Trainspotting de Irvine Welsh

dabYo dans Critiques, Livres le 28 juillet 2009, avec 2 commentaires
Critiques

Comme je vous l’avais confié lors de ma critique du deuxième tome de Mercy Thomspon, Trainspotting est un livre qui a vraiment eu du mal à m’accrocher. Ecrit par Irvine Welsh, qui d’après la quatrième de couverture décrirait la vie d’une façon crue et poignante, Trainspotting est une œuvre que j’aurai tout le mal du monde à classifier. Et pour cause, même après l’avoir fini je n’ai aucune idée d’où ranger cet ovni dans ma liste des livres lus. je suppose qu’on pourrait le caler dans la catégorie Drame. A noter qu’il s’agit, tout comme pour les Hauts de Hurlevent, d’un titre que Serafina m’a quelque peu forcé à lire. Synopsis.

Rent Boy et ses potes sont des drogués écossais habitants de Leith, Edimbourg. Leur dada, hormis la dope, c’est d’arnaquer l’état pour toucher plusieurs fois le RMI. Pour se payer la came, bien entendue. Du coup, certains ont beau toucher plusieurs fois la somme chaque mois, ils triment tous autant les uns que les autres à trouver quelque chose à foutre dans leur seringues. Faut dire que depuis l’arrivée du SIDA dans le milieu, la dope ça coûte cher.

Personnages de Trainspotting

Je ne saurai pas vous faire un résumé plus complet ni plus détaillé, car Trainspotting est un livre qui n’a quasiment ni queue ni tête, à premier abord du moins. Il faudra deux cents pages pour cerner les personnages, et encore, au final je ne sais toujours pas forcement associé un nom à des évènements, et encore moins à une personne. En effet, l’auteur narre plusieurs moments de vie de plusieurs façons différentes. Il est vraiment très aisé de différencier deux personnages, bien que l’auteur ne précise jamais les changements de point de vue. Le style d’écriture changeant du tout au tout. Mais de là à savoir à qui les associés… On fini par poser une étiquette sur certains styles, Renton par exemple, ou bien l’une des rares filles du récit. Mais de là à savoir qui ils sont réellement lors de la lecture des autres points de vue…

Cet énorme flou est amplifié par la présence des dizaines de surnoms pour chaque protagoniste, jamais expliqués bien entendu. Rents est il Renton ? Est-il Mark ? Est-il Rent Boy ? C’est ce que je pense, mais je n’en suis pas sûr pour autant. A ceci est ajouté des passages totalement hallucinés ou l’on ne comprend pas grand-chose, et une orthographe à la hauteur de celle des protagonistes. En effet, Irvine Welsh semble avoir fait le choix de coller le plus à ses personnages. Il s’exprime comme eux, il utilise leur vocabulaire, et surtout leur orthographe. Du coup, on passe du coq à l’âne à de nombreuses reprises, vu que certains personnages aiment la littérature tandis que d’autres écrivent n’importe comment. De nombreuses expressions sont aussi de la partie, notamment caille qui est employé à tout bout de champ. Sans bien entendu parler du foute. Le tout nous fait réellement plongé dans la vie des narrateurs, mais les transitions sont toujours difficiles puisqu’inexistantes.

Personnages de Trainspotting

Mais malgré tout ça, on est quand même pris. On se demande ce qu’il va se passer pour chaque personnage, tout en ne sachant pas si on le saura. Par exemple, un passage décrit la vie d’une fille et j’avoue que je ne suis pas sûr de savoir ce qu’elle est devenue. Pire, au final, je ne sais même pas qui c’était. Les récits retranscrivent très bien les phénomènes de manque qui sont entraînés par la drogue, et le côté cru de l’auteur le dessert très bien. Ce côté cru est omniprésent, et pas seulement pour la drogue. Pour la fréquentation d’if is Dead je pourrais naturellement citer quelques passages assez détonants, comme la recherche de pilules de dopes dans un sous sol qui s’est transformée en marre de pisse, ou bien la sodomie ratée d’une veuve pendant l’enterrement par le frère du mort.

Mais ça n’est pas notre genre. Bref, ce livre me laisse un arrière goût bizarre, je suis déçu que les passages soient sans réel fil directeur car j’aurai bien aimé comprendre mieux ce qu’il se passait pour certains personnages auxquels je m’étais attaché. Le final, qui ferait presque office de cheveux sur la soupe me laissant sur ma faim. Un livre que je conseillerai donc comme lecture pour changer mais pas comme une lecture comme une autre.


Ces articles pourraient aussi vous intéresser:
2 commentaires, donnez votre avis !
  • Serafina a écrit le 28 juillet 2009 à 11 h 41 min:

    Ca a l’air bien halluciné quand meme. Du coup j’hésite a le lire, car il faut dire que ton avis ne me donne pas trop envie :/.

    RépondreRépondre
  • Flo' a écrit le 9 août 2009 à 15 h 50 min:

    Je n’ai pas personellement lu le livre mais vu le film et je ne peux (si ce n’est pas déjà fait) que trop te conseiller de le voir, il donne peut être plus de sens que le livre (c’est assez tordu comme point de vue je l’avoue). Par contre le film a du mal à t’accrocher au personnage (je mets ça au singulier car même si l’on voit plusieurs personnes le film est narré pas un seul,ce qui visiblement contraste avec le livre).
    Pour comprendre certains délires des protagonistes faut soit être très attentif soit être camé sois même ! :’) Comme pour la scène dans les toilettes d’un bar miteux l’un des personnages se retrouve à nager dans les WC.
    En bref regarde le film et si possible dis moi ce que tu en penses en comparaison au film ça serait aussi très enrichissant pour moi.

    RépondreRépondre
  • Donnez votre avis !

    Comment avoir son avatar sur ifisDead ?