Helvetios de Eluveitie

Serafina dans Critiques, Musique le 14 février 2012, avec aucun commentaire
Critiques

Parmi les quelques disputes courantes à la rédaction, on retrouve le débat quel est le meilleur groupe de Pagan, Pagan faisant ici office de genre fourretout, allant de Finntroll à Eluveitie, en passant par Korpiklaani mais sans y inclure le Black Metal. Bref, votre servante est une fervente admiratrice de Finntroll alors que dabYo penche plus sur Eluveitie, notamment depuis leur album de 2008, Everything remains (as it never was). Ce n’est donc pas forcément avec un apriori de fangrill que j’ai débuté l’écoute de Helvetios, le nouvel opus de la formation helvète.

Helvetios de Eluveitie Promo

Ce sixième album, si l’on compte leur album acoustique qui est assez particulier, est aussi leur premier concept-album. Il parle de la Guerre des Gaules, ou du moins de moments choisis de la Guerre des Gaules. Je suppose que c’est en partie pour servir leur histoire, mais en tout cas la plupart des morceaux de ce nouvel album sont chantés en anglais, alors que les précédents étaient souvent en ancien helvète. Si ce choix a ses avantages, notamment car plus aisé à comprendre et international, il perd quand même un peu du charme d’Eluveitie… Ce n’est pas forcément une surprise, puisque le tournant était déjà largement entamé dans le précédent album.

Le coté concept-album s’illustre aussi par trois morceaux parlés : PrologueTullianum et Epilogue, ce qui explique en partie le nombre assez impressionnant de pistes au compteur, 17. Ce à quoi il faut ajouter une piste de 2 minutes totalement instrumentale, Hope. De ce fait, contrairement à ce qu’on pouvait redouter au nombre de pistes, Helvetios n’est pas trop long. Car bien que j’aime les longs albums, force est de constater que souvent les opus longs contiennent une ou deux pistes superflues. Ce n’est ici pas le cas.

Eluveitie Hellfest 2010

Chrigel Glanzmann au Hellfest 2010

La production m’est apparue de bien meilleur niveau que celle des précédents. Les instruments traditionnels ressortent mieux sans pour autant éclipser les guitares. Le mix est vraiment bien fait. Et c’est un plaisir d’écouter les deux morceaux « acoustiques » de l’album que sont Hope, et le chant traditionnel et très étonnant de Scorched Earth, qui propose une complainte en helvète, quasiment a capella avec une très forte émotion.

Vocalement parlant, la voix grave de Chrigel sonne très bien, comme toujours, mais la surprise vient d’Anna, qui devient officiellement deuxième chanteuse avec ce disque. La progression depuis les précédents opus est impressionnante, et elle est capable de tenir sans faille des morceaux comme A Rose for Epona, évoquant la déesse gauloise des chevaux (avant de devenir destrier de Link dans Zelda). Ce morceau est d’ailleurs totalement ovni, vu que pas vraiment Metal, et avec la jolie vielliste seule au chant. Le choix de le sortir comme single peut sembler un peu étrange mais nul doute que cela saura amener un nouveau public. Ceci dit, Anna ne sait pas que faire de jolies vocalises, elle sait aussi gueuler et son chant écorché est régulièrement mis en avant, notamment sur The Siege. J’avoue être un peu perplexe sur le duo de grunt/scream mais il est clair que cela apporte de la nouveauté, et même une surprise lorsqu’on est habitué du groupe.

Je dois l’avouer, cet opus risque de mettre définitivement fin à la dispute qui nous oppose à la rédac’. Je n’attendais rien de Helvetios, n’ayant pas apprécié plus que cela les deux singles. J’ai apprécié le prologue. Et puis vint Helvetios, la piste éponyme. La claque. Celle qu’Eluveitie ne m’avait jamais donnée. Le prologue embraye sur une intro ultra symphonique, épique à souhait, des chœurs sur lesquels se posent les cris d’Anna, avant de partir avec les guitares incisives habituelles du groupe. Et ça, ça représente tout l’album, ses nouveautés avec les chœurs notamment, et je ne peux que mourir d’envie de voir cette putain d’intro en live.

Helvetios de Eluveitie Promo

Si certains morceaux ne surprendront pas le moins du monde les fans, tel Meet The Ennemy, le deuxième single de l’album qui reprend plus ou moins la formule d’un Thousandfold, ou encore Home qui est du même acabit, certains morceaux signent une réelle originalité. On y trouve par exemple Neverland au refrain totalement différent de ce que faisait le groupe jusque là, Alesia au duo vocal très sympathique ou encore Havoc au tempo extrêmement enlevé et très brutal. Nul doute que ce dernier mettra à mal bien des cervicales.

Avant de conclure, précisons tout de même que si Inis Mona de l’album Slania faisait doucement sourire le public français, leur faisant entonner « dans la vallée ohoooh de danaaa« , la troisième piste de l’album, Luxtos, rappellera les bons souvenir d’un loup, d’un renard et d’une belette. Je sais, en vrai, la piste originale s’appelle la Jument de Michao, mais je ne suis pas bretonne et Manau a marqué ma jeunesse. Ceci dit, la reprise (chantée en gaulois) est extrêmement efficace et dansante à souhait, presque comme une chanson à boire de Korpiklaani, qui doit donc extrêmement bien rendre sur scène.

Helvetios de EluveitieCe nouvel Eluveitie ne renie pas ses origines, contrairement à ce que pouvait laisser sous entendre les singles. Il propose une musique plus mature, peut être sans trop de prises de risques mais diablement efficace. Ce concept-album est épique, plein d’émotions notamment via la présence du chant d’Anna, parfaitement désespéré, ce qui est pas si fréquent dans les groupes de Folk. L’ajout des chœurs, de la voix claire et de certaines rythmiques ont fait que dabYo a osé la comparaison avec Epica. Si on n’est évidemment pas dans le même genre de musique, il est vrai que le coté épique et pompeux parfois de Helvetios n’est pas sans rappeler les débuts des hollandais. Pour moi c’est leur meilleur album depuis Slania, et je ne peux qu’avoir hâte de les revoir en live.


Ces articles pourraient aussi vous intéresser:
  • Pas encore de commentaire.
  • Donnez votre avis !

    Comment avoir son avatar sur ifisDead ?