C’est avec un compteur a plus de 150 000 que le Hellfest 2014 a fermé ses portes lundi dernier. 50 000 personnes chaque jour, un festival sold out et bourré à craquer comme il n’en était plus arrivé depuis 2011 et ses places qui s’arrachaient sur les dernières semaines. L’organisation nous avait prévenu, le Hellfest 2014 serait celui dont on se souviendra, celui dont on pourra dire qu’on y était. Parce que plus que bien vendu évidemment, parce qu’avec une affiche à faire baver n’importe quel métaleux, mais on s’en souviendra aussi (et ça on ne le savait pas encore), pour ses conditions météo extraordinaires et des concerts en plein dans la face. Alors, bien ou bien, le Hellfest 2014 ?

Hellfest 2014 sous la chaleur

150 groupes, 6 scènes, 3 jours

Cela fait plusieurs années maintenant que le festival a trouvé son leitmotiv, l’éclectisme dans la musique extrême. Avec les 6 scènes introduites depuis 2012, la formule n’a jamais été aussi vraie que maintenant et à cette édition. Car à quelques scènes près, il faut bien remarquer que cette année encore la programmation en offrait pour tous les goûts. Évidement ce sont cette année trois énormes mastodontes qui ont fait office de têtes d’affiche: Iron Maiden, Aerosmith et Black Sabbath. Trois grands noms que l’organisation souhaitait voir venir depuis plusieurs années déjà et qui ont fini par venir au même moment. Une programmation plus ou moins contrainte du coup, mais qui a permis au festival d’être très rapidement sold out et de pouvoir se concentrer sur l’investissement pour les prochaines années.

Mars Red Sky au Hellfest 2014

On commence cette édition 2014 avec les français de Mars Red Sky

Les trois groupes cultes ont fait leur boulot et fourni des prestations à priori à la hauteur, le tout accompagné par d’autres légendes que sont Status Quo et Deep Purple. Mais il faut bien l’avouer, ce n’est pas notre came. Nous avions d’abord vu Iron Maiden de loin au Sonisphère 2013 sans vraiment nous intéresser pour autant, Aerosmith ne fait pas parti des groupes que nous idolâtrons, bien que sympathiques, et je ne parlerai pas de Status Quo ou Deep Purple. Car le Hellfest est là pour satisfaire tous les goûts, et c’est bien ce que l’on pourra faire avec le reste. Les quatre autres scènes, la programmation des MainStages le matin, il y a largement de quoi faire.

Et cette année il y avait aussi de gros noms ailleurs. Dans le Black d’abord, avec sans doute une des plus belles affiches qu’on ait eu depuis bien longtemps. Watain et Enslaved le vendredi, Gorgoroth et Tsjuder le samedi, puis Emperor et Vreid le dimanche: mesdames et messieurs sont servis. Côté petits groupes du genre c’était évidemment l’orgie, bref, dans le milieu que nous connaissions le mieux, il y avait de quoi. Les autres genres n’étaient pas en reste avec beaucoup de scènes présentes, du Thrash au Death, en passant par quelques choses bien moins classes tel l’infamie qu’est le Metalcore. Bon, il en faut pour tous les goûts hein, il y a bien la Warzone… Ah bah non ! Grande première, nous avons réellement mis les pieds devant la Warzone pour le concert que j’attendais le plus du festival: Kvelertak.

Globalement, les concerts se sont bien enchaînés mais il y a tout de même eu quelques couacs côté technique. Entre un guitariste qui claque un solo qui déboîte alors qu’il n’est même pas branché, la même chose mais pour la flûte du chanteur d’Eluveitie ou encore une sono calée sur les réglages de Conan toute la première journée, on ne peut pas dire que cela ait été impeccable. Mais bon, ce sont les aléas et on ne sait jamais trop si cela vient de l’organisation qui met à disposition le matos, ou des groupes qui s’installent et ne font pas assez attention. Reste que c’est toujours gênant et que cela rend certaines prestations assez désagréables ou molles.

Les groupes avaient largement de quoi faire pour nous en mettre plein la vue, c’est ce qu’ils ont fait pour la plupart, mais ça, c’est pour les autres reports détaillés.

Un peu d’ombre, pour l’amour de Dieu

Parmi les habitués du festival de Clisson, le Hellfest 2007 tient de la légende. Si 2014 est l’année de la programmation extrême, 2007 était celle de la météo de l’extrême. Des kilomètres de boues, des conditions incroyables mais des souvenirs qui resteront à jamais. Reste que cette année, la météo était tout aussi extrême en comparaison des années précédentes. Un soleil de plomb du début à la fin, guère interrompu par quelques nuages et une mini pluie plus que bienvenue le dimanche matin. De telles conditions, on ne les avait pas vu depuis 2009 (ou 2010, j’ai oublié) et sa canicule. Et c’est finalement tout aussi problématique.

Dr Martens au Hellfest 2014Parce qu’il fait chaud pour un concert en plein cagnard. Parce qu’il fait chaud dans une tente sans aération pour tout un côté. Il fait chaud et on ne sait plus trop où l’on va bien pouvoir s’abriter, voir boire de l’eau. Cette année encore, les robinets étaient pris d’assaut et pour une raison légitime. Attendre 20 minutes pour avoir accès au robinet sous un soleil de plomb n’est clairement pas plaisant, ni bien sain. Si jusqu’à l’année dernière l’accès à l’eau était déjà problématique, robinets souvent complètement défoncés, cela est devenu un problème critique cette année. Gageons qu’il y aura des améliorations pour la prochaine année.

Car si l’on se permet de râler sur l’eau, c’est bien parce que tout la plus grande partie de l’organisation était au top cette année. Des toilettes avec du papier toilette, qui en aurait rêvé en 2007 ? Surement pas les gens qui attendaient une heure avec leur casserole de sciure. Avec une installation en dur comme on dit, avec de vraies évacuation et des services de nettoyage régulier, la plupart du temps les toilettes étaient acceptables. Une amélioration notable que tous les festivaliers ont pu saluer. Alors certes, des gens se soulagent encore près de la Valley, mais là, on va avoir du mal à mieux les éduquer.

Au rang des autres remarques négatives que l’on pourra faire, il faut évidemment évoquer l’énorme escalier qui permet de conserver le camping dans une enceinte close. Cette structure de métal est malheureusement un obstacle dans le parcours du metaleux à l’aller, et au retour. Et avec de nombreuses marches qui bougent, beaucoup de ferraille, on se demande si le choix est judicieux tant un accident peut vite arriver. Enfin, et beaucoup plus grave, l’espace pour les PMR des MainStages était très loin et en plein soleil. Pour un aussi gros festival, c’est clairement un problème.

Hellcity Square au Hellfest 2014

Bienvenue à Clisson Rock City

L’Extreme Market a quitté l’enceinte du festival pour rejoindre l’entrée juste après la pose des bracelets, dans une sorte de facsimilé de village à la Camden. D’un côté, on peut y voir l’empire du capitalisme prendre peu à peu plus de place au Hellfest, avec des sponsors bien plus connus qu’auparavant, plus mainstream. Entre Doc Martens et Spotify, en passant par Blablacar, on sent bien que le festival a atteint une sorte de seuil critique qui attire de nouvelles marques. Mais si on voit le verre du côté plein, c’est juste génial et ça nous en met plein la gueule dès notre arrivée. Monter tout un faux quartier juste pour le côté esthétique, peu de festivals le font. Et le Hellfest est évidemment de la partie.

On retrouve à la place un espace de restauration, qui permet d’avoir de quoi manger à deux endroits différents de l’enceinte. Et avec l’espace gagné, ce n’est rien de moins qu’une roue qui a été ajoutée. Nous l’avons fait le dimanche matin, car il y avait beaucoup trop de monde le soir par exemple. Et c’était vraiment cool au final, reste à voir si cela continuera.

 On se retrouve au Hellfest 2015 !

Une très bonne programmation, une organisation toujours au poil et un festival qui mets des moyen dans la déco et l’ambiance, le Hellfest 2014 était clairement une très bonne année. On était beaucoup, oui, et j’avoue espérer secrètement que l’année prochaine sera moins peuplée. Mais, la plupart du temps, c’était clairement vivable et on devrait pouvoir continuer si la croissance du public ne continue pas. En tout cas, on se donne clairement rendez-vous au Hellfest 2015 !


Ces articles pourraient aussi vous intéresser:
5 Comments, donnez votre avis !
  • Jennifer a écrit le 30 juin 2014 à 20 h 48 min:

    Bien ton article – on n’a pu y être que le dimanche cette année donc je ne peux pas témoigner des journées de vendredi et samedi …. mais voilà, malgré les réaménagements réussis, malgré l’organisation globalement efficace, malgré les décors géniaux, pour nous il y avait clairement trop-trop-trop de monde et par moments il était tellement difficile de se déplacer que ça nous a un peu gâché la deuxième partie de la journée. J’espère aussi que le festival sera un peu moins peuplé la prochaine fois.

    RépondreRépondre
  • fabY a écrit le 6 juillet 2014 à 14 h 38 min:

    Teeeellement de monde pour mon premier Hellfest (jamais vu autant de monde que lors du concert de maiden) ! Je peux évidemment pas témoigner en comparant avec les derniers hellfest mais par rapport à ce qu’on m’avait annoncé j’ai été au fur et à mesure des heures rassuré x).
    On m’avait teasé des chiottes archi-sales, de la merde dans les douches, des affaires volés dans les tentes mais j’ai rien constaté de tout ça. J’ai pris des notes le vendredi et les deux jours suivant j’appliquais la règle toilettes + douche à 16h, après le passage du camion-qui-nettoie et à l’heure des gros groupes sur les mainstages (+/-15min d’attente en tout). Finalement côté hygiène j’avais rien à reprocher au fest x).
    Par contre cette poussière omniprésente qui te fait cracher du sable le soir et ce soleil…

    Pour la sono, j’ai trouvé que l’équilibre aigües/grave était très mal dosé dans la majorité des concerts, il fallait se concentrer pour entendre la lead guitare ou un solo et l’effet était encore pire les fois où je me suis bouchonné les oreille. Et la sono de la valley était bien plus forte que les autres scènes. Bon ça m’a pas empêché de surkiffer mes premiers concerts de metal ever hein =).

    Mais oui il y avait trop de monde (tous ces nouveaux venus là… tsss)

    RépondreRépondre
  • Jennifer a écrit le 6 juillet 2014 à 19 h 18 min:

    Trop de monde, oui. Mais moi qui peste depuis toujours à propos de la manque d’ouverture envers la musique métal en France, je ne vais surement pas jeter la pierre aux « nouveaux venus » maintenant qu’il y a plus de monde à s’y intéresser. La faute va clairement aux organisateurs qui agrandissent sous prétexte d’améliorer le confort du festival, pour finalement bourrer encore plus de monde sur un site qui a déjà atteint ses limites.

    Il y a plein de gens qui ne sont pas d’accord avec moi, c’est leur droit, chacun son avis hein … les décors du site étaient magnifiques et mieux que jamais et effectivement, je n’avais jamais vu les toilettes aussi propres mais je ne vais pas au Hellfest pour inspecter les douches …
    Le son n’était souvent pas top, je suis tout à fait d’accord et surtout, en ce qui me concerne, quand on loupe ses concerts par manque de place sous le chapiteau ou devant la scène (on n’arrivait même pas à se placer pour voir sur l’écran pendant Black Sabbath, seul show « tête d’affiche » qu’on voulait voir), ou simplement parce qu’il y a tellement de monde qu’on ne peux pas se déplacer sur le site pour aller d’un concert à l’autre, ça m’enlève pour l’instant l’envie de recommencer. On verra bien l’année prochaine selon la prog – si c’est du genre AC/DC + Metallica, c’est mort, j’irai ailleurs.

    Mise à part ces considérations, je m’interroge de plus en plus sur le « phénomène festival » – c’est moi ou il y a de moins en moins de concerts en salle ? On dirait bien que pas mal de groupes ne veulent plus jouer qu’en festoche et je trouve ça plutôt inquiétant vu les conditions dans lesquelles on les voit souvent.

    RépondreRépondre
  • fabY a écrit le 7 juillet 2014 à 15 h 19 min:

    Ah non mais je suis globalement d’accord sur la sur-population, ma dernière phrase était ironique dans le sens où je suis moi même un « nouveau venu » et ne visait personne.
    Je me vois mal dire que l’overdose de populace n’était pas un problème, ça paraissait évident sur toutes les grosses affiches (que ça soit sur la mainstage ou autre, c’était pareil pour Eluveitie ou Clutch). Ou rien que pour entrer dans la partie fest avec quasiment 30minutes d’attente (le vendredi matin =_=).
    Pour Black Sabbath perso j’étais assis (dos destroy) et je voyais quand même un écran =/, bon j’étais pas mal loin faut dire.

    RépondreRépondre
  • Jennifer a écrit le 7 juillet 2014 à 15 h 45 min:

    Tu étais assis … O_O
    Héhéhé … c’est peut être sur toi que j’ai marché alors ^^

    RépondreRépondre
  • Donnez votre avis !

    Comment avoir son avatar sur ifisDead ?