C’était il y a une semaine et trois jours, l’équipe d’if is Dead se rendait encore une fois dans la commune de Clisson pour participer à la dixième fête des enfers qui avait lieu les 19, 20 et 21 juin. Le tellement bien nommé Hellfest fêtait là son anniversaire avec une affiche qualifiée de best-of et un terrain que son organisation avait préparé aux petits oignons. Pour couronner le tout, la météo annonçait un soleil de plomb et pas un seul nuage pour l’empêcher d’illuminer les nombreux concerts que tous les métaleux de France et de Navarre étaient venus voir. Enfin, rien sauf trois petites tentes qui résistent à l’envahisseur.

Hellfest 2015 - Ambiance

Six scènes pour les satisfaire tous

Cette année encore le Hellfest aura réussi l’exploit d’aligner six scènes où trois d’entre elles jouent en même temps en alternance, et ce pendant plus de 12 heures d’affilée. Un exploit qui lui permet de programmer une affiche avec plus de cent groupes, des groupes qui vont du Punk Rock français que font les Wampas, un groupe qui passe à la radio rappelons le, jusqu’aux plus extrêmes voir bizarres comme les jazz métaleux de Shining.

En dehors des deux MainStages où viennent se produire les groupes les plus populaire de la sphère Metal, on peut dire que chaque scène a son petit univers et ses spectateurs. Centrées autour d’un genre comme chaque année, cette fois ci nous étions comblé car nous pouvions enfin alterner entre Temple et Valley, nos deux scènes fétiches qui ne passaient plus en même temps. Pour le coup, il n’y avait quasiment plus de dilemme déchirant à subir, les seuls restant ceux causé par le décalage des horaires MainStage pouvant aller jusqu’à 30 minutes. C’est ainsi que nous avons dû sacrifier 20 minutes du concert de Samael pour pouvoir voir la fin de celui d’Epica.

Hellfest 2015 - Ambiance

Mais ici, rien de neuf allez-vous me dire, les six scènes sont là depuis le Hellfest 2012 et sont là pour rester. Sauf que cette année, les trois tentes que sont l’Altar, la Temple et la Valley ont été renouvelée, abandonnant leur forme ovale pour adopter la rectangulaire, plus grandes, plus spacieuses et clairement mieux aérées. Pour le coup, la contenance a fortement augmenté ce qui a donc permis d’accueillir plus de spectateurs pour les groupes les plus populaires. Pas assez malheureusement pour offrir de bonnes conditions pour les groupes de Folk Metal comme Finntroll ou encore Alestorm qui ont littéralement fait exploser les compteurs de la Temple.

A cet espace complémentaire sous les tentes s’ajoutent aussi trois écrans à leur entrée. En effet, les MainStages ne sont plus les seules scènes à être filmées et il est désormais possible de suivre un concert des trois tentes depuis l’extérieur. C’est déjà pratique pour ne pas rater le début quand on est entrain de marcher vers un concert, mais cela permet aussi aux gens de suivre depuis l’extérieur quand tout est plein. Ironiquement, avec la chaleur et l’ombre portée des tentes, on s’est donc retrouvé sur certains concerts avec plus de spectateurs dehors assis sur l’herbe à regarder le show que dans la tente.

Ensiferum au Hellfest 2015

Ce tableau serait presque parfait si il n’y avait pas eu cette année beaucoup plus de problèmes logistiques que ce qu’on a pu se rappeler des années précédentes. Sur les MainStages, le courant a sauté de nombreuses fois et pour de nombreux groupes différents: Airbourne, Scorpions, Cavalera Conspiracy ou encore Korn. La faute à qui ? Je n’en ai pas la moindre idée, en règle générale c’est l’installation des groupes qui pose problème, mais cela fait quand même de nombreux cas de groupes professionnels et internationaux, ce qui laisse tout de même songeur. Les MainStages sont devenues tellement complexes que l’infrastructure est peut être devenue elle aussi trop compliquée…

Côté tentes, c’est encore une fois la balance qui fait parfois défaut. Ici, c’est généralement le problème de l’ingé-son du groupe, et il serait donc injuste d’accuser l’organisation du Hellfest pour ces problèmes. Mais tout de même, cela s’est très fortement ressenti sur la voix de Finntroll, ou encore Melechesh qui était complètement inécoutable avec une batterie et une basse beaucoup trop fortes.

Un site d’exception

On pensait qu’après une édition 2014 de tous les chamboulement du site avec notamment l’ouverture du Hell City Square, l’organisation allait se reposer sur ses lauriers et amortir ses précédents investissements. C’était se tromper leurs intentions car ils ont mis une fois de plus le paquet pour cette nouvelle édition. À moins que ce ne soit pour compenser une affiche clairement moins grandiloquente que celle de l’année dernier, Judas Priest étant loin de tenir la comparaison avec un Aerosmith par exemple. Qu’à cela ne tienne, quand le Hellfest nous parlait de Clisson Rock City, on était perplexe. Quand on est venu l’année dernière, on pensait déjà y être. Et cette année on a compris qu’on en était alors encore loin.

Hellfest 2015 - Ambiance

Les investissements réalisés cette année semblent presque aussi énormes que ceux de l’année dernière. En améliorant le cadre tout d’abord avec un terrain qui a été revu de fond en comble. On a d’abord le droit à de nouvelles zones pavées, certains chemins étant désormais goudronnées et séparant différentes zones. Le reste est désormais recouvert de gazon qu’on nous a garanti résistant et qui, malgré la chaleur, le monde, et donc des conditions effroyables, a plutôt bien tenu en dehors des espaces à proximité des scènes. On pourra juste regretter à priori quelques fuites d’eau qui ont rendu des zones boueuses sans qu’on ne sache vraiment pourquoi. Dans sa globalité le terrain a donc très bien tenu et seule une exposition trop forte au soleil a empêché les festivaliers d’en profiter un maximum.

Clairement, cette urbanisation globale du terrain avec cette grande pelouse est vraiment un investissement qui en met plein la vue lorsqu’on arrive. Ça donne de de très beaux coins, les éléments du festival étant tous de mieux en mieux implantés et décorés. Côté Hell City Square le plus gros était fait l’année dernière et il n’y a pas d’énorme nouveauté. L’ensemble a été agrandi avec des boutiques supplémentaires, l’arrivée d’une taverne WoW, mais pas de quoi tout chambouler. On a juste peut être l’impression que le tout devient une sorte de grand centre commercial.

Hellfest 2015 - Ambiance

Côté camping, outre l’ajout de quelques boutiques à son entrée, la principale amélioration sera la suppression de la passerelle qui était très dangereuse en cas de pluie. Si le camping n’a pas été chamboulé, il a été doté de nouvelles tourelles, partageant un peu mieux ce grand espace et permettant d’avoir encore plus de lumière. Où que l’on soit la lumière est en vue et c’est plus qu’agréable pour se faufiler entre les tentes. On pourra évidemment dire que le camping est blindé et peut être un peu trop petit, mais n’ayant pas fait le tour complet, je ne sais pas si cela vient de la taille du camping ou du manque d’indications sur les endroits potentiellement encore vide lorsque les retardataires arrivent. J’ai pu voir quelques personnes rédigeant des gens vers des zones à leur arrivée au camping, donc c’est peut être bien le cas.

Le diable est dans les détails

Cette expression française n’était pas faite pour le Hellfest, mais c’est à se demander si le Hellfest n’a pas été fait pour y correspondre. Comment mieux décrire le travail de l’organisation autour de son festival ? Il y a certes plein d’amélioration sur le confort des festivaliers, mais il y a aussi des dizaines et des dizaines de petits détails, de références, qui font du Hellfest un festival qui est terminé jusque dans les moindre détails et où rien ne semble être mis au hasard.

Hellfest 2015 - Ambiance

Ayant accès aux zones presse cette année encore, notre premier contact avec le site n’a pas été celui de la cathédrale mais l’arrivée par une petite rue qui traverse le festival, recouvertes de plaques de Metal représentant les têtes d’affiches de chaque année. C’est un petit détail, mais un détail pour fans, un clin d’œil qui fait tellement plaisir à voir.

Et des clins d’œil il y en a partout, dans les tickets de caisse qui sont affublés du logo, dans toutes ces énormes structures clichées qui représentent tellement bien les codes du Metal. C’est juste génial, ça fait tellement plaisir de voir tous ces éléments, tous ces efforts. Alors cela se ressent dans le prix, oui, mais avoir son Disneyland du monde de Metal reste quand même génial.

Infrastructures au top

Plus de boutiques, plus proches du camping, certes. Mais aussi plus de toilettes, plus de petits services pour rendre le séjour des métaleux plus agréable. La séparation homme/femme des toilettes est désormais de mise dans la quasi totalité des espaces prévus pour cet effet, et les effets s’en font ressentir. Bon, je n’ai pas personnellement eu la chance de me rendre aux toilettes pour femmes, mais il semblerait que les métaleuses que j’ai pu côtoyer en étaient tout à fait satisfaites. Pourtant, c’est un point qui est souvent très noir.

Hellfest 2015 - Ambiance

De même, les points d’eau sont devenus bien plus accessibles et nombreux et n’ont pas causé d’inondations cette année. D’habitude, ces derniers lâchent trop vite et ne marchent tout simplement plus. Vu la chaleur et le nombre de personnes qui s’en sont servi, on peut dire qu’ici la mission était accomplie.

L’arrivée de la carte cashless pour le paiement laisse pour le moment de marbre. Il n’y a certes plus les jetons, c’est un peu plus pratiques, et on peut avoir réservé la carte à l’avance pour s’épargner la queue. Mais bon, du coup cela limite les échanges entre personnes. Au moins, on ne risque plus de perdre des jetons inutilisés et d’avoir à les consommer rapidement en toute fin.

Demandez le programme

Hellfest 2015 - Ambiance
Avec près de 16 millions d’euros de budget, le Hellfest 2015 a donc été une franche réussite d’un point de vue organisationnel. De nombreux groupes, des têtes d’affiche qui ont un caché sur 7 chiffres, et donc beaucoup d’argent de brassé. Mais toutes ces améliorations ont un prix, le prix des billets grimpe d’année en année et celui du Hellfest 2016 en prix « promotionnel » est déjà équivalent au plein tarif de cette année. On en vient donc à se demander jusqu’où tout cela ira ?

Est ce pour des raisons budgétaires par exemple que les programmes décrivant les groupes ont cette année sauté ? C’était une toute petite chose, mais tellement pratique pour découvrir des groupes qu’on avait pu rater. Avec toutes ces améliorations visuelles, il est évident qu’il fait très bon aller au Disneyland du Metal, mais un tel prix commence déjà à exclure des fans et il serait dommage de continuer cette escalade pour offrir des têtes d’affiche aux show souvent assez poussifs.

Finir sur une note pessimiste alors que le Hellfest 2015 a été une vraie réussie serait injuste. On en a pris plein les oreilles, on en a pris plein les yeux, on a donc qu’une hâte, c’est d’y retourner en 2016 et de faire confiance à l’organisation pour reproduire cet excellent cru. Dans les moindre détails.


Ces articles pourraient aussi vous intéresser:
  • No comments yet.
  • Donnez votre avis !

    Comment avoir son avatar sur ifisDead ?