaucoup, j’ai beaucoup écouté Korn, plus jeune. Et j’en avais une opinion mitigée, si j’aimais les morceaux (du best-of tout du moins) le groupe avait une telle réputation de connards, surtout après leur non-passage au Hellfest 2007 que j’avais pas forcément envie de les voir. Et puis cette année, les voilà programmés au Hellfest puis au Soniphere. L’eau a coulé sous les ponts, et après tout pourquoi pas. Je n’en attendais pas forcément grand chose, même si faut l’avouer, les cymbales si caractéristiques de l’ouverture de Blind m’ont fait très plaisir. Et puis le show commence, et je dois dire que je ne m’attendais pas à ce que ça soit aussi bien.

Fieldy de Korn au Sonisphere France 2013Le groupe est vraiment très bon, que cela soit musicalement ou scéniquement. Le bassiste, Fieldy est impressionnant de nonchalance et sa basse semble limite faire partie de lui. Head, le guitariste, est bien flippant. Et que dire de Davis? Si vocalement sa performance est impressionnante, passant sans mal des murmures aux hurlements aussi bien qu’en CD, il est totalement habité et semble vraiment exorciser ses démons sur scène. Charismatique, en forme et totalement dans son monde il m’a fait une sacré impression.

La setlist sera du fan-service : on ne verra que deux morceaux de Path of Totality, leur opus dubstep (Narcissistic Cannibal et Get Up! avec sa cornemuse), et ce n’est pas plus mal. C’est clairement ceux que j’ai le moins apprécié, même si ça passe moins mal que prévu. Mais pour le reste, on est dans les grands jours du groupe, avec que des classiques. Le concert finira avec un magnifique Freak on a Leash. C’était donc une excellente surprise, et c’est sûr, j’irais les revoir au Hellfest 2013 !

dabYo - Je ne me rappelle plus de la dernière période où Korn faisait encore partie des disques que j’écoutais de temps à autre, mais elle doit remonter à bien longtemps. Tant et si bien que je pensais naïvement que je ne reconnaîtrais aucun morceau. Que nenni, et les rares morceaux qui m’étaient inconnus sont très bien passés, tant le concert était réussi.

Leader charismatique, musiciens complètement absorbés par leur musique… Ce n’était clairement pas le groupe que j’attendais le plus sur ce premier jour du Sonisphere France 2013 et pourtant, c’est bien le show qui m’aura le plus convaincu. Tout bonnement magique. Et j’irai les revoir avec plaisir.

Jonathan Davis de Korn au Sonisphere France 2013

C’est ainsi que s’est clôturé pour nous la première journée du Sonisphere France 2013, personne n’ayant eu le courage de s’infliger les morceaux de Limp Bizkit, surtout pas après le magnifique show de Korn. La journée a eu un soleil au beau fixe et il faut avouer que c’était des plus agréables. Les prévisions météo étaient plus inquiétante pour la deuxième journée, mais ça, c’est pour le prochain article. Petit tour au merch, puis on quitte les lieux du festival avec une très longue marche de nuit.


Ces articles pourraient aussi vous intéresser:
Un commentaire, donnez votre avis !
  • ALEX a écrit le 7 juillet 2013 à 4 h 07 min:

    hello moi j’aime leure concaire de korn il son super je l’ai vue sur youtube et j’ai kiffè en plus j’aime jonathan davis il l’est tro génial a love you jd ;) vive korn

    RépondreRépondre
  • Donnez votre avis !

    Comment avoir son avatar sur ifisDead ?