Après le rendez-vous du lundi, on inaugure le Top Ten Tuesday, chaque mardi une liste en 10 points centrés sur une thématique littéraire. Une idée du collectif The Broke and the Bookish et reprise sur la blogosphère française par iani.

Amazon Kindle

Le top de cette semaine parle de numérique, un thème que l’on évoque peu ici bien que certains ont déjà bel et bien passé l’arme au dématérialisé. Ce qui n’est pas franchement mon cas, du coup je devrais bien pouvoir trouver quelques raisons pour lesquelles je lui préfère encore le papier. Depuis l’arrivée des liseuses, mon point de vue a bien changé, me procurant même une Kobo Mini récemment, on n’est donc pas sectaire. Des arguments pour le papier, des arguments pour le numérique, et on n’a pas réellement de parti pris. Les deux ont leurs avantages, et sont à mon avis totalement complémentaires.

Il est d’ailleurs assez amusant de voir que la plupart des avantages que je vais citer… sont avant tout une question de point de vue. Une bonne partie peuvent en effet être considéré comme des inconvénients, suivant votre situation personnelle en fait. Les goûts et les couleurs alors ? Pas tout à fait, c’est surtout une question de circonstances.

  • The Vampire Chronicles of Anne Rice Barnes & Noble

    Une belle édition reliée en numérique ? Ah bah non.

    Le marché de l’occasion est (à notre connaissance) inexistant pour les ebooks. Pour de gros lecteurs qui ont tendance à se ravitailler en brocante ou en bouquinerie, c’est clairement un moins… surtout que les ebooks ne sont pas tous donnés. D’un autre côté, au vu des principes qui dirigent l’économie de la seconde-main et du fait qu’un ebook ne s’abimera jamais, c’est plutôt salutaire. A ce propos Lionel Davoust a écrit un article très intéressant.
  • Les liseuses et l’univers dématérialisé dans les bibliothèques sont encore peu répandus. Sans compter que ce sont les brocantes et autres dons qui permettent aux petites bibliothèques de village de survivre. Il s’agit là aussi d’un frein à la lecture.
  • Impossible de faire dédicacer un ebook. J’aime bien mes livres dédicacés (je regrette un peu de pas avoir été a la dédicace d’Anne Rice d’ailleurs … Mais bon). Il existera sans doute un jour un moyen de recevoir un petit mot sur son ebook, si ça n’existe pas déjà, mais ça ne sera jamais une vraie dédicace.
  • Un ebook ne pourra jamais porter les marques du vécu. Si j’aime tant mon exemplaire de Lestat tout corné, c’est parce qu’il a passé beaucoup de temps entre mes mains. Un ebook ça ne s’écorne pas !
  • Les livres papiers permettent de remplir les murs de ma maison. Avouons le, une belle bibliothèque, rempli d’inked beauties, ça pète. Si on a la place, bien sur.
  • Harry Potter Editions

    Une jolie couverture vous fera une belle jambe lorsqu’elle est numérique. C’est un peu la complémentaire de la raison précédente, mais il est évident que l’aspect du livre disparait, et c’est tout son côté collectionneur qui part avec lui. Plus besoin de choisir entre l’édition adulte et enfant d’un Harry Potter, vu qu’il n’y aura plus de différences. Une fois lu, le livre électronique disparaît.

  • Il est plus facile de feuilleter un livre papier à la recherche d’un passage dont on aurait qu’un vague souvenir. Si on ne l’a pas annoté ou ne se rappelle pas de la page dans son ebook, c’est tout de suite plus compliqué.

Comme vous le voyez, les livres papiers sont pour moi associés à un coté « sentimental », ce n’est pas pour rien que les livres cités sont parmi mes favoris de l’univers. Pour des livres lambda lus entre deux tomes du Trône de Fer, je dois dire que papier ou numérique m’importe peu. Mais au final, il faut bien avouer que ces avantages sont surtout esthétiques. On pourrait peut être parler des échanges physiques, mais je ne les considère pas comme tel. Après tout, les débats endiablés autour des films et des séries ont toujours existé et existent encore.

Bibliothèque ifisDead en 2009

Une partie de nos livres en 2009… Évidement, ça se met à déborder dès un nouvel achat, un problème que l’on ne connait pas en numérique.

Alors, j’en ai oublié ?


Ces articles pourraient aussi vous intéresser:
4 Comments, donnez votre avis !
  • Petit Lutin a écrit le 1 octobre 2013 à 19 h 07 min:

    Pas de marque-page dans les e-books… un beau marque-page, ça en jette, tout comme une belle bibliothèque !

    RépondreRépondre
  • Serafina a écrit le 1 octobre 2013 à 19 h 25 min:

    @Petit Lutin: Haha ca, j’avoue que je ne suis pas du tout consommatrice .. Soit j’utilise n’importe quoi allant de mon ticket de bus, a la copie du dossier de presse et … ma fiche de paye (NO COMMENT), soit je retiens le numero de page ou j’en suis comme une bonne psycho XD

    RépondreRépondre
  • Obsidienne a écrit le 2 octobre 2013 à 8 h 32 min:

    Nos avis se rejoignent beaucoup ! J’ai un peu la même approche du numérique et du livre papier que toi ! Chacun à ses avantages mais le livre papier est clairement plus sentimental !
    Ah tiens un autre avantage du livre papier, il attire moins les voleurs que le ebook dans les transports lol.

    RépondreRépondre
  • Petit Lutin a écrit le 2 octobre 2013 à 19 h 26 min:

    @Serafina : en fait j’en ai qu’un de vraiment beau (un pseudo vieux papier avec des dessins type Moyen-Âge, impec’ pour le TdF =P) et après j’utilise aussi n’importe quoi, comme des étiquettes de prix (venant de fringues), et des papiers ou des post-it pliés en deux…
    Et sinon j’ai oublié dans mon précédent post : l’odeur des vieux livres ! L’électronique, ça ne sent rien (bon à part le cramé des fois, mais c’est un autre souci)..

    RépondreRépondre
  • Donnez votre avis !

    Comment avoir son avatar sur ifisDead ?