Sublimes Creatures, Tome 1, de Kami Garcia et Margaret Stohl

A lire même (surtout) si vous n'avez pas aimé le film !

Malicia dans Critiques, Livres le 24 avril 2013, avec 2 commentaires
Critiques

16 Lunes est le titre français d’un roman Jeunesse de Margaret Stohl et Kami Garcia publié il y a quelques années mais qui vient tout juste d’arriver en poche chez Le Livre de Poche. Une réédition qui ne doit rien au hasard puisque c’est à l’occasion de la sortie de son adaptation cinématographique, Sublimes Créatures, titre qui va du coup être réutilisé pour éviter les confusions. Une bonne idée qui va sûrement pousser ceux qui ont aimé le film à le lire… et qui m’a aussi donné envie ! J’avais en effet déjà entendu parler de 16 Lunes sans m’y intéresser vraiment, mais le film m’ayant laissé sur ma faim, j’étais curieuse de savoir ce qu’il en était du bouquin. Ai-je été conquise ?

Sublimes Creatures, Tome 1, de Kami Garcia et Margaret Stohl

Accrocheur, le résumé annonce la couleur d’entrée de jeu : 16 Lunes est avant tout l’histoire d’une romance entre deux adolescents, romance que le destin va venir perturber. Le début du roman est la partie la plus adolescente du livre, en quelque sorte, car le Fantastique est au second plan et l’histoire se concentre plus sur la rencontre de deux caractères que tout oppose, si ce n’est l’envie d’échapper à un destin qui semble tracé d’avance. D’un côté, Lena Duchannes, tout de noir vêtue, à la répartie acerbe et au caractère solitaire. De l’autre Ethan Wates, aux rêves de changement mais au quotidien bien ancré dans un village perdu.

Nièce de l’ermite du coin, Macon Ravenwood, la venue de Lena au lycée de Gatlin ne va pas tarder à provoquer une « chasse aux sorcières ». Avec son arrivée, des phénomènes étranges se produisent et elle s’attire vite les fougues des pestes du coin, mais aussi de leurs parents. Oui, parce qu’à Gatlin,on pourrait limite se croire en plein Moyen-Âge (ok, j’exagère): les valeurs sont traditionnelles, conservatrices, et on n’hésite pas à crier à l’hérésie au moindre comportement déviant. Intrigué, Ethan finit évidemment par aller vers ce changement que Lena incarne, et ce malgré le caractère rebelle de l’adolescente. D’autant plus que comme de par hasard, il est presque sur que c’est elle, la fille du cauchemar qui le hante.

16 Lunes de Kami Garcia et Margaret Stohl

La couverture de l’édition titrée 16 Lunes

Si la relation entre Lena et Ethan reste très pudique, elle s’intensifie lorsqu’il apprend ce qu’elle est : une Enchanteresse, sorte de sorcière, qui sera appelée à son prochain anniversaire à devenir Ténèbres ou Lumières. C’est autour de cette incertitude que va se développer l’intrigue de ce premier tome, mais aussi les obstacles à l’amour naissant entre Lena et Ethan.

Durant tout le livre, c’est Ethan qui est le narrateur. Au début, cela m’a troublée : sa maladresse est parfois attachante, à d’autres moments elle sonne faux. Cependant, elle m’a été largement plus supportable que dans le film où cette même narration casse l’aspect « héroïque » du personnage. Au fur et à mesure que l’intrigue avance et qu’elle s’enrichit, Ethan va devenir plus intéressant à lire et finalement, on ne peut plus s’en passer, à tel point que le seul passage où Lena est la narratrice m’a dérangée.

Kami Garcia et Margaret Stohl

Kami Garcia et Margaret Stohl

Les personnages sont eux aussi attachants, avec une belle galerie de protagonistes secondaires : Macon, l’oncle protecteur qui tire les ficelles dans l’ombre, Amma, qui est comme une seconde mère pour Ethan, Boo Radley un chien auquel on ne peut que s’attacher (oui c’est aussi un personnage je trouve) ou encore Ridley, une cousine ténébreuse qu’on adore détester… Le personnage qui m’a le plus touchée, et parfois émue à en avoir les larmes aux yeux (je suis sensible…) est celui qu’on ne voit jamais: la mère décédée d’Ethan, Lila. C’est fou ce qu’on ressent son absence dans le livre, à quel point sa présence rassurante manque à Ethan, elle nous rappelle aussi régulièrement la maturité dont notre héros doit faire preuve pour traverser les épreuves.

Enfin, j’ai beaucoup aimé l’univers de Sublimes Créatures: il y a à la fois un contexte historique (la Guerre de Sécession) et Fantastique (tout le fond lié aux Enchanteurs) qui se révèle au fur et à mesure de l’histoire. Au final, tout est lié à l’intrigue principale, l’appel de Lena sans que l’on s’emmêle les pinceaux : ça donne un côté plus « grand » à l’histoire. Bien sûr, il y a quelques rebondissements, rien de fulgurant, mais ils aident à relancer l’intérêt pour ce qui suit. Je trouve d’ailleurs que le livre aurait pu être parfait en adaptation série au vu de ses nombreux éléments, il y a bien trop de raccourcis qui ont été pris pour simplifier la version grand écran, au détriment de la qualité de l’histoire.

Sublimes Creatures, Tome 1, de Kami Garcia et Margaret StohlOn a beaucoup comparé Sublimes Créatures à Twilight et il est vrai que l’intrigue commence de manière similaire : une ville paumée, une rencontre qui vient bouleverser la vie de deux personnages que tout oppose, un fond Fantastique… Cependant, à mes yeux, la comparaison s’arrête là, ce premier tome de Sublimes Créatures a su bien mieux centrer l’intrigue sur une romance improbable tout en jouant d’un bon nœud d’intrigues secondaires pour produire une histoire intéressante.

Simple et parfois manichéenne certes, l’œuvre de Kami Garcia et Margaret Stohl va cependant plus loin que « mortel + créature fantastique = LOVE KEUR KEUR ».


Ces articles pourraient aussi vous intéresser:
2 Comments, donnez votre avis !
  • Laure a écrit le 24 avril 2013 à 14 h 23 min:

    Je suis plûtot d’accord avec toi: les personnages sont touchants.
    Je ne sais pas si tu conmptes lire la suite mais je tiens à te prévenir que selon moile troisième tome est une déception (d’ailleurs je ne l’ai pas fini…) mais je tiens surtout à féliciter les auteures(oui! avec un e …) pour avoir si bien rendu l’atmosphère du manoir Ravenwood

    RépondreRépondre
  • Malicia a écrit le 25 avril 2013 à 15 h 00 min:

    Je n’ai plus qu’à attendre de lire la suite pour te dire ce que j’en ai pensé ;)

    RépondreRépondre
  • Donnez votre avis !

    Comment avoir son avatar sur ifisDead ?