Une place à prendre de J.K. Rowling

Serafina dans Critiques, Livres le 18 novembre 2012, avec 1 commentaire
Critiques

Cette rentrée a vu la sorti du nouveau roman de J.K. Rowling, son premier totalement en dehors de l’univers du petit sorcier. La sortie a été simultanée dans toutes les langues, ce qui est plutôt un bon point. La couverture ne me donnait pas réellement envie, mais bon, j’aime tellement Harry Potter que j’avais envie de le lire. Alors quand on m’a proposé de participer aux matchs de la rentrée de PriceMinister, plutôt que de choisir le dernier Nothomb comme l’an dernier, j’ai choisi Une Place à Prendre. Synopsis ?

Une Place A Prendre de JK Rowling

Pagford est une petite bourgade dans la campagne anglaise. Qui dit petite bourgade dit évidemment cancans, rumeurs, et rancunes vieilles de plusieurs décennies. C’est d’ailleurs une vieille rancune qui désunit Pagford et Yarvil la ville voisine. Certains à Pagford n’ont toujours pas digéré qu’une cité nommée Les Champs se soit élevé en bordure de leur village et feraient bien tout pour la rendre à Yarvil. C’est dans ce contexte que Barry Fairbrother, membre du conseil municipal et défenseur des Champs décède. La guerre est ouverte pour sa succession.

Très honnêtement, au vu du synopsis, si J.K. Rowling n’avait pas été l’auteur, je n’aurais probablement jamais eu envie de lire ce livre. Ce n’est pas trop mon trip les romans « réalistes », à tort peut être. La première chose que j’ai remarqué c’est l’aspect pavé de ce roman. 690 pages à peu près composent l’histoire, autant dire que ce n’est pas un petit livre. Dès les premières pages on retrouve le style de l’auteur: il n’a jamais été mirobolant, c’est simple voir simpliste, le vocabulaire n’est pas trop soutenu. Honnêtement, ça n’a jamais été la force de l’auteur, mais pour un livre « adulte », j’ai trouvé parfois le style un peu trop enfantin. Certains propos sont assez durs et donc très adules, et cela contraste avec son style. A ce propos, le livre n’est clairement pas destiné aux plus jeunes : drogues, violences, viols, et autres sont abordés dans le livre. Il faudra plutôt le laisser aux ados et adultes.

JK Rowling Une Place à Prendre

J.K. Rowling

La force de J.K. Rowling a pour moi toujours été dans les ambiances et dans les personnages. Ce roman ne déroge pas à la règle. Même si il se passe en Angleterre, si vous avez vécu dans un petit village, vous reconnaitrez sans peine des comportements bien connus. Le coté autarcie, haine de la ville d’à coté, le fait que tout le monde se connaisse et ait des dossiers sur tout le monde, c’est tellement véridique que j’ai tout de suite accroché. Les personnages sont extrêmement nombreux, et près des 100 premières pages sont exclusivement dédiées à nous les présenter. En prenant comme excuse le décès de Barry, l’auteur nous montre comment chaque personnage réagit et nous permet de le découvrir. J’ai trouvé la construction et l’arrivée des personnages plutôt bien foutue. Par contre, c’est clair qu’il faut s’accrocher et que le nombre de personnages découverts en très peu de pages au final (100 c’est pas énorme, vu le nombre) peut faire peur.

Ces personnages sont tous très différents, et je les ai trouvé criants de vérité. La bonne moitié sont des adolescent, et la vie lycéenne avec tout ce qu’elle peut avoir d’horrible est parfaitement retranscrite. Les adultes ne sont cependant pas en reste et certains personnages ressemblaient fort à des personnes que je connais. Il n’y a pas réellement de personnages manichéens, aucun n’est parfait, et il n’y a pas de caricature. Ce sont ces personnages justes et cette ambiance bien connue de petit village qui ont réussi à me happer et à me faire lire ces 680 pages assez vite.

Une Place A Prendre de JK RowlingL’intrigue, si elle est présente est à mon avis assez secondaire, on lit ce livre avant tout pour suivre des personnages, auquel on s’attache, mine de rien, assez rapidement. Il y a un gros aspect « chroniques d’une vie de tous les jours », et c’est très plaisant. Pourtant, ces vies n’ont rien d’extraordinaires, au contraire. Mais on s’y attache et on veut savoir la suite.

Au final, j’ai été assez enchantée de cette lecture. Je n’en attendais rien, et pourtant, j’ai été captivée. J.K. Rowling montre que définitivement, sa force c’est sa capacité à créer rapidement des personnages attachants et charismatiques. Si l’histoire en elle même ne me laissera pas énormément de souvenirs, je pense que des personnages comme Krystal ou Fats eux resteront. Puisque PriceMinister nous demande une note, je lui mettrais 14, un bon livre, mais pas inoubliable. Ceci dit, il est sur que je relirais avec plaisir les prochains J.K.Rowling. Et vous pouvez consulter sa fiche priceminister.


Ces articles pourraient aussi vous intéresser:
Un commentaire, donnez votre avis !
  • Mallou a écrit le 21 novembre 2012 à 11 h 38 min:

    Comme toi, je trouve que la force de Rowling, c’est son habilité à créer des personnages attachants et une ambiance dans laquelle on peut se plonger directement. Les détails, c’est ce que je préfère dans HP et ici aussi :)

    RépondreRépondre
  • Donnez votre avis !

    Comment avoir son avatar sur ifisDead ?