C’est devenu un rituel. Sur la fin du mois de juin, les derniers jours du printemps, nous partons pour Clisson, la petite cité médiévale de la région nantaise accueille en effet des metalleux des quatre coins de la France et du monde pour trois jours de concerts lors du Hellfest ! Le festival a vendu dans les 80 000 billets sur trois jours, soit 30 000 personnes par jour. Il faut savoir aussi que le Hellfest 2011 est la dernière édition sur le terrain qui accueille le festival depuis ses débuts. L’année prochaine, les scènes se situeront sur l’emplacement de l’actuel camping. Mais en attendant, on reprend donc rapidement nos marques et on plante notre tente au même endroit que d’habitude, à quelques tentes Quechua près.

Hellfest 2011 Jour 1

Cette année, c’est au total près de 90 000 personnes qui ont franchi les grilles du festival sur l’ensemble des trois jours, encore plus que l’année dernière donc, mais surtout devant la dernière édition du Wacken. Notre équipée inclus aussi illman pour qui c’était le premier Hellfest et nous avons gracieusement eu droit à notre petite accréditation presse. Vous aurez donc droit à des photos un peu plus jolies que l’année dernière, en majorité prise par votre humble serviteur, Serafina. L’organisation du fest’ était toujours aussi bonne cette année, et ce malgré la pluie, la formule n’a d’ailleurs quasiment pas changer par rapport à l’édition 2010. A vrai dire, à part la disparition du sponsor Monster au profit de Red Bull, les changements n’étaient pas flagrants, avec comme seule apparition marquante un bras motorisé pour filmer les deux Mainstage. Assez dérangeant au début, on finira par l’oublier.

Le vendredi n’est pas le jour le plus chargé pour nous. On a bien entouré quelques groupes par-ci par-là sur notre running-order, mais le premier jour habituellement celui où les concerts à suivre ne sont pas légions pour nous, et tant mieux car le temps ne sera pas au rendez-vous. Dès le coup de midi , la pluie commencera à tomber sur le festival. Pas bien méchante, légère mais tout de même assez désagréable pour nous faire préférer les concerts sous les tentes. Mais commençons par le début pour ce premier HellReport 2011. Pour ce qui est de l’ensemble de nos photos, rendez vous sur notre autre article, Photos du Hellfest 2011: Jour 1.


Klone
Svart Crown
Dodheimsgard
Church of Misery
Alter Bridge
The Damned Things
Maximum the Hormone
Primordial
Karma to Burn
Vader
Iggy and the Stooges
Rob Zombie
Monster Magnet

Klone au Hellfest 2011

Klone au Hellfest 2011

Klone a la dure tâche d’ouvrir le festival sur la Mainstage 02 à 10h30. Klone c’est un groupe français que j’ai découvert sur CD après leur annonce sur l’affiche du fest. C’est très Metal Progressif et je le conseille à tous les fans de Tool, car on reconnait clairement une influence. Le groupe sort un set très carré avec des morceaux de qualité. Le chanteur est assez communicatif, mais cela reste un peu statique, nul doute qu’il leur reste une marge de progrès importante pour la scène.

Le groupe jouera sa reprise de Army of Me de Björk pour la première fois sur scène et c’est une vrai réussite, un morceau intense et puissant, repris en cœur par le public certes clairsemé, mais tout de même présent. Ceux qui se sont levé aussi tôt sont généralement déjà acquis au groupe, cela dit.

Svart Crown au Hellfest 2011

Svart Crown au Hellfest 2011

Nous nous dirigeons ensuite vers Svart Crown sous la Rockhard Tent, un groupe de Black Metal avec des bouts de Death dedans, lui aussi français. Ils ont notamment fait la première partie de Septic Flesh lors de leur passage en France. Pour cette inauguration de la Rockhard, c’est un set très brut, très carré et assez intense qui nous est proposé. On reprochera quand même le son un peu fort, mais les ambiances sont fortes, et la musique du groupe est très efficace sans être caricaturale. C’est plutôt progressif, bref à réécouter. Par contre, on déplorera un jeu de scène assez limite et assez peu de communication avec le public, ce qui est toujours très dommage pour un groupe français, surtout en début de festival et à 11 heures du matin !

Et pendant ce temps là, le petit illman que je suis est resté devant les Mainstages pour profiter d’un bon groupe de Hard Rock plein de barbus et qui tache, Vallient Thorr. Pas de doute, ils savent y faire mais les avoir coller aussi tôt ne leur a pas vraiment permis d’avoir le public bien chaud qui aurait transcendé leur performance. Difficile de s’empêcher de bouger sur leurs morceaux ultra énergiques. Un petit moment d’anthologie lorsque le chanteur fera s’agenouiller le public pour se joindre à lui. Un concert qui m’a donc bien réchauffé avant d’aller dans le froid et sous la pluie faire la queue au merch officiel pendant 1h30. J’en ai ensuite profité pour rejoindre Seraf‘ et dabYo sous la RockHard.

Dodheimsgard au Hellfest 2011

Dodheimsgard au Hellfest 2011

Le concert suivant, un peu plus d’une heure plus tard, est aussi sous cette même tente, c’est Dodheimsgard, du Black Metal Progressif. Niveau look, pas de doute, on a bien à faire à du Black, le corpse paint est utilisé, et pas qu’un peu. Côté morceaux par contre, c’est quand même assez light pour du black et du coup assez accessible, à part les derniers morceaux qui eux seront plus typés avec de vraies nappes de son bien lugubres. Le groupe est assez statique sauf le chanteur, ultra peinturluré bien entendu, qui affiche un bon dynamisme et des mimiques « so true » à s’enrouler ses sangles autour du cou. En plus de ça je trouve qu’il a grave la classe. Le son est comme toujours un peu trop saturé dans la RockHard mais dans l’ensemble c’est plutôt bon.

Même illman qui déteste habituellement le Black Metal, a fini par trouver le show plutôt sympa, bien qu’il ne soit pas resté jusqu’au bout pour aller contre les grilles du concert suivant sous la Terrorizer, Church of Misery.

Church of Misery au Hellfest 2011

Church of Misery au Hellfest 2011

Dagoba prend ensuite la Mainstage et fait du Dagoba, on les a vu y a deux mois au Printemps de Bourges, au Hellfest 2009 , et c’était bien suffisant. Surtout que sous la Terrorizer Tent passe Church of Misery, un groupe japonais de Doom Metal. Oui vous avez bien lu, les japonais ne savent pas que faire du visual merdique, mais ont semble-t-il une vraie scène alternative. Je ne la connais que peu et je serais preneuse de tuyaux à son propos, si vous connaissez. Donc, Church of Misery c’est du Doom, mais plutôt old school, dans le genre digne héritier d’un Black Sabbath. La musique est efficace, mais ce qui retient le plus l’attention c’est le chanteur.

Véritable showman, il est comme possédé par la musique, torse nu et pieds nu, il est dechainé comme pas deux, bouge dans tous les sens (le rendant difficile à photographier du coup), bref il porte tout le show sur ses épaules, et sacrément bien. Ce sera une vrai claque, la musique est puissante et intense et scéniquement parlant, ça démonte (ça démonte même du pangolin dirait illman).

Pour illman d’ailleurs, la prestation de Chuch of Misery est tout simplement le meilleur concert auquel il pense avoir assister ce week-end. Le chanteur est surprenant, virevoltant, il irait même jusqu’à dire hypnotisant. D’ailleurs il s’arrête avant de passer en mode fanboy. Il parle à la troisième personne, aussi.

Alter Bridge au Hellfest 2011

Alter Bridge au Hellfest 2011

Initialement nous avions prévu d’enchainer sur Alter Bridge, le groupe de « Metal FM » mené par le craquant Myles Kennedy. Mais mes camarades étaient bien hermétique à cet argument. Malheureusement la pluie ne nous a pas bien motivés, nous sommes donc restés sous la Terrorizer pour découvrir The Damned Things.

illman par contre, Trüe Metal Warrior de son état (c’est une rockstar, vous vous rappelez ?), est allé voir Alter Bridge sous la flotte et profiter de leur Metal Easy Listening. La prestation est honnête, ça se laisse écouter et Myles Kennedy a une voix agréable, il n’hésite pas à aller se mouiller sur l’avancée de scène. Enfin bon il y a aussi eu des passages bien inutiles, surtout lorsqu’on prend en compte le peu de temps qu’ils avaient sur scène, genre le pseudo « duel » de guitare qui ressemblait plus à un viol d’oreilles qu’autre choses. Leurs morceaux connus, comme Metalingus, rendent quand même vachement bien sur scène.

The Damned Things au Hellfest 2011

The Damned Things au Hellfest 2011

Sous la Terro donc, The Damned Things, un « super groupe » composé de membres d’Anthrax, Fall Out Boy et d’Everytime I die. Le groupe propose un Heavy Metal voire Hard Rock assez classique avec un chant à voix claire. Les compositions sont rondement menées, et on sent que les mecs ont l’habitude de la scène. Ils sont dynamiques, et les morceaux rendent vraiment bien en live.

C’est un groupe qui pour moi n’avait rien à faire sous la Terrorizer, mais vu qu’ils n’ont qu’un album dans la poche, difficile de les mettre sur la Mainstage. Pour un supergroupe, on pouvait s’attendre au pire, mais non, c’est du très bon ! Dommage, tout de même, que le son était si mauvais, une habitude sous la tente, qui était d’ailleurs bondée comme d’habitude.

Maximum the Hormone au Hellfest 2011

Maximum the Hormone au Hellfest 2011

Pendant que dabYo fait un tour la queue au merch’ , je regarde Maximum the Hormone de loin. Je ne suis pas vraiment fane du genre, en effet ils évoluent dans un registre entre le neo, le core et le punk, mais il faut dire ce qui est, c’est ultra-pêchu. Le public est déchainé, et les morceaux du groupe japonais sont ultra-efficaces. C’est fort, c’est punchy, ça fait bouger ton body. La batteuse est une sacré chauffeuse de foule. On ne comprend absolument rien à ce qu’elle raconte (à part Arigato quoi) mais elle  visiblement l’air contente d’être là. C’est survolté, et un poil épileptique, peut être un peu trop d’ailleurs. On déplorera quand même les passages pop chantés par leur batteuse, qui semblent quand même un peu sortis de nulle part. Bref, sans doute un bon moment pour les amateurs du genre.

J’ajouterai à ça que leur bassiste roxxe du poulet avec un bon niveau et se déplace comme un petit ouistiti. Un bon trip scénique. J’ai fait suivre par EyeHateGod sous la Terrorizer, j’étais bien loin et je n’ai pas vraiment pu en profiter mais je n’ai pas spécialement été réceptif à leur musique, je vais le considérer comme un concert d’attente avant Karma to Burn.

Primordial au Hellfest 2011

Primordial au Hellfest 2011

Évidemment on enchaine avec Primordial, un groupe majeur de Pagan. Et attention quand je dis Pagan, je pense pas aux folkeux à la Eluveitie, mais bien à du Black Metal bien froid mâtiné d’influences folks (en l’occurrence celtico-irlandaises). Comme tout groupe de black qui se respecte, on a droit au corpse paint.

Le groupe est visiblement attendu et communique bien avec son public, son chanteur est charismatique. Ils ont cependant joué assez peu de morceaux que je connais (du dernier album je suppose). Le chanteur est versatile, passant de l’agressivité aux chants plus doux. Évidemment, on saluera aussi l’ambiance crée grâce à la combinaison tente+froid+pluie. Parfait pour le groupe. Malheureusement quelques problèmes de son au démarrage viendront entacher un peu leur performance.

Karma to Burn au Hellfest 2011

Karma to Burn au Hellfest 2011

On passe ensuite à une autre tente, la Terrorizer pour Karma to Burn. C’est un groupe de Stoner Intstrumental, sur CD il y’a bien des pistes avec chant, mais pas de chanteur sur ce set. C’est donc une prestation purement Stoner, avec beaucoup beaucoup de fumée sur le début, et des musiciens pas très parlants, qui semblent vraiment être dans leur trip. L’ambiance prend, et la Terrorizer est le lieu idéal pour que leur art s’exprime. C’est lourd, c’est rythmé, c’est Karma to Burn. Vraiment à voir en live (enfin, même si dans l’absolu il n’y a pas besoin de les voir). Cependant, la tente un poil surchargée a rendu le concert un peu difficile à assister.

Le bassiste étant un pur poseur, c’était génial pour faire des photos. Par contre, des pogos sur de l’instrumental, euh… comment dire, faut vraiment être un coreux

Vader au Hellfest 2011

Je regarde Vader de loin. Nous les avions déjà vu en 2009 sans être réellement convaincus par leur Brutal Death polonais. A vrai dire, seul le dernier morceau, une reprise du cultissime Reign in Blood de Slayer, me fera me lever. Meshuggah suivra sur la Mainstage sans non plus me faire me lever.

Et tu as bien fait de rester assisse par ce qu’il ne valait même pas la peine que moi je reste debout, si ce n’est pour attendre Iggy Pop devant sa scène. Leur prestation a été loin de me marquer et ce ne sont pas les grimaces du chanteur qui vont y changer quoi que ce soit.

Iggy and the Stooges au Hellfest 2011

Iggy and the Stooges au Hellfest 2011

Nous ce qu’on attend, sur la Mainstage 1, c’est Iggy and the Stooges. En effet, le Godfather of Punk est sur les terres clissonnaises pour nous interpréter ses classiques et ses nouveaux morceaux.

Évidemment, il est torse nu, évidemment, il est en jean. Iggy c’est un look reconnaissable entre mille. Et si ses musiciens eux sont fort statiques et ne bougeront que peu, le vieillard lui pète la forme et éclipse tout le reste sur son passage. Il court partout, il saute partout, c’est le cauchemar des mecs de la sécu. Bon, il est aussi carrément shooté et les moments où, assis par terre, il regarde bêtement son micro resteront marquant.

Bref, y a la pêche, les classiques des Stooges sont de bons hymnes et c’est plaisant à entendre. A près de 65 ans, le bonhomme a toujours la fougue, montre toujours ses fesses, et envoie le feu sur les morceaux des Stooges. Vraiment, à voir au moins une fois !

Rob Zombie au Hellfest 2011

Rob Zombie au Hellfest 2011

Après une petite pause (considéré à l’unanimité parmi nous comme gâché par le bruit produit par Morbid Angel) vient le monstre qu’on attendait tous. Ou plutôt le Zombie qu’on attendait tous.

Rob Zombie est là et va faire son show. Un show un poil court : 1h10 sur 1h30 de prévu, mais quel show. Les musiciens sont bons sur scène, au passage très accessoirisée, notamment avec un micro squelette et plusieurs niveaux. Et puis surtout entendre des morceaux cultes comme Dragula, Living Dead Girl ou Thunderkiss ’65 ça ne se décrit pas. C’est juste awesome. Il jouera aussi des morceaux plus récents tirés de son dernier album, comme le génial Sick Bubblegum ou Mars Needs Women.

Le showman a clairement l’air heureux d’être là et même si il donne un peu l’impression de ne pas se fouler, on ne peut nier son charisme et son dynamisme à la limite de l’hyperactivité. On a vraiment l’impression d’être face à du grand spectacle, un show ultra calibré, qui manque peut être d’âme mais qui est juste jouissif quand on sait combien il se fait rare en Europe. Seul bémol, le solo moisi de John 5 qui vient couper la déferlante d’Industrial Metal, et nous casser les oreilles tant cela ressemblait plus à de la branlette qu’autre chose.

Pour nous, c’est la fin de cette première journée, car les groupes qui suivent ne nous intéressent que peu et la pluie ne nous a pas vraiment motivé à rester.

Monster Magnet au Hellfest 2011

illman: De mon côté, j’ai fini ma journée sous la Terrorizer devant Monster Magnet où j’ai pu me rendre compte que le son sous cette tente est vraiment pourri. Dave Wyndorf le leader du groupe a quelque peu forci depuis son overdose et même s’il a besoin d’aide pour enfiler sa guitare il a encore de l’énergie à revendre. Tout leur gros hits sont présent et c’était un plaisir de gueuler « Motherfucker » pendant Space Lord.


Ces articles pourraient aussi vous intéresser:
9 commentaires, donnez votre avis !
  • Guillaume44 a écrit le 26 juin 2011 à 11 h 19 min:

    Sympathique petit compte rendu !

    RépondreRépondre
  • Aliera a écrit le 27 juin 2011 à 17 h 25 min:

    Je crois qu’on peut dire que Rob a fédéré tout le monde sur cette première journée, mais, plus à cause de l’évènement de sa venue que de sa prestation en elle même malheureusement…
    Mais, pour moi, ça reste Maximum The Hormone qui a marqué la journée, même les « pas vraiment fan » se souviendront du coté atypique et énergique du groupe! ;-þ

    Et même pas une petite oreille du coté d’In Flames sur le finish?

    RépondreRépondre
  • Serafina a écrit le 27 juin 2011 à 18 h 37 min:

    @Aliera je suis bien d’accord pour Rob. J’espère sincérement qu’il reviendra vite en Europe (et avec un set un poil pus long :) )
    Et non, pas de In Flames, ni moi ni dabYo n’aimons. A la limite on serait allés voir Mayhem, mais flemme. Serieux, après un Dragula, qui peut rivaliser ?

    RépondreRépondre
  • Aliera a écrit le 28 juin 2011 à 10 h 50 min:

    Ouep, 20 minutes de moins, c’était un peu abusé (d’ailleurs, je me demande toujours si c’est Rob qui a volontairement écourté ou si c’est le manque de motivation du public qui l’a conduit à ne pas faire de rappel…).
    Mayhem, bin… Pas de regrets à avoir, c’était anecdotique, Attila a grossit et n’a quasiment pas bougé de sa place, Hellhammer était complètement caché derrière le décor, bref… Par rapport à ce qu’on m’en avait dit, j’ai vu que la fin et ça m’a suffit.

    J’attends avec impatience les reports des jours suivants (même si je sais déjà d’avance que ton report de Dimanche va déjà largement se distinguer du mien sur un point crucial… Therion… Mais bon ;-þ)

    RépondreRépondre
  • Serafina a écrit le 28 juin 2011 à 11 h 04 min:

    Je viens d’aller voir ton report, et effectivement, le dimanche diffère sur un point majeur lol. Mais j’avoue que si t’aimes pas spécialement le groupe à la base, enchainer après Korpi c’est pas le plus facile (moi je suis une fangrill ca compte pas !)
    Bon, pas de regret pour Mayhem alors (j’avoue que je m’attendais plus ou moins a ce genre de fail)

    RépondreRépondre
  • Aliera a écrit le 28 juin 2011 à 12 h 09 min:

    Disons que je reconnais bien volontiers que Vovin est un bon album, mais, ouais, sans plus… Et puis, c’est sur qu’après Korpik, j’étais pas du tout dans l’ambiance, en plus, dernier jour, il fallait que ça rox du poney à toutes les sauces :) Du coup, Therion, c’est pas du tout ce qu’il me fallait, mais, il n’est pas impossible que j’apprécie dans un autre cadre / autre ambiance.
    Mais bon, je te comprends très bien, j’ai bien été faire In Flames juste après Rob Zombie et j’ai trouvé que ça avait envoyé du pâté!!!! (même si, après l’euphorie du moment, je reconnais bien volontiers que ça n’était pas leur meilleur concert, mais pareil… J’suis fan, alors, ça compte pas!)

    RépondreRépondre
  • Daria McKormick a écrit le 29 juin 2011 à 16 h 11 min:

    Eh on a pensé la même chose sur le solo de John 5. Par contre tout Rob Zombie, à part les morceaux cultes, ça cassait pas trois pattes à un canard, comme qui dirait ^^.

    J’aurais bien vu Maximum The Hormone – à mon avis, musclage de cou en perspective.

    RépondreRépondre
  • Serafina a écrit le 29 juin 2011 à 16 h 23 min:

    @Daria en faite sur seulement 1h10 de show, Rob n’a fait quasiment que des morceaux cultes (je ne sais pas combien il a joué au Graspop…) Que ca soit solo ou les reprises de White Zombie. Forcément ca aide. Mais je serais curieuse de le voir sur un « vrai » set.

    RépondreRépondre
  • Daria McKormick a écrit le 29 juin 2011 à 17 h 53 min:

    Il avait 1h15 de show. Dont la moitié était des clameurs pour son ego et l’autre des morceaux que je connaissais pas. (Sans compter les filles à moitié à oilpé sur scène XD). Donc bof. Mais culte les morceaux connus ^^

    RépondreRépondre
  • Donnez votre avis !

    Comment avoir son avatar sur ifisDead ?