Swastika Night de Katharine Burdekin

Serafina dans Critiques, Livres le 12 mars 2018, avec 1 commentaire
Critiques

Swastika Night est un roman écrit en 1937 par Katharine Burdekin, écrivaine anglaise sous le pseudonyme de Murray Constantine. Ce court roman est un roman d’anticipation connu pour son analyse très critique de la situation de l’Europe de l’époque et pour son ton résolument féministe. Il est réédité depuis peu aux éditions Pocket. Synopsis ?

Cela fait 700 ans que l’Allemagne Nazie reigne sur le monde, ou du moins sur une bonne partie de celui-ci. Le peuple allemand voue un culte à Adolf Hitler et le Nazisme est devenu une religion. Les autres peuples d’Europe sont méprisés et exploités, et quant aux femmes, elles ne sont plus qu’un bétail reproducteur. L’histoire a été totalement réécrite, et les événements d’avant la seconde guerre ont été passés sous silence. Du moins c’est ce que l’ont croit. Car Alfred , un Anglais, race méprisée, va découvrir auprès du Chevalier von Hess que le passé est bien différent de celui décrit dans la Bible d’Hitler.

Au vu du synopsis, vous pourriez penser qu’il s’agit d’une Uchronie (un sous genre de la science fiction consistant a changer un élément du passé et d’en décrire les conséquences). Cependant, il n’en est rien. Regardez la date de parution. Il s’agit uniquement d’un roman d’Anticipation, et je pense qu’il est important de garder cela en tête en lisant cette oeuvre. Déjà car forcément, de nombreux éléments de la seconde guerre mondiale ne sont pas mentionnés ce qui est normal, puisqu’ils n’étaient pas arrivés. Cela explique aussi le coté pamphlet et engagé. En 1936, il n’était pas encore communément admis que le Nazisme était mal.

Nous sommes donc devant un roman interessant historiquement, mais qui est surtout là pour passer un message. Les personnages sont réduits à leurs simples caractéristiques : le simplet, l’érudit et celui qui est en marge avec un regard neuf. Difficile de s’attacher à eux donc, puisqu’ils ne sont pas là pour cela. L’auteure attire tout particulièrement le regard sur le fait que les femmes sont les premières à perdre des droits en temps de guerre et qu’elles sont souvent les victimes toutes désignées.

Tout comme un Voltaire écrivant Candide, le gros de l’histoire est composé de dialogues et d’échanges rhétoriques entre Alfred un anglais et un chevalier Allemand. Ces échanges sont là pour mettre en avant les dangers du nazisme et du culte de la personnalité. Ce dialogue entre Alfred et le Chevalier est d’un niveau soutenu et est parfois difficile à suivre, voir carrément barbant, d’autant que moi, en 2018 je n’ai plus besoin d’être convaincue du mal qu’est le nazisme. De ce fait, je dois avouer que j’ai régulièrement décroché et que j’ai du me forcer à terminer le livre. Bien que assez court, puisqu’il fait moins de 300 pages, j’ai mis assez longtemps à le terminer.

Au final, je suis contente d’avoir lu ce livre pour avoir pu avoir une vision de ce qui pouvait être pensé avant la seconde guerre mondiale, et de l’importance qu’ont les artistes pour alerter la population. Le roman est bien construit, dans la tradition des contes philosophiques. Les personnages ne sont pas particulièrement attachants et le rythme devient rapidement lourd. Vous l’aurez compris, difficile de vous conseiller ce roman, même si il est instructif d’un point de vue historique.

Swastika Night de Katharine Burdekine

Swastika Night de Katharine Burdekine
6.4

Personnages

4/10

    Histoire

    8/10

      Univers

      8/10

        Rythme

        3/10

          Originalité

          9/10

            Points positifs

            • - Un roman interessant
            • - Une vision percutante
            • - Un engagement féminisme palpable

            Points négatifs

            • - Un rythme lourd
            • - Des personnages très basiques
            • - Un roman très dense

            Ces articles pourraient aussi vous intéresser:
            Un commentaire, donnez votre avis !
            • Maryse a écrit le 31 mars 2018 à 14 h 20 min:

              J’aurai mis un peu plus pour les personnages, moi je trouve ça pas si mal !

              RépondreRépondre
            • Donnez votre avis !

              Comment avoir son avatar sur ifisDead ?