Hellfest 2015: Jour 2

dabYo dans Concert, Musique le 12 juillet 2015, avec aucun commentaire

On se réveille après une première journée bien remplie et à la météo parfaite. Cette deuxième journée s’annonce du même acabit, et pour cause, au levé le soleil est déjà tellement présent qu’il nous fait mourir de chaud. Et cette chaleur va nous accompagner toute la deuxième journée, pas de chance puisque nous avons plusieurs groupes de prévus sur les MainStages.

Hellfest 2015 - Ambiance

On aurait pu croire que l’herbe n’aurait pas survécu à une première journée, et pourtant elle est encore là, bien verte. On commence avec un groupe français que l’on a déjà vu et revu: Zuul FX avant de partir pour la petite découverte Glam Punk de illman et moi même: les italiens de Giuda. Bref, c’est le deuxième jour de notre Hellfest Report 2015.

Zuul FX au Hellfest 2015
Giuda au Hellfest 2015
Elder au Hellfest 2015
Der Weg Einer Freiheit au Hellfest 2015
Motionless in White au Hellfest 2015
Monarch ! au Hellfest 2015
Infestus au Hellfest 2015
ASG au Hellfest 2015
Onslaught au Hellfest 2015
Airbourne au Hellfest 2015
Mütiilation au Hellfest 2015
Finntroll au Hellfest 2015
Ensiferum au Hellfest 2015
Brant Bjork au Hellfest 2015
Orange Goblin au Hellfest 2015
Mayhem au Hellfest 2015
Obituary au Hellfest 2015
Marylin Manson au Hellfest 2015

Zuul FX au Hellfest 2015

dabYo - Zuul FX au Hellfest 2015Zuul FX est un groupe français qu’on a vu à maintes reprises et qui semblent avoir un public malgré leur passage avancé dans la matinée. C’est du Death/Thrash somme toute très accessible et qui se laisse facilement écouter, on passe en général un bon moment avec eux sans que ce soit inoubliable pour autant.

Tout en jouant les gros durs avec leur musique et les manchettes de tatouages de leur chanteur, ils dégagent un certain positivisme bisounours plein de candeur ! On aura droit à une petite reprise de Fear Factory bien accueillie par le public.

Giuda au Hellfest 2015

Giuda au Hellfest 2015

dabYo - Il est rare que nous allions sur les MainStages de bon matin. Mais quand c’est le cas, le groupe est souvent complètement ignoré par le public, il fait alors un show sur une scène beaucoup trop grande sans réussir à en occuper l’espace faute de feedback du public. Après In Solitude l’année dernière ce fut une nouvelle fois le cas pour Giuda.

Giuda au Hellfest 2015Ces cinq italiens ont débarqué sur l’énorme scène de la MainStage01 qui est ce samedi là encore plus grande que d’habitude suite à l’ajout d’un podium, surement à la demande de Scorpions qui joue le soir même. Leur musique a beau être super accessible et entraînante, cela reste du Punk bon enfant et peu connu. Du coup, très peu d’ambiance dans le public, un groupe qui enchaîne les morceaux de peur d’avoir un gros blanc en lieu et place des applaudissements, et un chanteur qui n’ose même pas emprunter le podium qui prolonge la scène face à lui. En soit, on comprend les italiens, il faut un certain courage pour ne pas se démonter face à un public aussi peu enthousiaste.

Mais c’est bien dommage car le set était très bien mené, leur musique est faite pour les lives: entraînante, avec des hymnes et des pont qui donnent la patate. Ils vont enchaîner les morceaux en vitesse mais on passera tout de même un très bon moment avec eux. Un très bon moment malgré le soleil qui tape déjà.

illman - Une chose est sûre, comme dit dabYo, les italiens de Giuda ont l’air perdus devant l’immensité de scène qui s’offre à eux, le chanteur ne s’aventura qu’une fois très rapidement sur l’avancée de scène avant de retourner en mode relativement statique avec ses comparses. Leur chansons ont beau être entraînantes, ça n’aide pas vraiment à entrer en mouvement, je serai venu en total dilettante j’aurai sans doute eu peu de réaction.

Heureusement je pouvais quand même me raccrocher à leur chansons que je connaissais comme Wild Tiger Woman qui reste l’un des rares moments qui ont fait gagner le set en intensité. C’était un bon concert mais je ne peux m’empêcher de penser qu’il aurait pu être très largement supérieur. On va dire que c’est une occasion manquée et que la prochaine fois Giuda nous enverra en orbite.

Elder au Hellfest 2015

Elder au Hellfest 2015

dabYo - On va se réfugier du soleil sous la Valley qui est encore fraîche et respirable. Y passe Elder à la musique typique de cette tente, sans pour autant que j’arrive à en garder un grand souvenir autre que « c’est sympa à écouter assis« .
illman - C’est hallucinant, ce groupe m’a fait le même effet qu’à dabYo

Der Weg Einer Freiheit au Hellfest 2015

illman - Der Weg einer Freiheit, ce sont des allemands qui œuvrent dans un Black Metal à légère tendance atmosphérique. Et je trouve qu’ils ont parfaitement bien rempli la demie-heure qui leur était alloué. C’est frais, pour du black, et ça transpire une certaine énergie. Si ces gars continuent sur cette lancée, m’est avis qu’on ré-entendra parler d’eux.

Il faudrait juste qu’ils retravaillent le look pour la scène, parce que ça manquait un poil d’unité. On aurait dit que le chanteur s’était perdu (ou fait kidnappé) loin de son groupe de Metalcore, que le gratteux en chef sortait de Leprous et que le bassiste voulait jouer du Thrash de la Bay Area. C’est fou comme un détail aussi trivial m’a marqué.

Motionless in White au Hellfest 2015

Motionless in White au Hellfest 2015

dabYo - On assiste au final du show de Butcher Babies où les deux chanteuses enflamment le public en allant au contact. Il est clair qu’elles se mettent en scène et on pourra au moins ne pas leur reprocher de le cacher. Maintenant, c’est clairement pas ma tasse de thé et assez peu convaincu par l’intérêt du duo de chant. Bref, ce n’est pas leur show hyper sexualisé que nous sommes venus voir, mais le nouveau péché mignon de Seraf, les emocoreux de Motionless in White et leur nom de groupe à coucher dehors.

Motionless in White au Hellfest 2015Mix entre des émos, des gothiques et des coreux, le groupe a fière allure et son chanteur tout de la star de groupe pour adolescents. Le public est acquis dès l’envoi du premier sample de musique industrielle sur lequel les instruments vont se greffer. Avec une grosse rythmique très tech on peut dire que la musique est assez efficace et qu’on rentre vite dans le rythme qui nous est asséné. L’industriel est complètement mélangé aux codes du Metalcore et le mélange est assez accrochant.

Cela dit, avec tant de basses, les aigus ont du mal à passer et notamment la voix du chanteur. Trafiquée à mort, on a parfois l’impression de ne pas l’entendre ou d’être face à du pré-enregistrement, une impression qui est tenace avec ce genre.

On reconnaîtra au chanteur les bonnes tentatives d’échange avec le public, lui faire scander « fuck » en chœur dans une chanson est toujours une réussite au Hellfest. Maintenant, faire épeler 5 lettres en anglais à des français est périlleux, surtout quand sa propre voix est tellement modifiée qu’on ne comprend même pas de quelles lettres il s’agit.

Un bon moment quand même, cheasy certes, mais qui reste sympathique à vivre.

Monarch ! au Hellfest 2015

illman - Alors que d’autres étaient retournés grillés comme des saucisses au soleil, je suis retourné dans la Valley pour assister à mon troisième concert de Monarch !. Je ne sais plus trop quoi penser de ce groupe de Doom/Sludge, leurs albums sont brillants de régularité en terme de qualité mais les prestations scéniques… La première fois que je les ai vus je m’étais dit que c’était le concert le plus intense de mon année 2013, la seconde fois, sur la tournée de leur nouvel album cette année, j’avais été plutôt déçu. Mais alors au Hellfest, ça donne quoi ?

Eh ben on atteint pas des niveaux kilimandjariens mais la prestation a été bonne. Si j’en crois setlist.fm, c’est trois chansons dont une reprise des Runaways (comme je regrette leur I Got Erection de Turbonegro en reprise) qui ont déferlées sur le Hellfest. Niveau ambiance forcément il fait plein jour, Monarch ! étant vraiment porté sur l’ambiance c’était un peu rappé de ce coté là, mais c’était un peu compensé par une énergie que je ne leur avait pas trouvé quelques mois plus tôt.

Ce concert m’a permis de me réconcilier avec le groupe en live et j’espère que je pourrais les revoir dans la pénombre d’une salle de concert. Mention cute avec les remerciements de la chanteuse en fin de concert qui tranche avec l’ambiance glauque de leur musique, avec le petit « voilà c’est fini » qui te plie en deux.

Hellfest 2015 - Ambiance

Infestus au Hellfest 2015

dabYo - On enchaîne avec un grand classique, le groupe de Black Metal de début d’après midi qu’on regarde assis car déjà trop fatigués par la chaleur. Cette année c’est le groupe allemand Infestus qui va avoir cette lourde tâche. Ça en serait presque dommage car il faut avouer qu’il y avait là matière à passer un bon moment. Les compositions créent une ambiance très bonne sans tomber dans la monotonie du Trve.

Passage express sous la Valley pour avoir un aperçu de Doom avec The Wounded Kings. Mais la chaleur aura eu raison de nous.

ASG au Hellfest 2015

ASG au Hellfest 2015

dabYo - Je me suis convaincu d’aller voir ASG pour leur étiquette « Baroness du pauvre » mais j’ai été tout de même légèrement déçu. Si ressemblance avec le groupe su-cité existe, ce sera plus avec leur denier album qui est loin d’être le plus réussi (Yellow & Green). ASG fait un Stoner relativement lent et contemplatif auquel il manque une certaine originalité.

C’est assez lent et cela n’a clairement pas réussi à me conquérir suffisamment pour rester debout. Pourtant dans le genre je ne suis pas très difficile. Maintenant, allongé pénard dans l’herbe de la Valley, c’est niquel pour se reposer et profiter.

Onslaught au Hellfest 2015

illman - Vous cherchiez le groupe de Thrash pour les dominer tous ? Ce n’était pas sur la MainStage2 qu’il fallait le chercher mais bien sur l’Altar. Onslaught avait attiré ma curiosité avec l’album VI qui est au passage excellent. Je les attendais donc avec impatience et contrairement à pas mal de groupe qui étaient dans ce cas, je n’ai pas été déçu et j’en ai pris plein les oreilles.

Sans doute un des concerts qui m’a le plus claqué au visage avec ses machines à riffs et à gueulantes comme 66fuckin’6 qui reste pour moi l’un des moments les plus énergétiques de ce Hellfest 2015. Ça blaste, ça enchaîne, pas un seul moment de répit pour nous pauvre minions. Difficile de croire après un tel concert que ce groupe ne soit pas plus connu, pour ça il n’y a qu’à constater leur histoire chaotique.

Airbourne au Hellfest 2015

Airbourne au Hellfest 2015

dabYo - On quitte la Valley pour se diriger vers la MainStage01 qui va bientôt accueillir Airbourne et… Que dire, c’est comme si tout le Hellfest s’était donné rendez-vous pour voir les australiens. À croire que leur Heavy qui a le goût d’AC/DC est assez universel pour réunir toute la famille. On aura même un pincement de honte quand Backyard Babies, le groupe précédent encore sur la MainStage02, se prendra un gros blanc alors qu’ils proposent un dernier morceau pour combler le retard pris par Airbourne dans son installation. Mais le public veut les australiens et est chaud bouillant.

Ils débarquent peu de temps après un sample d’introduction assez bizarre et pas franchement représentatif du groupe, je n’ai pas souvenir d’avoir entendu ça lors de leur passage au Sonisphere 2013 mais bon, après ce moment bizarre ils entament Ready to Rock, hymne génial et début de leur dernier album.

Le public explose et bien qu’on soit très très loin de la scène des micro pits se forment ça et là. La musique de Airboune c’est des riffs de guitare énormes, des solos à n’en plus finir mais aussi des passages où le public peut chanter/gueuler sur des hymnes bien catchy. Du coup, est le feu dès les premières notes jusqu’à la fin du concert…

Airbourne au Hellfest 2015Enfin presque, car au bout de quelques morceaux les enceintes principales sautent et il n’y a plus de son. S’ensuit alors une interminable dizaine de minutes pendant lesquels Joel essaye tant bien que mal de conserver l’ambiance à coup de jet de bières. De temps en temps le son et notamment celui des enceintes ramenées par le groupe revient mais pas totalement, ce qui est d’autant plus frustrant.

Après ce désagréable mais acceptable moment, le groupe repart au quart de tour et enchaîne ses tubes. Plus de problème technique au rendez vous mais presque une petite déception côté animation. Joel casse des canettes sur sa tête mais on commence à être habitué, et il serait mauvais que le groupe gagne cette fâcheuse habitudes des grosses franchises à perdre du temps de jeu en faisant des micro animations… Vous valez mieux que ça!

Heureusement, pas de quoi gâcher un énorme set, une foule plus que bouillante et un excellent moment de Rock’n’Roll.

Mütiilation au Hellfest 2015

Mütiilation au Hellfest 2015

illman - Oui je sais je suis pas aller voir Airbourne pour troquer contre un obscure groupe de Black Metal français. Mais bon les australiens je les avais déjà vu trois fois, tandis que je me disais que je n’aurai peut-être plus l’occasion de voir Mütiilation.

Ces derniers sont donc un groupe de black avec un son et une musique globalement glauquesque et qui ont surtout un chanteur assez intimidant. Sur album j’avais trouvé leur musique un brin malsaine, chose que je n’ai pas spécialement retrouvé en live, en même temps en plein jour ça n’aide pas. Mais ce n’est pas grave, après tout le concert était vraiment bien même si la scénique avait l’air un peu à coté avec un chanteur qui semblait peiner à prendre ses marques sur une grande scène comme la Temple de cette année (y a que moi qui trouve que les scène sous tente sont plus grande ?). Je dirais à voir, juste pour le pan d’histoire du Black Metal français qui y est rattaché.

Finntroll au Hellfest 2015

Finntroll au Hellfest 2015

dabYo - Grosse déception de notre Hellfest 2013, Finntroll fait tout de même parti des groupes que j’attendais le plus cette année. Nous sommes dans une sorte de relation « c’est compliqué » depuis que le groupe continue dans sa voie pouet pouet Metal et que le nombre de slameurs en mousse continue d’augmenter dans les lives. C’était donc l’heure de la réconciliation ou de la séparation définitive.

Finntroll au Hellfest 2015La Temple est complètement pleine à craquer pour les accueillir et chante des refrains paillards pour les accueillir. Vient ensuite un introduction instrumentale et le groupe enchaîne sur un morceau de son dernier album. La première chose qui va me marquer c’est l’effervescence du public qui pogote et slame dans tous les sens. On a du atteindre des pics à 10 slameurs par minute et on ne peut que saluer le professionnalisme et le sang froid dont font preuve les Challengers du Hellfest qui assurent la sécurité sous la Temple.

La balance des instruments est correcte bien qu’encore une fois les basses soient trop confuses et ne permettent pas vraiment de distinguer les mélodies. Heureusement je connais quasiment par cœur les compositions de Finntroll et je retombe sans peine sur mes marques pour gueuler et/ou apprécier le côté groovy de leur musique de troll. On peut dire que depuis la tournée de 2013 le groupe a tiré un trait sur son côté Black et s’assume sur sa nouvelle orientation: encore une fois le chanteur joue le troll, danse et festoie devant le public. On est loin de leur apparence de 2011.

La setlist est choisie de manière à faire un set assez homogène, même en puisant dans les anciens albums qui avaient déjà leurs morceaux à mélodies entrainantes et autres chansons à boire. Un peu moins pouet pouet que le dernier album cela dit. Mais malgré ces reproches, j’ai tout de même bien apprécié leur performance qui leur donne une nouvelle chance, au Motocultor 2015 peut être!

Ensiferum au Hellfest 2015

Ensiferum au Hellfest 2015

dabYo - Après une petite pause sur un fond de Slash fait du Guns’n’Roses, on retourne sous la Temple pour voir Ensiferum. C’est principalement du Power mélangé à quelques touches de Folk/Pagan, mais c’est surtout très épique. Ils ont leur fan base qui a ramené boucliers et épées, car évidemment ça parle de glorieuses batailles et de héros oubliés.

Ensiferum au Hellfest 2015Les musiciens sont grimés et démarrent très fort sur leur nouvel album, qui, je dois l’avouer n’a pas mes faveurs. Plus éparse que pour Finntroll, le public répond tout de même très bien et va s’enflammer sur les morceaux plus classiques du groupes, avec notamment l’excellent et hyper épique From Afar! Les morceaux s’enchainent, on ne peut pas dire que le groupe est super original au fil des morceaux mais c’est très efficace, ça force le headbang.

On va finir la petite heure de concert sur un classique, la version disco. Contrairement à Epica, grand amateur du genre, il ne s’agira pas d’une version juste samplée mais bien du groupe qui jouera son propre morceau façon disco. Le changement est moins radical mais l’effet est vraiment bien réussi et fun.

Brant Bjork au Hellfest 2015

illman - Arborant son bandana sur sa longue chevelure bouclée, ce vétéran du Stoner, après c’est un membre de Kyuss, a posé ses amplis au Hellfest pour délivrer le son du désert. On retiendra un set envoûtant qui avec le groove dans la peau et la voix entêtante de Brant Bjork nous emmènera dans un road trip musical sans bouger de la Valley.

Orange Goblin au Hellfest 2015

Orange Goblin au Hellfest 2015

dabYo - On part direct sous la Valley pour retrouver les anglais d’Orange Goblin pour leur troisième passage au Hellfest. Programmé en tête d’affiche de la Valley, le groupe vient soutenir son dernier album que je n’aime pas vraiment. Moins groovy et catchy que le précédent, il y a quelque chose de moins efficace et moins rentre dedans. C’est en tout cas pour une bonne heure de Stoner que l’on démarre.

Orange Goblin au Hellfest 2015Le set a du coup beaucoup changé et je les ai moins apprécié que leurs deux derniers lives. On peut en effet difficilement dire qu’il y a là un équivalent d’un Red Tide Rising dans le dernier album, un morceau fédérateur et qui met bien la pêche. Du coup, l’ambiance de la Valley va franchement s’en ressentir, les réactions du public sont assez faibles sur de nombreux morceaux, ce qui est assez inhabituel pour le groupe. Enfin, quand vient l’heure du morceau tant attendu, la tente s’enflamme le temps de quelques minutes.

illman - Après m’être cassé les dents à l’entrée de la Warzone à essayer d’aller voir Body Count (Reeeeeeeviens Ice-T), je suis allé me poser dans la Valley pour qu’enfin je puisses voir Orange Goblin. Parce que je l’ai mérité ce groupe après m’être heurté à une Valley blindée à leur dernier passage.

Pour commencer, je ne suis pas un très grand fan des deux derniers albums du groupe, cela dit la playlist restant relativement peu connu pour moi, j’ai pu constater que tout fonctionne bien en live. Orange Goblin est né pour la scène. Sérieux, leur chanteur est d’un charisme rare et le set est tellement emmené qu’un circle pit va remuer la poussière de la Valley. Du coup sur ce point je ne suis pas vraiment d’accord avec dabYo, pour moi qui était devant le public était dedans tout le long de la prestation. Mention ++ donc pour ma première fois avec Orange Goblin.

Mayhem au Hellfest 2015

Mayhem au Hellfest 2015

dabYo - Plusieurs années que le groupe culte est à l’affiche du festival sans jamais que l’on daigne leur donner une petite chance. On d’abord eu droit à l’étonnement de voir une Temple complètement clairsemée, surtout quand on compare à Finntroll ou même Ensiferum. Puis celui de voir que les efforts de musiciens question apparence sont au strict minimum, en dehors du chanteur, pas de corpse painting. Grosse déception!

Côté musique, on ne tiendra que quelques morceaux, le Black est difficile d’accès quand on ne connait pas un groupe, mais alors celui de Mayhem est carrément cryptique. Ou bien très monotone, au choix.

Mayhem au Hellfest 2015

illman - Mayhem c’est mou, Mayhem c’est censé être culte et j’ai trouvé ça cuculte. Pour une tête d’affiche, je suis encore plus déçu qu’avec Immortal. Tout était téléphoné, je n’ai ressenti aucune intensité, à un tel point que j’en suis sorti de la tente pour aller les voir sur écran assis dans l’herbe en attendant le feu d’artifice.

D’ailleurs en parlant de pyrotechnie, la mouture du feu d’artifice des 10 ans du fest à renvoyer se rhabiller tous les 14 juillet de la décennie. J’avoue ne plus trop être contemplatif devant ces pétards multicolores, force est de constater qu’ici il y avait du moyen pour rendre la chose mémorable. Au final j’ai vraiment adoré ce petit coté over the top du spectacle.

Obituary au Hellfest 2015

illman - Hellfest 2015 - AmbianceJ’aime le Death Metal old school. Comment dans ce cas là ne pas aimer Obituary, c’est bien simple j’adore. Parmi ces qualités, c’est qu’ils ne sont pas à la recherche de la vitesse mais du riff meurtrier et de ce coté là on a été servi. On a eu droit à un panel assez large de leur carrière avec une emphase sur le premier et sur le dernier album, c’est tant mieux d’ailleurs vu que c’est ceux qui m’avaient le plus marqué.

John Tardy est une vraie bête sur scène, ses grawls font partie intégrantes de la saveur de ce groupe et on a bien senti que les gars voulaient se faire plaisir sur scène. Mission accomplie pour satisfaire le public et dans mon cas, j’ai hâte de pouvoir les revoir.

Marylin Manson au Hellfest 2015

illman - On m’avait prévenu que j’allais être déçu… C’était prophétique et ça s’est réalisé, mes attentes étaient sans doute trop haute pour le show du révérend. Pourtant la playlist avait presque tout pour me plaire, du tube, du tube, du tube, sauf Angel with the scabbed wings auquel j’aurai préféré un (S)aint. C’est sur l’interprétation que ça a péché, Mister Manson galère à pousser la chansonnette même si c’était moins pire que ce que les vidéos live sur Youtube de ces dernières années m’avaient laissé croire.

Ce qui m’a agacé moi et une grosse partie du public je penses, ce sont les interminables transitions entre les chansons où les lumières s’éteignaient. Sur l’heure de concert ces blancs ont du prendre plus de dix bonnes minutes… J’éviterais aussi de parler du décor qui faisait très carton-pâte de là où j’étais. Et le jeu de scène… je ne sais pas si c’était censé être provoquant ou ridicule mais en tout cas ça sentait le décalage avec le but réel, surtout cette simulation de coït impromptue avec son pupitre…

Hellfest 2015 - Ambiance

Bref, une fin de seconde journée en demi-teinte pour ma part (illman), heureusement que tout n’était pas aussi morose que ce dernier concert.


Ces articles pourraient aussi vous intéresser:
  • No comments yet.
  • Donnez votre avis !

    Comment avoir son avatar sur ifisDead ?