Hellfest 2015: Jour 3

dabYo dans Concert, Musique le 23 juillet 2015, avec aucun commentaire

C’est déjà le troisième jour du Hellfest 2015, et aussi le dernier volet de notre report fleuve annuel. Enfin ! On aura passé un excellent premier jour suivi d’un très bon deuxième jour où dans les deux cas la météo nous avait gâté. Bon, un peu chaud certes, il faut bien l’avouer, mais il vaut mieux crever de chaud que s’abriter de la pluie. On ne peut pas tout avoir.

Hellfest 2015 Jour 3

Ce dernier jour commence par des groupes qui ne nous intéressent pas beaucoup, jusqu’au passage de Tribulation sous la Altar. Du metal aux tendances occultes, ça nous intéresse toujours, même lorsqu’il s’agit d’un dérivé du Death ! Et puis, outre Grave Pleasures, de nombreux groupes à l’affiche qui nous promettent une journée bien remplie !

Hypno5e au Hellfest 2015
Nidingr au Hellfest 2015
Tribulation au Hellfest 2015
The Great Old Ones au Hellfest 2015
Khold au Hellfest 2015
Red Fang au Hellfest 2015
Russian Circles au Hellfest 2015
Dark Tranquillity au Hellfest 2015
Carach Angren au Hellfest 2015
Alestorm au Hellfest 2015
Life of Agony au Hellfest 2015
Epica au Hellfest 2015
Samael au Hellfest 2015
Saint Vitus au Hellfest 2015
Korn au Hellfest 2015
Superjoint Ritual au Hellfest 2015
Nightwish au Hellfest 2015

Hypno5e au Hellfest 2015

dabYo - On commence ce dernier jour encore une fois avec avec un groupe français, mais sous la Altar cette fois. Il s’agit de Hypno5e, qui malgré son horaire matinal a réussi à motiver un paquet de personnes. Des fans sans doute car l’accueil est chaleureux. Bien que je ne connaissais pas, j’ai passé un bon moment mais sans grand souvenir.
illman - J’attendais un peu Hypno5e tout simplement parce que j’avais écouté 2-3 fois un de leurs albums, mais là je dois avouer que je n’ai pas suivi grand chose du concert, trop concentré que j’étais sur ma fatigue. Reste un concert avec un bon son d’un groupe qui démontre qu’il a une bonne fanbase. J’ai un peu les glandes de pas avoir pu suivre le concert dans de meilleures dispositions.

Nidingr au Hellfest 2015

Nidingr au Hellfest 2015

dabYo - On enchaîne sec avec du Black d’un autre groupe qui m’est totalement inconnu, Nidingr, qui par contre n’a attiré quasiment personne. La Temple est tellement vide qu’on peut aller à la deuxième rangée sans avoir à jouer des coudes. On ne pourra pas reprocher au public de ne pas être venu tant la musique est banale, pas franchement mauvaise non, mais sans éclat ni originalité. On part un peu en avance pour se placer et attendre le groupe de la journée, Tribulation!
illman - Nidingr, en dehors d’avoir un nom qui m’a fait m’exclamer « Boggle !« , produit un Black Metal assez classique voire même basique. Le fait le plus marquant aura sans doute été que le chanteur ressemble à Michael Chiklis de la série The Shield… Bref à l’ouest rien de bien folichon.

Tribulation au Hellfest 2015

Tribulation au Hellfest 2015

dabYo - On a découvert Tribulation sur le tard et par miracle, moins de deux mois avant le Hellfest et alors que nous ne « travaillions » plus vraiment l’affiche. Mais heureusement, nous ne sommes pas passés à côté de ce groupe de Death qui est passé sur le côté obscur de l’Occulte et toutes les influences que cela peut sous entendre.

L’année dernière nous avait offert In Solitude, cette année on a eu l’impression d’être aussi bien lotis. 4 musiciens maigres comme des clous et qui sont maquillés de sorte à ce qu’on pourrait les soupçonner de ne pas avoir mangé depuis plusieurs jours, de l’encens et quelques os accrochés au micro: le ton est donné. Celui de la messe satanique.

Tribulation au Hellfest 2015Le public est assez clairsemé mais on voit tout de suite que les adeptes de ce genre de musique se sont donnés le mot. Tribulation c’est un mélange de voix Death avec toutes les bonnes influences qui ont bercé et fait éclore les Watain, The Devil’s Blood et autres In Solitude. Des riffs de guitare à réveiller la bête, des lignes de chant de maître de cérémonie sacrificielle et une ambiance malsaine à souhait. Tout est là.

Et qu’est ce c’est bon. Le groupe n’est pas spécialement doué pour la partie scénique, un des deux guitaristes passant notamment son temps à nous regarder en se prenant pour un vampire, mais ça fait suffisamment son petit effet et les musiciens ont moins l’air perdus sur scène qu’on pu l’être ceux d’In Solitude.

Compte tenu de la durée de leur créneau, le set ne contiendra qu’une demi douzaine de morceaux, mais largement suffisant pour donner un aperçu de leur dernier et généralissime album The Children of the Night. Peut être le meilleur concert du festival.

illman - J’ai découvert Tribulation avec leur dernière livraison au monde, The Children of the Night et il faut dire que j’avais été agréablement surpris à la découverte de ce groupe. Me voilà donc devant leur scène pour pouvoir profiter de la musique des 4 échalas qui sont montés sur scène. Je n’ai pas pu détacher mon regard du guitariste de gauche qui a été plus qu’à fond d’un bout à l’autre de la performance. Je n’ai tout simplement pas vu le temps passer totalement happé que je l’ai été par la musique et l’apparente folie de leur gratteux.

The Great Old Ones au Hellfest 2015

The Great Old Ones au Hellfest 2015

dabYo - On retourne sous la Temple juste après pour un groupe de Black français qui monte petit à petit et que l’on avait déjà vus et découverts au Hellfest: The Great Old Ones. Ils reviennent pour leur second album, toujours basé sur les écrits de Lovecraft et à la gloire des grands anciens.

Le ton est d’abord donné avec un back drop à la gloire de l’auteur, le 6eme membre du groupe, ainsi qu’une petite décoration de métal et représentant Cthulhu. C’est ensuite de la musique très progressive et à l’ambiance lourde, assez loin du Black Metal classique. La noirceur se ressent dans les compositions, assez lentes mais qui mettent une certaine pression à l’auditoire.

The Great Old Ones au Hellfest 2015Les titres s’enchaînent mais l’un d’entre eux, par son riff excellent et répété a plus qu’attrapé mon attention. Évidemment, comme je ne connais pas les titres de leurs albums, je serai bien en mal de dire lequel.

illman - J’aime beaucoup The Great Old Ones depuis que je les ai vu au Hellfest 2013 en ouverture et ce n’est pas l’édition collector de leur dernier album qui trône dans mon salon qui me fera mentir. Lovecraft en back drop ça claque déjà plus qu’un back drop banal et puis le Chtulhu métallique était bien classe. Je ne sais pas pourquoi mais je trouve que leur black un peu prog mais qui véhicule une certaine lourdeur doomesque m’apporte un peu de fraîcheur en ce week-end d’enfer. J’aurai aimé qu’ils puissent jouer leur dernier album en entier vu le concept, basé sur Les montagnes Hallucinées de Lovecraft mais j’en ai eu une bonne moitié alors ça me va quand même. Soyez sur vos gardes, les grands anciens se réveillent.

Je me suis ensuite dirigé sous la Valley, histoire de ne pas me taper pour la n-ième fois S.U.P. J’ai donc été m’assoupir devant Sofy Major qui remplaçait au pied levé un groupe annulé, ils ont servi un Stoner correct mais insuffisant pour me sortir de ma torpeur (le dimanche a été bien dur).

The Great Old Ones au Hellfest 2015

Khold au Hellfest 2015

illman - Khold est un groupe de Black qui a des tunes poutrantes sur leur dernier album. Malheureusement ça m’a un peu moins emballé sur scène malgré la semble-t-il envie du chanteur d’amuser la galerie. Le corpse paint deux teintes un poil trop géométrique a beau être original, ça n’est pas une fin en soit et il manquait un petit quelque chose pour en faire un concert vraiment bon.

Red Fang au Hellfest 2015

dabYo - Après une très longue pause, on se motive pour sortir affronter le soleil de plomb et aller voir les américains qui sont de retour pour un troisième Hellfest. Cette fois Red Fang joue bien loin de la Valley: ils viennent se produire sur une MainStage et donc plus tôt que d’habitude forcément. Vu comme la tente était pleine la dernière fois, ce n’est pas un mal.

Le soleil de plomb est donc là pour les accueillir, comme si on voulait nous rappeler le temps de leur région natale. Il faut dire que le Stoner de Red Fang a un petit goût de soleil qui tape, de poussière et de sueur. Le soleil est là mais aussi un assez gros public ce qui est rassurant. Et les headbangers sont en nombre à répondre aux hymnes et différents tubes.

Le groupe va enchaîner les meilleurs morceaux de ses deux premiers albums, qui ont la belle part de la setlist. Ce qui n’est pas pour me déplaire puisque le dernier Whales and Leeches m’a moins séduit. On aura droit d’ailleurs à un titre qui tirait assez en longueur et qui n’a pas franchement reçu l’enthousiasme du public. Un très bon set en tout cas qui met bien dans l’ambiance pour la suite de ce dimanche.

Russian Circles au Hellfest 2015

Russian Circles au Hellfest 2015

dabYo - Groupe instrumental, Russian Circles opère dans le post-quelquechose que j’aurai bien du mal à déterminer tant ce n’est clairement pas mon genre de prédilection. Mais lors de leur annonce je m’étais fait une playlist basée sur l’un de leurs deniers concerts de festival. Et force est de constater que j’y ai pris goût au fur et à mesure, c’est donc avec une certaine joie que je suis allé me réfugier du soleil de plomb sous la Valley pour les y voir.

Le trio commence direct sans dire un mot et se lance dans l’un de leurs nombreux et longs morceaux progressifs. Les morceaux sont si longs et déconstruits que le public a du mal à savoir s’il est temps d’applaudir ou pas. J’avais bien prévu mon coup avec ma playlist car je connaissais au final tous les morceaux, ce qui m’a permis de grandement apprécié le set.

Les morceaux sont vraiment joués d’une main de maître, on pourrait presque leur reprocher d’être aussi carré que sur CD. Mais c’est loin d’être mon cas, la musique est totalement planante et entêtante, les morceaux s’étirent et permettent d’apprécier les longues progressions. En novice j’aurai dit que les compositions se ressemblent toutes et bon, il faut quand même bien avouer que principe reste le même au gré des morceaux. J’ai en tout cas passé excellent moment, aussi bien assis que debout.

Dark Tranquillity au Hellfest 2015

Dark Tranquillity au Hellfest 2015

illman - J’ai rejoint la MainStage pour l’unique fois de la journée histoire de voir Dark Tranquillity. J’ai toujours une certaine affection pour ce groupe vu qu’il fait partie des groupes avec lesquels j’ai commencé à écouter du Metal. Notamment avec leur album Haven qui n’aura ici qu’un seul représentant mais pas des moindre, The Wonders at your Feet, exécuté en milieu de set et d’une main de maître, histoire de bien faire monter la pression des fans. Pression relâchée sur la dernière chanson par un public en transe avec Misery’s Crown.

J’ai tout simplement adoré ce set malgré le soleil qui m’agressait en ce milieu d’aprème. Le groupe, ou en tout cas leur chanteur, était aux anges d’être là. Pour moi il ne manquait qu’un petit Lost to Apathy ou The Lesser Faith pour faire un parcours sans faute, mais le temps était compté.

Carach Angren au Hellfest 2015

Carach Angren au Hellfest 2015

dabYo - Groupe hollandais de Black Metal Symphonique, Carach Angren c’est avant tout une mise en scène théâtrale glauque et donc, du corpse painting. Au final c’est un des rares à en faire vraiment ce week-end, comme si la tradition se perdait. Les trois hollandais sont accompagnés d’un musicien pour le live, tous habillés de façon à mettre cette ambiance glauque qui va venir soutenir leurs morceaux qui nous racontent à chaque fois une histoire.

Carach Angren au Hellfest 2015Le chanteur est là dessus très doué, c’est un vrai showman. Sur album sa voix et son phrasé font déjà pensé à cet aspect théâtrale mais c’est sur scène que cela prend toute son ampleur. À ce phrasé finalement très « black rap » viennent s’ajouter sa gestuelle et ses mimiques. Allant parfois avec le rythme et les effets sonores comme la mitraillettes, parfois tout simplement à contre courant du rythme pour surprendre le public.

Les autres membres sont plus en retrait sur ces point là, car comment avoir l’air dark en jouant des deux mains au piano? Voilà une question à laquelle le claviériste de Carach Angren essaie désespérément de répondre. Bien sur on peut faire viteuf les cornes quand sa deuxième main est libre, mais ça n’arrive pas souvent. Reste alors le headbanging juste devant le piano mais sans pouvoir de reculer, sûrement à cause d’une veste bien taillée sur mesure qui empêche tout mouvement. Vous saupoudrez le tout de petits hochements pour enlever les cheveux du visage, ça serait dommage de s’être corpse painté pour rien, et vous n’obtenez pas un claviériste dark mais juste celui de Carach Angren. Well tried.

Du coup, quand les morceaux sont connus, le tout passe très bien et on est captivé par le show du chanteur. Mais lorsqu’il s’agit de nouveaux morceaux, l’aspect décousu des compositions empêche de profiter correctement et on frôle l’incompréhension. L’inverse est aussi le cas, car voir certains morceaux joués m’a permis de mieux les comprendre. Bref, une bonne expérience live en somme.

Alestorm au Hellfest 2015

Alestorm au Hellfest 2015

dabYo - Après une courte pause on repart vers la Temple pour aller voir du Pirate Metal avec le seul groupe à en jouer à ma connaissance: Alestorm. Malheureusement nous ne sommes pas les seuls à apprécier les hymnes à la boisson des écossais et la Temple déborde de tous les côtés. C’est finalement tout devant et sur le côté, et donc très mal placés, que nous les verrons débarquer.

Il est rare de voir un claviériste se déplacer avec son instrument sans avoir l’air trop ridicule mais ce n’est ici pas trop le cas. Peut être que le kilt contre balance le tout? En tout cas le leadeur, claviériste et chanteur du groupe a fier allure et va sauter dans tous les sens tout au long du show, qu’il va mener d’une main de maître. Les écossais sont contents d’être là, très communicatifs et ouvrent tout de suite les hostilités.

Au fil des années des groupes de Folk jouant des chansons à boire, on en a vu un paquet. J’imaginais donc ne pas être surpris et pourtant, force est de constater que dans ce registre Alestorm est en tête du peloton et de loin. Non seulement leurs chansons sont entraînantes, donnent envie de crier son amour du rhum, mais en plus il n’y en a pas de franchement mauvaise! Même les balades, assez bizarre quand on parle piraterie certes, passant très bien et aura un très bon accueil du public. La setlist passe très bien et on est loin des morceaux moins réussis que doivent nous ressortir les Korpiklaani et autres Trollfest.

Alestorm au Hellfest 2015

C’est donc une prestation sans temps mort qui nous a été offerte et j’ai franchement été surpris. Je pensais caser le groupe dans cette longue liste des groupes sympatoches à voir en live, mais c’est peut être un peu plus et la discographie assez fournie du groupe laisse presque entrevoir la possibilité d’aller les voir en salle. Le public est d’autant plus convaincu que la tente est en totale ébullition, les slammeurs pouvant même commencer en dehors de celle ci, devant l’écran géant, pour arriver au final devant la scène. Bref, un concert en délire total.

On quitte le groupe après le génial Drink et son hymne auquel on ne saurait échappé: We are here, to drink your beer. On rate donc Rhum afin de ne pas être trop mal placé pour Epica, mais avec un petit pincement au cœur.

Life of Agony au Hellfest 2015

Life of Agony au Hellfest 2015

illman - Là, j’me suis un poil gouré, j’étais persuadé que je campais sous la Valley pour y voir Saint Vitus. Finalement ce n’était pas si grave parce que Life of Agony, dont c’était apparemment le premier passage en 22 ans dans le coin, a sacrément déboîté, surtout que leur fanbase semble bien présente ce jour. Si tu voulais voir un pit avec du Karate Dance sous la Valley, c’était le moment d’y être, j’suis presque sur qu’il y a eu plus de poussière soulevé sous la Valley pendant ce set là qu’aux autres scènes.

J’ai beau connaitre à peine le groupe je reconnaîtrais 2-3 chansons au passage, ça aide à rentrer dedans et c’est surtout parce que la part belle est faite à leur album culte River Runs Red. Niveau scénique, Mina Caputo, la chanteuse, a passée presque autant de temps dans la fosse que sur scène. Du coup je l’ai pas trop vu comme j’étais en milieu de tente, et comme les autres membres du groupe sont un peu des plantons, y a eu des passages où le pit était plus intéressant que la scène. Bon, en même temps il y avait un sacré phénomène qui l’arpentait. Franchement, très bon concert que vous vous en voudrez surement d’avoir raté.

Bon par contre vu que c’est un des groupes de Sal Abruscato, j’espérais secrètement que le Hellfest programme aussi son groupe A Pale Horse Named Death, ce sera pour une autre fois.

Epica au Hellfest 2015

Epica au Hellfest 2015

dabYo - Combien de fois ai-je vu Epica? Honnêtement je ne les compte plus. Je ne suis pas particulièrement un gros fan du groupe Hollandais de Metal Symphonique à chanteuse, mais comme je vis avec une des dits fans, je les ai vu un paquet de fois. Et forcément à force, je connais non seulement les morceaux par cœur, mais je les apprécie en plus lorsqu’ils viennent jouer en live. Dur dur comme vie hein ?

Epica au Hellfest 2015Il y a quelque chose de constant dans les prestations d’Epica qui fait qu’on y passe toujours un bon moment. D’abord, parce que la bande donne toujours l’impression de s’éclater en live, en étant super proche du public et avec un Mark Jansen et une Simone Simons qui nous balancent leurs sourires Freedent. Mais aussi évidemment parce que leur musique est catchy, avec ses lignes musicales faciles d’accès, ça rentre bien dans la tête et nous rappelle instantanément les enregistrements. Un excellent point qui fait qu’encore une fois, j’ai beaucoup aimé leur prestation de ce Hellfest 2015.

Scéniquement, Mark Jansen et Simone Simons sont cette fois encore au rendez-vous et interagissent très bien avec le public. Les rôles de la belle et la bête restent de mise avec leur petite complicité, avec un Mark qui grunte et fait l’ours mal léché. On regrettera seulement que le groupe insiste tant pour avoir son circle-pit, au risque de se répéter et d’être super lourd. Ils finiront tout de même par en avoir un, ouf!

Epica au Hellfest 2015

Le set vogue sur la quasi totalité des albums, retournant même sur le premier, ce qui n’est pas un mal. Il n’y avait pas franchement de poids mort dans les morceaux choisis, l’exécrable Never Enough ayant enfin fini par être rayé des setlists, je ne risquerais pas de m’en plaindre. Pour accompagner la prestation, divers effets pyrotechniques viendront ponctuer certains passages particulièrement épiques et mettre du baume au cœur aux nombreux fans venus les voir.

On sera tout de même surpris d’un public aussi épars à cette heure de la journée, le groupe étant pourtant relativement populaire et très facile d’accès. Le set fini sur l’inévitable et génial Consign to Oblivion que l’on appréciera toujours autant, avant de vite partir pour rejoindre le show de Samael qui a déjà commencé de l’autre côté du festival.

Samael au Hellfest 2015

Samael au Hellfest 2015

dabYo - Traverser le festival rapidement à 20h40 un dimanche est juste une horreur, mais heureusement, la Temple s’est bien vidée depuis le passage d’Alestorm et on voit clairement que Samael est bien plus underground comme qui dirait. On pourra donc aisément prendre le set des suisses en cours de route. Ces derniers sont venus faire un show spécial puisqu’ils jouent en entier un de leurs grands classiques des années 90: Ceremony of Opposites. Un album où le Black était bien plus présent et brut que sur les derniers albums de la formation, où l’Indus prend une très grande importance.

Personnellement je ne connaissais pas du tout cette époque de leur discographie, ayant écouté l’album cinq ou six fois juste avant le festival. Mais il faut avouer que le Black Indus de Samael est suffisamment accessible pour que même les profanes puissent l’apprécier sans connaître. La rythmique est très marquée, tapant le tempo avec force et entêtement comme il est habituel dans l’Indus. Le tout avec la voix de Vorph qui a un côté très martial et qui explique pourquoi le groupe est considéré comme une énorme influence de la scène Black alternative. J’ai beaucoup aimé découvrir l’album en live, mais plusieurs personnes qui n’étaient pas au courant de l’aspect particulier de ce show ont été déçu de ne pas entendre les récents gros titres du groupe. C’est un peu le problème avec ces groupes à l’aura reconnue mais qui ont du mal à communiquer avec les gens qui les suivent de loin.

Découverts lors du Hellfest 2009 où ils nous avaient fait une grosse impression, on peut dire que le groupe est toujours au top et scéniquement, Vorph est juste énorme. Il fait le strict minimal certes mais cela est suffisant pour marquer la scène de son aura. Que ce soit avec sa guitare ou même sans, lorsqu’il danse sur la musique. Derrière les fûts, on retrouve son frère batteur et claviériste à la fois, qui est toujours très impressionnant en enchaînant batterie classique, programmation de samples et claviers. Pour compléter, on retrouve un guitariste maquillé en double face et un bassiste.

Ceremony of Opposites étant plus court que le temps du set, le groupe fini sur un morceau au tempo plus rapide et aux accents Indus assumés, issu de leur dernier album. Un excellent concert qui me fait d’autant plus envie d’une nouvelle galette.

Saint Vitus au Hellfest 2015

Saint Vitus au Hellfest 2015

illman - Ce coup ci c’est la bonne, c’est bien Saint Vitus qui débarque sous la Valley et en plus, je suis tout devant pour un show assez exceptionnel avec Scott Readgers au chant, l’original diront certains, vu que Wino est légèrement en désintox si j’ai bien compris. Forcément, on aura droit à un set tourné vers les pistes de ses passages dans le groupe. Le gars fait un peu papi bourré et avec Chandler ils n’arrêtent pas de se balancer des vannes, un délice.

Par contre c’était pas trop Doom les débuts musicaux de Saint Vitus parce que ça a pogoté sec dans la Valley. Franchement c’était parfaitement complémentaire avec la fois précédente où je les avais vu et même si j’aurai voulu Wino pour qu’ils jouent Born too Late en intégralité je n’ai pas du tout été déçu par leur prestation.

Un lâcher de ballons aura lieu à la fin pour Born Too Late, seul entorse à la setlist mais vu que c’est leur morceau culte et qu’on leur en aurait voulu s’il ne l’avait pas faite, ils sont largement pardonné.

Hellfest 2015 - Ambiance

Korn au Hellfest 2015

dabYo - Après une longue pause où nous aurons pu voir du Limp Bizkit reprenant Rage Against The Machine, puis un In Flames qui me laisse toujours autant de marbre, on revient se poser devant la MainStage01 pour revoir Korn. Le groupe américain a décidément fait la paix avec le Hellfest et les voilà de retour à peine deux ans après leur dernier passage. La raison ? Un show exceptionnel où le groupe vient jouer son premier album dans son intégralité et dans l’ordre.

Bon, très clairement, je ne suis pas un gros fan de Korn et en dehors de leur best-of, je n’ai jamais écouté aucun album. Voilà, je n’avais pas la galette pendant mon adolescence, je ne suis jamais vraiment tombé dedans. Mais c’est presque comme si j’étais le seul à n’avoir jamais laissé tourner leur album en boucle dans mon baladeur. Le public est littéralement conquis, chante pour tous les morceaux, est en complète transe à chaque début de piste. C’est juste incompréhensible quand on est le seul à ne pas entrer à tel point dans le trip.

Il faut tout de même avouer que leur musique est efficace et qu’on rentre vite dedans lorsqu’on connaît rien qu’un peu Korn. Il y a de très gros hits sur ce premier album, mais aussi des pistes que je ne connaissais pas et que j’ai pu apprécier. Le groupe a sorti ses habits de l’époque pour venir faire l’intégrale de leur album, et on peut dire que ce petit détail est assez rigolo.

Après ce set interrompu par une désagréable coupure de courant, le groupe revient sur scène avec ses fripes un poil plus récentes. Les habituels du groupe sont ainsi joués, et viennent clôturer un set plutôt sympa.

Hellfest 2015 - Ambiance

Superjoint Ritual au Hellfest 2015

illman - Je passe sur la déception Triptykon pour attaquer un grand moment de violence. Superjoint Ritual est un des groupes du super éméché Phil Anselmo, qui en vrai symbole du festival vient poser sa valise tout les ans à Clisson, un Hellfest sans lui c’est pas un Hellfest. Passons sur son absence de sobriété qui lui fera sortir des tonnes de conneries marrantes entre les morceaux, si tu voulais de la violence musicale dans un genre que je peinerais à définir tu étais au parfait endroit, comme quoi dans la Valley aussi ça bouge. Les morceaux s’enchaînent tous plus hargneux les uns que les autres pour finir sur le relativement calme Superjoint Ritual.

C’était un bon concert pour clôturer cette édition, même si normalement NOFX aurait du remplir ce rôle dans mon cas. Mais vu que ces derniers ont joué à la place des absents de Rise Against, je l’ai eu avec l’étiquette (et je me suis bien évidemment fait bâché par dabYo :p).

Nightwish au Hellfest 2015

Nightwish au Hellfest 2015

dabYo - Le groupe culte du Metal Symphonique à chanteuse débarque pour la première fois à Clisson, et ce sera aussi la première fois que nous les voyons sur scène. Nightwish vient finir ce Hellfest 2015 sur la MainStage02 avec leur « nouvelle » chanteuse Floor Jansen. Avec sa voix bien plus puissante, Nightwish a désormais de nouveau la possibilité de venir jouer l’intégralité de leur longue discographie et les finlandais ne vont pas s’en priver.

Aux dernières compositions du groupe, certains très vieux morceaux vont venir se greffer, avec notamment un petit jeu qu’on ne peut que saluer: jouer un morceau qui n’a pas été joué en live depuis au moins 10 ans. Certains groupes devraient en prendre de la graine !

Je ne suis pas un grand fan du groupe, j’aime bien Dark Passion Play et c’est quasiment le seul album du groupe que j’apprécie. Mais il faut avouer que les membres sont communicatifs, ils donnent envie de les écouter et d’entrer dans leur concert. Suffisamment en tout cas pour me laisser sur une très bonne impression, peut être pas un groupe que j’irai voir un salle, mais définitivement dans la liste de ceux que j’apprécie de voir en festival !

Nightwish au Hellfest 2015

On fini sur leur morceau fleuve Ghost Love Score, un morceau qu’ils jouent à chaque fois et qui comporte son lot de montée, de passages entraînants, etc. Le groupe terminera cependant avec Last Ride of the Day, morceau assez direct, mais parfaitement adapté a une fin de trois jours de fest. Une bonne façon de clôturer ce très bon Hellfest 2015 !


Ces articles pourraient aussi vous intéresser:
  • No comments yet.
  • Donnez votre avis !

    Comment avoir son avatar sur ifisDead ?