Vous le savez, j’aime beaucoup Epica. Si le groupe de Metal Symphonique néerlandais m’a parfois déçu, dans l’ensemble il reste dans mes groupes préférés. Alors quand ils annoncent un concert spécial pour leur dixième anniversaire avec l’orchestre de Miskolc, que ça tombe pendant mes vacances, et que d’autres concerts intéressants ont lieu dans le coin autour de la date, ma destination pour mes vacances de printemps était toute trouvée.

Epica, Retrospect, au Klokgebouw (Eindhoven)

Epica jouait donc au Klokgebouw de Eindhoven, une sorte d’entrepôt reconverti en énorme salle de concert. Le GPS ne connaissait pas le lieu, mais la salle est finalement assez facile à trouver, et le peuple présent dans la file d’attente nous a largement aidé à trouver rapidement. Il y a un parking payant, mais il est facile de se garer dans les parages gratuitement. L’ensemble est réellement très grand et peut accueillir 4500 personnes !

Epica, Retrospect, au Klokgebouw (Eindhoven)C’est le peuple qu’il y avait ce soir là, car le concert était soldout. L’ouverture des portes était à 19h mais le concert n’a commencé qu’à 20h30, autant dire que le temps était un peu long, et comme on comprend pas le néerlandais, on avait pas compris qu’il fallait des jetons pour la bière donc, epic fail quoi.

Mais voilà que l’orchestre prend place et que retenti les premières notes d’intro. Epica est venu avec l’orchestre de Miskolc, celui la même qui était présent sur The Classical Conspiracy. Le groupe jouera donc sans samples pour une fois. Et ça, ça change tout ! Évidemment, les chœurs et instrumentations sont déjà présents dans les albums, mais en live, le sample n’est pas toujours heureux, parfois trop fort, parfois pas assez… Et parfois pas en phase comme l’intro de Chasing lancée trop tôt au Hellfest. Ici nada, l’orchestre est là et joue live.

La sonorisation de la salle est plutôt bonne, c’est équilibré, on entend tout bien, pas trop fort d’ailleurs. On s’était inquiétés de ne pas avoir de bouchons d’oreilles, mais en fait non, pas besoin. certains morceaux seront retouchés pour profiter de l’orchestre, c’est notamment le cas de Unleashed, qui bénéficiera d’une intro classique.

Epica, Retrospect, au Klokgebouw (Eindhoven)

Epica jouera donc trois heures et piochera dans tous ses albums. Et quand ils disent tous, ça veut dire tous. Nous n’échapperons donc pas aux reprises classiques contenues dans The Classical Conspiracy. Sans dire que la setlist est déséquilibrée, on pourra regretter que les morceaux des vieux albums présents soient des morceaux de toute manière régulièrement joués et emblématiques d’Epica (Sensorium, Cry for the Moon, Consign, etc…). Cela fait plaisir de les réentendre ceci dit, mais voilà, pas de Run for a Fall, pas de Feint, pas de Mother of Light. Ces derniers seront à peine joués dans un medley orchestral qui permettra aux musiciens du groupe de faire une pause.

Epica, Retrospect, au Klokgebouw (Eindhoven)C’est finalement The Divine Conspiracy qui sera l’album le plus représenté, avec pas moins de 6 morceaux ! 6 morceaux parmi lesquels figure évidemment Chasing the Dragon. Ce morceau bénéficiera en plus d’un numéro d’acrobates, deux femmes qui grimpent et dansent accrochées à des sortes de rideaux. Évidemment, le show sera aussi ponctué d’effets pyrotechniques : colonnes de feu, explosions, et autres viennent ponctuer certains morceaux.

Là où j’avais été très déçue sur le chant notamment au Printemps de Bourges, force est de constater que ce coup ci, Simone est en forme. Et si on n’échappe pas à quelques couacs notamment sur les premiers morceaux, dans l’ensemble c’est une prestation tout à fait correcte pour un show de trois heures. Alors certes Simone n’est pas Lori Lewis, mais elle assure plutôt bien sur le coup.

Ceci dit, le show sera ponctué de pas mal de pauses, qui permettront notamment à l’orchestre de montrer ses capacités, avec en plus du medley sus-cité un solo de violon sur Les 4 saisons de Vivaldi. Le groupe avait annoncé des invités surprise, mais sans surprise, on retrouvera Floor Jansen qui chantera en duo Stabat Mater Dolorosa avec Simone puis sur Sancta Terra, et les anciens membres d’Epica sur Quietus.

Epica, Retrospect, au Klokgebouw (Eindhoven)

Le concert se terminera comme d’habitude sur Consign to Oblivion, magistral comme toujours. En plus d’avoir été diffusé en live en streaming sur internet, il a évidemment été enregistré et devrait sortir en DVD d’ici à la fin de l’année. Un très bon moment passé pour les fans.


Ces articles pourraient aussi vous intéresser:
  • No comments yet.
  • Donnez votre avis !

    Comment avoir son avatar sur ifisDead ?