Motocultor Festival 2012: Jour 2 [MotocultorReport12]

Live report des concerts de Noctem, Napalm Death, et Septic Flesh au Motocultor 2012

dabYo dans Concert, Musique le 8 septembre 2012, avec aucun commentaire

Cette journée de Samedi à commencé à l’heure, mais au vu de l’affiche, nous avons choisi d’arriver un peu plus tard, Direwolves et Sublime Cadaveric Decomposition n’étant pas réellement notre tasse de thé. La journée s’annonce chaude, la plus chaude du fest. L’absence de point d’eau et d’ombre restent pénalisants. Si on omet Septic Flesh, c’est une des journées les moins chargées pour nous et donc aussi celle où nous nous apprêtons à rester le plus souvent assis, à l’ombre, si possible.

Motocultor Festival 2012 Jour 2

D’une manière générale, on sent que les gens sont là depuis plus longtemps et on ne déplore plus autant de file d’attente. Le festival semble s’être ouvert à l’heure cette fois, et pas de changements au programme.

Peter Pan Speedrock

Notre premier concert n’est autre que Peter Pan Speedrock, qui joue du Speed Rock comme le nom l’indique. Le trio hollandais  propose une musique assez accessible, rythmée, qui n’est pas sans faire penser à du Deep Purple sur certains titres mais en plus brut. La ressemblance avec Highway Star est tellement frappante sur un titre qu’on se demandait si c’était un plagiat, une cover ratée, ou un simple hommage.

Scéniquement, c’est dynamique, le groupe a la pêche, et la réception du public est plutôt bonne, notamment grâce à des titres au refrain facilement mémorisables, We want blood notamment.

Sans être forcément transcendant d’originalité, c’est un concert bien sympathique pour débuter la journée.

BlockHeads

Nous passons notre chemin pendant No Return, et allons voir BlockHeads sans trop savoir ce que c’est. Mais avec leurs morceaux consistants en une débauche de violence sur 1 minute 30, avec des vocaux gueulés totalement incompréhensibles, on comprend rapidement qu’on est face à du Grindcore. Le genre n’est vraiment pas notre tasse de thé, encore moins en plein cagnard à 15h, mais il faut avouer que la prestation scénique est de qualité, le groupe déborde d’énergie, leur chanteur saute dans tous les sens et le guitariste n’est pas en reste.

Blockheads au Motocultor 2012

War Machine

Vu que les espagnols de Noctem sont coincés dans les embouteillages de départ/retour de vacances, War Machine prend leur place et commence son set un peu plus tôt sur la Supositor.

War Machine au Motocultor 2012Sympathiques sur Spotify, le groupe français nous a plus que surpris avec son Heavy certes assez classique mais carrément bon, quasiment dans une tradition Motorhead qui ne pouvait que nous plaire. C’est un peu plus pêchu, mais les thèmes des chansons sont de la même trempe et l’ambiance aussi.

Très actifs sur scène, les français ont très vite conquis le public avec son plaisir communicatif d’être là avec nous, et leur humour mi-graveleux, mi-bisounours. Bref, très sympathiques, les musiciens nous ont carrément convaincu et je regrette de ne pas avoir pu me procurer leur CD.

Un concert très entrainant et facile d’accès, même sans connaître. Une très bonne surprise, assurément.

Noctem

Les américains de Crowbar ne nous ayant pas convaincu, la journée continue réellement avec Noctem qui peut enfin monter sur scène pour nous servir du Black Metal tout droit venu d’Espagne. Enfin, après nous avoir assené une introduction symphonique d’un plutôt bon niveau, qui il faut l’avouer met bien dans l’ambiance.

Noctem au Motocultor 2012

Et pour cela, le groupe a beaucoup travaillé et propose notamment corpse paint et déguisements aux inspirations religieuse. Mais voilà, le problème c’est que le tout fait plus cliché d’adolescents mal dans leur peau que vrai groupe de Black Metal. La gestuelle est trop stéréotypée, pas assez vivante, notre chanteur s’asperge de ketchup assez kitch, et fini par balancer une petite bible imprimée typée église au public. Ce dernier s’empressant bien entendu de la brûler. C’est provoc, mais un peu trop cliché pour vraiment prendre.

Bref, en soit, les compositions ne sont pas mauvaises mais le tout est bien trop déjà-vu pour nous conquérir. Et puis bon, un blackeux qui fait que nous crier à quel point il nous aime, qu’il nous remercie trop d’être là, mouais. C’est pas très trve tout ça !

Napalm Death

Napalm Death au Motocultor 2012Vus en tournée à Blois en début d’année, présents au Hellfest 2012, les anglais de Napalm Death ont fait banco cette année et il fallait vraiment le vouloir pour les rater. Vétérans du genre, ils sont cependant toujours aussi efficaces et leur Grindcore est toujours aussi explosif et agressif. Alors certes, ils virent au Death, mais vu qu’ils refont de nombreux morceaux de leurs anciens albums, il faut vraiment le savoir.

Leur bassiste étant malheureusement hospitalisé pour des raisons de santé, il a été remplacé au pied levé, mais on doit avouer ne pas avoir vu de différence. Seul bémol, un incident technique lors de leur cover de Nazi Punks Fuck Off de Dead Kennedys qui les forcera à recommencer le morceau. Peut être est-ce un signe, car il serait temps que Napalm Death fasse sa propre chanson anti-nazi…

Municipal Waste

On continue avec le Crossover Thrash Metal des Municipal Waste. C’est sympa au début, pendant deux ou trois morceaux, puis on s’aperçoit bien vite que ce n’est franchement pas notre trip. Limite l’impression que c’est toujours la même chose.

Municipal Waste au Motocultor 2012

C’est clair que le chanteur est plus que dynamique, et le tout n’est pas sans nous faire penser à un mix de Steel Panther avec du Thrash. Bref, après quelques morceaux on ira se poser.

Your Demise

La série des groupes qui ne nous plaisent pas et que nous devons voir pour rester jusqu’à Septic Flesh commence avec Your Demise, un mix entre le Hardcore et le Punk. Bref, certainement pas ce qui nous intéresse aujourd’hui, bien qu’on ne peut que leur reconnaître l’énergie et le dynamisme qu’ils déploient sur scène. Le tout avec un look qui fait certainement plus penser à du Rap qu’à du Metal.

Dark Tranquility et Coroner

Coroner au Motocultor 2012Au rang des groupes cultes et que l’on n’arrive toujours pas à apprécier après des années, on va pouvoir ranger Dark Tranquility et Coroner. Les têtes d’affiche de cette journée qui nous ont toujours laissés froids, sans trop savoir pourquoi. Le Death Melodic de l’un ne nous intéresse pas, le Thrash très technique de l’autre n’en parlons même pas.

Les deux sont passés au Hellfest à plusieurs reprises, où nous les avions ignoré, ce que nous avons réitéré ici. Sans parler bien entendu du côté statique du show de Coroner, et de la musique soporifique de Dark Tranquility. Mais nous ne le ferons pas.

Septic Flesh

Il est une heure du matin et le public est présent en masse devant la Supositor Stage pour accueillir les grecs de Septic Flesh. Le groupe et son mélange des genres, un peu de Black, du Death et surtout beaucoup de Symphonique, ne nous est pas étranger puisque nous les avons vu au Printemps de Bourges l’année dernière. Sauf que l’année dernière, j’avais à peine jeté une oreille à leur dernier opus, The Great Mass, et que depuis je le connais par cœur.

Septic Flesh au Motocultor 2012

Pas de micro imposant cette fois, Seth Siro Anton grunte devant un simple micro, ce qui du coup va éviter de lui donner l’impression d’avoir à y rester pour chanter, complètement statique. Et ça change tout ! Ultra charismatique, super expressif, le leader de la formation nous a offert une prestation digne des plus grands. La foule est plus que conquise, et grâce à ses sonorités presque militaires, le grec dirige la foule au doigt et à l’œil. Le public hurle à sa demande, monte les cornes à sa demande, headbang à sa demande. Bref, tout ne faisait qu’un et le concert tenait plus de la cérémonie fanatique qu’autre chose.

Seth Siro Anton de Septic Flesh au Motocultor 2012La setlist comporte neuf titres, qui vont s’enchaîner à la perfection et rencontrer l’adhésion du public. Certains seront déçus du choix, puisqu’une fois de plus le groupe décide d’omettre toute une partie de sa discographie, celle datant d’avant leur reformation. Seuls The Great Mass et Communion auront donc le privilège d’être joués, désormais considérés par le groupe comme leurs seuls réels albums. Au titre des albums, on comprend mieux pourquoi la sensation de grande messe est si forte.

Alors certes, tout n’est pas parfait. Il est toujours dommage de voir que Sotiris Vayenas n’est pas là pour assurer le chant clair, remplacé par des samples. Symphonique oblige, la qualité sonore n’est pas au niveau des enregistrements et c’est forcément moins bien que sur CD. Beaucoup de samples, des variations dans les sonorités passent à la trappe, etc. Les puristes seront forcément déçus à ce niveau.

On pourra aussi regretter que le groupe s’évertue à organiser un wall of death sur sa chanson la moins dynamique, cassant du même coup l’ambiance et la puissance de la prestation. Comme si d’un coup on se souvenait que le maître de cérémonie n’était qu’un humain.

Mais voilà, la prestation est tellement puissante, tellement prenante, si proche de la transe, qu’il est difficile de leur reprocher. Septic Flesh avec cette prestation est clairement entré dans notre panthéon des formations à voir en live.

Christos de Septic Flesh au Motocultor 2012

Et c’est complètement conquis par leur show que nous avons terminé cette deuxième journée. Seule vraie frustration, l’absence de merch’ pour Septic Flesh, qui nous empêchera de nous procurer leur album Communion. Ce n’est que partie remise.


Ces articles pourraient aussi vous intéresser:
  • Pas encore de commentaire.
  • Donnez votre avis !

    Comment avoir son avatar sur ifisDead ?