Le troisième réveil est généralement le plus difficile physiquement, mais c’était aussi cette année le plus agréable puisque le soleil était au beau fixe. Après la grosse peur de la veille, rien de mieux que nous motiver pour aller voir les derniers passages sur les scènes du Hellfest 2012. Comme d’habitude, si vous comptiez acheter du merchandising officiel, il fallait s’y prendre bien plus tôt, et même les tailles moins demandées étaient partis depuis belle lurette.

Hellfest 2012

A notre programme, une matinée relativement peu chargée, principalement du Black Metal, pour de nombreux enchaînement jusqu’au concert final. Bref, un dimanche habituel au Hellfest en somme, bien que ce soit la première fois qu’on ait le droit de tâter plusieurs grosses stars le même jour.

Aosoth au Hellfest 2012

Serafina - Aosoth Hellfest 2012On commence la journée avec Aosoth, un groupe français qui avait été étiqueté Death Metal sur le booklet du festival, ce qui était assez étonnant puisqu’ils passaient sous la Temple. Heureusement, je m’étais renseignée auparavant et ça n’avait rien de Death, puisqu’on est là face à du Black Metal old school au possible. Les codes y sont, en passant par le corpse painting et les français proposent un set plutôt efficace et de bonne qualité au vu de l’heure matinale de la prestation.

Le groupe a un bon jeu de scène, reste que musicalement, ça n’est pas l’extase pour autant. C’est certes efficace mais pas transcendant, plutôt du Black assez générique. Une façon agréable de se réveiller en ce troisième jour où la fatigue se fait tout de même sentir.

Vanderbuyst au Hellfest 2012

illman - C’est parti pour le dernier jour, je m’accroche à la grille à 11h pour pouvoir voir un groupe de Heavy bien matinal. Vanderbuyst, ça bouge sur scène, ça réveille son public et ça sert des bons morceaux qui même s’ils ne sont pas inoubliables sont très agréables à écouter. Bilan, concert sympa, je vais essayer de choper un de leurs albums.

Vanderbuyst Hellfest 2012

Winterfylleth au Hellfest 2012

Serafina - On enchaîne avec un autre groupe de Black, Winterfylleth qui fait partie de mes découvertes de l’année suite à l’annonce de l’affiche du festival. Le Black Metal que nous servent les anglais contient des vrais morceaux d’Ambient dedans et ils faisaient partie des groupes que j’attendais ce jour là.

Malheureusement, la déception est plutôt cruelle. Le groupe n’est pas à la hauteur sur scène, si musicalement parlant le niveau est là, l’aspect scénique n’est pas au rendez-vous. Pour moi, le Black Metal privé de son décorum n’a pas de sens en live. Et les musiciens de Winterfylleth font plus penser à des coreux qu’à des blackeux, à la différence près qu’ils sont en plus super statiques. Ça casse clairement l’ambiance pour moi, autant les écouter en CD en somme.

Winterfylleth Hellfest 2012

Pas très Trve Black Metal

illman - Mon troisième groupe de Black du week-end est Winterfylleth, j’ai adoré le son de ces anglais sur album alors une fois n’est pas coutume, je les attendais au tournant. Là par contre sur scène j’ai été un peu déçu, pour le look ça oscille entre coreux et roadies. A vrai dire je me rappelles avoir dit « Mais qu’est qu’ils **** sur scène les roadies, heiiin, c’est le groupe !?!« . En plus ils resteront quasiment statique tout le show. Sinon musicalement c’est carrément pas mal et carré mais bon, c’est un peu comme écouter le CD. Un concert en demi-teinte pour moi, essai non transformé.

J’ai essayé d’aller voir Alcest dans la Valley mais c’était blindé alors je me suis installé tranquille devant la Temple à écouter Insomnium qui jouait à coté et qui délivrait un Death Mélodique de très bonne facture.

Liturgy au Hellfest 2012

Serafina - Liturgy Hellfest 2012On enchaîne un troisième groupe de Black avec Liturgy, lui aussi mélange des gens avec du Black et encore plus d’Ambient dedans. Je les ai aussi découvert grâce au festival, et ils m’avaient tout autant convaincu à l’écoute. Les deux new-yorkais proposent tout de même une musique qui tient plus du Drone que du Black, à l’image de Darkspace le premier jour.

Ils ne sont que deux sur scène et pourtant, ils en imposent, complètement dans leur trip. La musique est lourde, étrange, envoutante, limite oppressante et ce n’est pas la boite à rythme qui nous martèle les tympans qui va me contredire. Imperturbable, celle ci nous lobotomise joyeusement pendant que les deux musiciens rivalisent de dissonances.

C’est une expérience à vivre, assez difficile à décrire, et qui visiblement n’a pas convaincu tout le monde puisqu’une bonne partie du public est partie pendant le show. Peut être un peu trop différent d’un Black classique. Cependant, si vous y êtes réceptifs, c’est clairement une expérience à vivre.

illman - Liturgy c’est du Black expérimental, peut-être un peu trop d’ailleurs. La boite à rythme n’aide déjà pas, cela donne un coté mécanique désagréable à la rythmique alors que ce que j’avais écouté de Liturgy sur album était plutôt « organique ». Et puis le chant à mi chemin entre la sirène d’alarme et le cri de la girafe qui agonise ça va bien deux minutes, pas cinq. Le son était déjà pas bien terrible sous les tentes mais là c’en était presque désagréable, faut qu’ils se trouvent un batteur, une meilleure sono et après on verra. Pour l’instant, on est loin du meilleur concert.

Liturgy Hellfest 2012 Guitariste

Monkey3 au Hellfest 2012

illman - Une nouvelle bonne surprise du festoche que ces 3 singes. Un Stoner énergique, instrumentale et maîtrisé avec un leader qui a un tant soit peu de charisme, c’est ce à quoi j’ai eu droit avec Monkey3. Malgré toutes ces qualités, je dois dire que je n’en garde pas un souvenir impérissable, à réserver peut-être aux albums.

Black Label Society au Hellfest 2012

dabYo - Je le confesse, j’ai lâchement négocié d’aller revoir Black Label Society à la place de Forgotten Tomb contre le fait d’aller revoir Ozzy Osbourne au lieu de Sunn O))) ou Dimmu Borgir. Je ne sais pas si je peux dire que grand bien m’en a pris, vu que ce que nous a raconté illman du show des blackeux dépressifs avait l’air franchement sympa, mais celui de Zakk l’était aussi.

Black Label Society c’est du Heavy Metal pur et dur, celui qui nous balance du bon gros riff dans la gueule et qui place le décors avec ses énormes piles d’ampli Marshall. Autant dire que, comme l’année dernière, on en a pris plein la gueule. Le format de quarante minutes a semblé cette fois dissuader Zakk Wylde de se tripoter trop longtemps la guitare, aussi, on ne peut pas reprocher grand chose à la prestation du groupe. Les deux killer-tunes que sont Overlord et Crazy Horse ayant suffit à nous convaincre.

Rapide, efficace et spectaculaire, si il n’y avait pas de nouveauté par rapport à l’année dernière, c’était clairement un bon moment.

Forgotten Tomb au Hellfest 2012

illman - Forgotten Tomb Hellfest 2012Comme j’avais déjà vu Black Label Society, Zakk Wylde et ses solos masturbatoires l’année dernière, je me suis échappé dans le Temple pour un bon gros groupe doomy-blacky-dépressif: Forgotten Tomb. Lorsque le chanteur lance « How are you Hellfest ? Hope you’re doing bad. » on est carrément dans l’ambiance.

Là d’où j’étais c’était simplement énorme on a quasiment headbangé tout le concert avec le viking à coté de moi, parce que les titres du groupe décapent.

Par contre comme d’habitude, le son était plutôt moyen et j’ai un peu lutté avant de reconnaître ma chanson d’eux préférée, Reject Existence. J’ai passé un super concert avec un set qui valait le coup.

Devil Driver au Hellfest 2012

dabYo - Devil Driver est généralement le groupe que je cite lorsqu’il s’agit de défendre l’intérêt d’aller voir des groupes qui nous sont totalement inconnus. Véritable claque lors de leur passage au Hellfest 2009, c’est un groupe que je suis depuis lors et dont j’attendais beaucoup suite à la sortie de leur excellent dernier album, Beast.

C’est sous un soleil de plomb que les américains viennent nous livrer leur Groove Metal, comme s’il fallait forcément un peu de poussière pour accompagner les pits qui allaient se former dans la fosse. Les morceaux sont agressifs et soutenus par une double-pédale imperturbable, et le chanteur impose bien son groupe. Ils vont jouer de nombreux morceaux de Beast et Pray For Villains pour mon plus grand plaisir.

Cela dit, je ne sais pas si c’est parce qu’on était cette fois bien loin de la fosse, mais je dois avouer avoir trouvé leur set bien moins percutant que dans mes souvenirs, comme si la violence de leurs morceaux ne m’atteignait pas. Un bon moment, mais pas au niveau auquel je les attendais.

Rival Sons au Hellfest 2012

illman - Rival Sons Hellfest 2012Remplaçant à pied levé d.USK, Rival Sons est venu prêché son Hard Rock dans la vallée. C‘est par la chanson Pressure and Time que j’ai découvert le groupe et après l’avoir vue sur scène, elle est géniale. Le chanteur a l’air carrément stone sur scène mais il a une voix terrible et les riffs de gratte sont plutôt efficaces.

Une sérieuse descendance à Led Zep’, il leur manque juste des efforts vestimentaires pour le bassiste et le gratteux et d’autres bombes comme la chanson citée précédemment. Un petit bémol toutefois, leur dernière chanson était vraiment troooop longue avec beaucoup trop de break. J’ai passé un bon moment rock ça c’est clair.

Vulture Industries au Hellfest 2012

dabYo - Vulture Industries Hellfest 2012Découvert grâce à la programmation de cette année, Vulture Industries est un groupe dont l’Avant-Garde Metal complètement barré nous avait tout de suite séduit. Avec cette ambiance qui sent bon la folie et le glauque des asiles psychiatriques sur CD, on espérait que le show serait à la hauteur. Et ce n’est pas les diverses vidéos youtube qu’on avait pu entrapercevoir qui allaient nous faire changer d’avis.

Que dire, si ce n’est que la prestation de la formation suédoise était tout simplement exceptionnelle ? Un vrai show, à la limite du scénarisé et où toutes les compositions sont quasiment interprétées par le chanteur, qui, il faut le dire, donne franchement de sa personne. Parfois fou, d’autres fois juste barré ou suicidaire, il vit chaque morceau et le voir déambuler sur la scène de la Temple était bien souvent complètement flippant.

Si grâce à la tente le spectacle se déroulera dans une obscurité relative, on regrettera malheureusement un assez gros manque de qualité pour le son. La voix du chanteur est très grave, très basse, mais ses légères variations dans la tonalité et dans la diction des mots font partie des éléments les plus importants sur CD. Et elles ne seront pas du tout retranscrites par la sono. Du coup, on perd quelque chose et on ne peut que regretter que les musiciens se donnent tant de mal pour quelque chose qui ne peut être entendu par l’auditoire à cause de limitations techniques.

Vulture Industries Hellfest 2012

Ce petit point noir est loin d’amoindrir la performance exceptionnelle de Vulture Industries, qui restera clairement dans les expériences scéniques les plus marquantes que je n’ai jamais vu au Hellfest. Pas sûr qu’on retrouve un jour un groupe avec un tel sens de la mise en scène, et où le chanteur n’hésite pas à se mettre au pilori pour le plaisir de son public.

Seul réel regret, que les métaleux du festival aient répondu si peu présent, ce qui met en doute la possibilité d’y revoir un jour le groupe, voir du genre Avant-Garde complet. Mais diantre, quand je pense que certains ont préféré Blue Öyster Cult… Le fait de passer un groupe aussi particulier montre encore une fois à quel point le Hellfest travaille son éclectisme comme je le disais au début de ces HellReport.

Blue Öyster Cult au Hellfest 2012

illman - Blue Oyster Cult Hellfest 2012Groupe culte, Blue Öyster Cult n’en finissait pas de titiller ma curiosité, ne connaissant d’eux que leur (Don’t fear) the Reaper.

Si l’on ne peut pas reprocher grand chose au groupe pour sa prestation, j’ai toutefois été un petit peu perturbé par tout ces solos et passages instrumentaux que je n’ai pas trouvé particulièrement à leur place sur une scène de festival.

Cet avis n’engage que moi, j’ai tout de même apprécié mais j’ai trouvé ça un poil mou.

Pentagram au Hellfest 2012

illman - Bam, deuxième pilier du Doom US en deux jours, Pentagram. Bobby semble vénéré par le public lorsqu’il rentre sur scène et il va nous abreuvait de son chant caractéristique, avec un regard illuminé. Un vrai régal pour les aficionados du Doom, on va assister à une succession de titres énormes avec une apogée atteinte au moment de Forever My Queen. Le public était plus en forme que jamais, tout simplement dans mon top 3 des meilleures concerts du week-end.

Pentagram Hellfest 2012

Ce concert à été l’occasion de headbanger à nouveau comme un dingue au coté d’un grand viking blond super sympathique. Le temps de se congratuler pour ce grand moment de communion métal et j’étais reparti vers la MainStage.

Trivium au Hellfest 2012

dabYo - Trivium Hellfest 2012Après la claque que nous ont mis les suédois de Vulture Industries, il était franchement difficile de passer au Metal pour adolescents que propose Trivium. En roulant vers les terres clissonnaises nous avions pris leur dernier opus, In Waves, et l’équipe a trouvé un parfait consensus: en fait, en dehors du morceau éponyme, leurs compos ne valent pas un copec.

Du coup, ça tombait bien puisque c’était le morceau d’ouverture de leur concert. On a donc pris le temps de scander quelques In Waaaaaaves bien sentis, puis nous sommes allés nous acheter à manger pour manger pour la première fois quelque chose de chaud depuis trois jours, et voir le tout de loin. Un tout pas franchement folichon pour cette formation de Metalcore au leadeur assez exaspérant.

Mötley Crüe au Hellfest 2012

Serafina - J’avais déjà vu Mötley Crüe en 2009, cependant depuis des choses ont changé. J’ai d’abord lu The Heroin Diaries de Nikki Sixx, puis la biographie officielle The Dirt. Mine de rien, cette immersion dans le monde décadent mais fascinant du groupe de Glam a complètement renforcé mon amour pour leurs morceaux. Du coup, j’attendais énormément ce concert.

Et je n’allais pas être déçue. Si la scène est bien plus sobre qu’en 2009, se limitant à des amplis, un drapé dans le fond et un micro suspendu pour Nikki Sixx, c’est à contrario beaucoup plus dynamique et emmené tambour battant. Ils ne vont faire quasiment aucune pose pendant tout le show, enchaînant tube  sur tube. Vince Neil et Nikki bougent pas mal, bien que ce dernier passe plus de temps à essayer de chanter en face de son micro pivotant qu’autre chose. On voit que le tout est réglé comme sur du papier à musique, mais les morceaux du groupe sont toujours aussi efficaces aujourd’hui et le public est complètement conquis sur les Kickstart My Heart et autres Girls, Girls, Girl.

Malgré l’absence cruelle du rollercoaster qui les accompagne lors de leurs dates solo, ce show est pour moi le meilleur du festival. Avec un groupe dynamique, un concert sans temps mort, une setlist de rêve et un soleil bienveillant, tous les éléments étaient au rendez-vous. C’est pour moi ce sur quoi le festival aurait du se clôturer, malheureusement.

illman - Mick Mars Motley Crue Hellfest 2012Nouvelle vague de Glam pour mes oreilles. J’ai beau adoré le Crüe, je commence à en avoir soupé des shows « à l’américaine ». Je suis un peu déçu car en dehors de leurs morceaux d’anthologie, il me reste une certaine froideur que les vannes de Tommy et l’apparente bonhommie de Vince n’arrivent pas à combler. C’est un peu ça aussi le problème, on avait l’impression qu’ils ne sont vraiment que deux sur scène, voire deux et demi quand Nikki se réveille. Bref je n’ai pas été spécialement fan du live mais j’ai pu retrouver mes chansons préférées donc bon…

Et je ne parlerai pas de ma frustration de ne pas être dans la capacité de voir The Obsessed qui passait en même temps dans la Valley, ce qui ne m’a pas franchement aidé à savourer le Crüe. Voilà maintenant j’passe pour un con aigri. Le tout m’ayant achevé et la fatigue des trois jours me rattrapant, je suis rentré à la tente, grand bien m’en a pris vu les trombes qui n’ont pas tardé à tomber.

dabYo - Mötley Crüe faisait partie des meilleurs moments du Hellfest 2009, mais aussi de ses plus grandes déceptions. Car la formation ultime du Glam avait fourni certes un très bon show, mais trop souvent entrecoupé de ponts à la con. Voilà Nikki qui nous fait un solo de basse, puis c’est au tour de Vince de nous faire l’éternel « à gauche ils chantent plus fort », et enfin, on se tappe la causette avec Tommy Lee. Bref, du coup, je dois avouer que j’avais un poil peur que ça nous refasse le coup.

Mais mes craintes étaient infondées. Peut être est-ce pour la même raison que Black Label Society, auquel cas dieu bénisse les sets plus courts, car Mötley Crüe va cette fois nous livrer un bon gros show à l’américaine sans temps mort. Ou presque, le temps pour Nikki de changer de basse quoi. On va retrouver la plupart des gros titres du groupe, du génial Kickstart My Heart à leur dernier gros tube, Saints of Los Angeles en passant par Home Sweet Home avec Tommy au piano.

Nikki Sixx Motley Crue Hellfest 2012

On ne peut pas dire que le son était toujours au rendez-vous, on pourra aussi reprocher à Vince Neil de prendre quelques libertés quant au ton, quand ce n’est pas carrément les paroles. Il arrivera même sur certains morceaux de ne pas le reconnaître avant le premier refrain. Mais diable que c’était bon de les voir actifs, à des années lumières du mutisme des Guns la veille. Mick Mars sera bien entendu statique comme un poteau, mais comment lui en vouloir dans la mesure où sa maladie l’empêche de faire autre chose que d’être debout et de souffrir.

Au final un show haut en couleurs, certes classique mais efficace, et qui aura comblé les ardeurs du public avec deux danseuses courtement vêtues. A noter que ces titans, eux, n’ont pas besoin de quémander pour avoir du nichon, qu’ils ont d’ailleurs royalement snobé. C’est ça être une rock star.

Ozzy Osbourne au Hellfest 2012

Serafina - A la base, l’annonce de la reformation de Black Sabbath et de leur date au Hellfest 2012 m’avait rendu toute chose. Malheureusement, il semblerait que les plans du Grand Architecte me concernant ne comprennent pas le fait de voir le combo mythique en live. C’est donc Ozzy, et à moindre mesure and Friends, qui était chargé de terminé en beauté, on l’espérait du moins, cette nouvelle édition du Hellfest.

Hellfest 2012 By NightJ’aime Ozzy Osbourne, j’avais aimé sa performance de l’année dernière, et je trouve qu’il fait partie des plus grands chanteurs de Metal. Seulement voilà, il y a des choses que même une fangirl ne peut pas pardonner. Dès les premiers morceaux, la cruelle vérité me frappe: à quelques différences près, le prince des ténèbres est entrain de nous refaire la même setlist que l’année dernière. Alors qu’on nous avait vendu le show comme un hommage à Black Sabbath, il y aura tout au plus un ou deux morceaux issus des albums du groupes en plus que l’an dernier.

Scéniquement parlant, Ozzy semblait clairement être bien plus en forme que l’année dernière, nous donnant vraiment l’impression d’être face au Mad Man. Il avouera cependant être malade ce soir là, ce qui est du coup bizarre, et utilisera ce prétexte pour fournir un show bien plus court que prévu.

Cette fin de show, on ne l’aura malheureusement pas vu. Le concert a commencé sous la pluie, et celle ci a gagné en intensité au fil des morceaux. Tant et si bien que, bien que l’on était vraiment motivé pour rester au tout début, les choses ont fait que nous avons fini par décrocher. La pluie bien sûr, plus que glaciale, la déception d’une setlist que l’on avait reconnue comme décevante, et le coup fatidique, quand Gus G a commencé à se toucher la guitare.

Hellfest 2012

Serafina - Ce Hellfest 2012 était pour moi beaucoup moins intéressant que les années précédentes niveau affiche. Peu ou pas de Symphonique, quasiment pas de Goth, et peu d’exclusivités avec des redites comme Ozzy. Cependant, ce fut l’occasion de découvrir une multitude de petits groupes fort sympathiques, et certains des concerts que j’ai pu voir peuvent facilement prétendre au panthéon du Hellfest. Je pense évidemment au show parfait de Mötley Crüe, mais aussi à celui, complètement magique, de The Devil’s Blood.

The Valley Hellfest 2012L’ajout de nouvelles scènes thématiques a permis de programmer des ovnis comme Sunn O))), bien qu’on ait pas pu aller les voir, ou encore Vulture Industries. C’est pour moi un des gros points forts de cette année et j’espère bien que l’expérience sera poursuivie lors des prochaines éditions.

Il est forcément dommage que la pluie ait été de la partie, nous empêchant d’apprécier comme il se doit les concerts de King Diamond ou encore Ozzy, mais elle ne nous a pas tant gâché le festival que cela. Juste une bonne crève à la sortie pour dabYo et illman, quoi.

J’attends déjà l’édition 2013 avec impatience, et je prie très fort pour y revoir Eluveitie, Therion et pourquoi pas, enfin, Abney Park. Grand Architecte, si tu m’entends…

illman - Au final ma deuxième participation au Hellfest s’est un peu moins bien passé que l’année dernière, j’étais un peu trop limite physiquement et j’ai loupé plein de concert que je voulais voir. C’est clair que pour l’année prochaine ma vengeance sera terrible, mouhahahaha.
dabYo - C’était donc notre cinquième participation au Hellfest, et je ne m’en suis pas encore lassé. Alors certes, du coup, il y a pas mal de groupes que l’on avait déjà vu, mais cette année aura tout de même été riche en grosse baffes. The Devil’s Blood, Vulture Industries et Orange Goblin en premier lieu. La fin mi-figue mi-raison me reste un peu de travers certes, la figue étant la redite de 2011 avec un Ozzy Osbourne qui nous sert la même setlist, le raisin étant cette grosse douche froide qui nous a pris à revers, comme ça, sans prévenir. Mais pas de quoi pour me décourager, Hellfest 2013, nous voilà !

Hellfest 2012 Parc

En attendant l’année prochaine, vous pouvez retrouver toutes nos photos et reports avec le tag HellReport 2012. Stay Heavy, et merci de nous avoir lu.


Ces articles pourraient aussi vous intéresser:
  • Pas encore de commentaire.
  • Donnez votre avis !

    Comment avoir son avatar sur ifisDead ?