Napalm Death, tournée Utilitarian, au Chato’do de Blois

Concert Napalm Death + KadavriK le 4 avril 2012

Serafina dans Concert, Musique le 11 avril 2012, avec 1 commentaire

Napalm Death ce n’est pas une tête d’affiche qui m’aurait fait me déplacer à un concert normalement. Mais voilà, ils passaient à Blois, et les concerts de Metal dans ma ville sont si rares que je n’en loupe aucun, par curiosité et aussi pour encourager les associations qui se démènent pour nous en proposer en Loir et Cher. En l’occurrence, l’asso Mars qui organise régulièrement des concerts au Chato’do, petite salle sympathique où l’on alterne musique extrême et pop. Au programme donc, KadavriK pour la première partie puis les coreux de Napalm Death.

Napalm Death + KadavriK au Chatodo de Blois

KadavriK a donc le dur rôle d’ouvrir pour Napalm Death, et malheureusement pour les allemands, ils joueront devant une salle quasiment vide. Il faut dire qu’en plus de n’être pas connus, leur style ne colle pas réellement au groupe de Grindcore, malgré leur récent retournement Death. KadavriK évolue dans un univers qu’on qualifiera de Blackened Death Metal Melodic. Oui, rien que ça. Un tempo assez lent, des grunts et quelques shrieks, un clavier. Autant dire que pour un public venu voir majoritairement du Grindcore, c’est pas l’extase.

KadavriK au Chatodo de Blois

KadavriK

Moi par contre, j’aime bien. Leur chanteur est plutôt sympathique, et parle bien avec le public, les bassistes et guitaristes bougent bien et sont dynamiques, le claviériste et le batteur eux resteront en retrait. Leurs morceaux sont plutôt bons, efficaces, sans être transcendants, mais c’est un bon groupe. J’ai particulièrement apprécié les claviers bien amenés, et bien utilisés, sans tomber dans le too much.

Mais enfin, c’est Napalm Death que le public est venu voir, et la salle ne se remplit réellement qu’à l’arrivée du groupe anglais sur la scène. Et on comprend rapidement pourquoi le terme Grindcore a été inventé pour eux. Car c’est du pur grindcore qui s’avance : tempo ultra rapide, morceaux brutaux et directs, aux vocaux gruntés et agrémentés de cris du guitariste, dissonances nombreuses et rage sous-jacente.

En CD ce n’est pas du tout un genre que j’apprécie, mais sur scène c’est autre chose car la rage et l’énergie dégagée par les morceaux est plus que communicative et ultra efficace. Napalm Death tabasse littéralement tout sur son passage et ce n’est pas le public particulièrement énervé qui me contredira : moshpits et walls of death seront au programme, sans que le chanteur ou l’un des musiciens ait même à le demander. Une première je pense pour la petite salle du Chato’do.

Dès le départ, le jeu de scène si particulier de Mark « Barney » Greenway surprend, il est totalement habité, ne tenant pas en place une seule seconde, tournant sur lui même, haranguant le public captivé. Bref, ça c’est du frontman, et ces gestuelles saccadées ne sont pas sans rappeler d’autres frontmans, Ian Curtis en tête. Et lorsqu’il s’arrête, entre deux morceaux, c’est pour nous parler calmement des significations des morceaux, avec son accent anglais très élégant, le pourquoi du comment, leur histoire parfois. Que de contraste.

Napalm Death au Chatodo de Blois

Évidemment, c’est du Grindcore, la setlist comprend donc un bon paquet de morceaux, ne dépassant que rarement les 2 minutes, généralement pour des morceaux issus de leurs derniers albums plus Death. Le tout est sans le moindre repos, sans ballade ou autre truc niais. Non, Napalm Death, c’est 100% d’énergie et de déchainement. Et pour un groupe qui accuse près de 30 ans d’existence, c’est encore plus admirable.

Je sais que des trois rédacteurs à avoir assisté à ce concert, dabYo et illman étaient aussi de la partie, je suis la seule à avoir apprécié. Ce n’est donc pas quelque chose de facile d’accès, mais c’est un style de musique que je vous conseille de voir en live au moins une fois. Il faut croire que bien que je sois du coté Black du Metal, le Grindcore ne soit pas si loin de moi.

 


Ces articles pourraient aussi vous intéresser:
Un commentaire, donnez votre avis !
  • illman a écrit le 1 mai 2012 à 10 h 25 min:

    Je dirais pas que j’ai pas apprécié, en sortant de la salle, j’étais assez perplexe et je savais pas trop quoi penser. Autant j’ai beaucoup aimé Kadavrik, autant j’ai un peu de mal avec Napalm, mais c’est le genre qui veut ça. Mais avec du recul c’était pas mal, fallait juste que je process l’information.

    RépondreRépondre
  • Donnez votre avis !

    Comment avoir son avatar sur ifisDead ?