Sorcières et Sortilèges est un recueil de nouvelles. Il s’agit aussi du premier ouvrage du collectif Les enfants de Walpurgis, un groupement d’auteurs fantastiques francophones. Il s’agit de neuf nouvelles proposées par des écrivains dont le nom ne vous sera probablement pas étranger si vous suivez ce blog. J’ai eu le plaisir d’y retrouver quelques auteurs amateurs que nous apprécions particulièrement, que ce soit Ambre Dubois, Stéphane Soutoul ou Alexis Lorens.

Sorcières et Sortilèges des Enfants de Walpurgis

Comme son titre l’indique, le recueil a pour thème les sorcières. Et vous savez que j’aime les sorcières. Encore plus que les vampires. Pourtant les ouvrages sur les sorcières sont somme toute assez rares et c’est bien dommage. Autant vous dire que quand Stéphane Soutoul nous a envoyé ce recueil, on n’a pas tergiversé bien longtemps sur qui allait le lire.

Neuf nouvelles, donc pas de synospsis en vue.  Comme souvent, nous allons opter pour une chronique nouvelle par nouvelle, car cela me semble plus logique pour un collectif. Un mot sur l’ensemble cependant. Le livre comporte 230 pages environ, et est desservit par une illustration somme toute bien jolie de Cécile Guillot. Le papier est agréable et chaque nouvelle est précédée d’une petite biographie, avec une courte préface de Peggy Van Peteghem, que je ne connais pas.

La Demoiselle d’Oakwood de Marianne Gellon

La Demoiselle d’Oakwood de Marianne Gellon ouvre le bal. Ayant pour cadre l’amérique du 17ème siècle, la nouvelle m’a très rapidement séduite. L’ambiance des cimetières mystérieux et rustiques alliée à la persécution des sorcières (qui est aussi un moment que j’aime beaucoup) jouent pour beaucoup bien sûr. Mais l’histoire en elle-même est très belle, émouvante, et la fin ouverte pourrait même nous laisser rêver d’une suite. Une très bonne surprise en tout cas, surtout que je ne connaissait pas du tout l’auteur.

Sorceress’ Business de Bettina Nordet

Sorceress’ Business de Bettina Nordet est une nouvelle que je redoutais un peu. Je n’avais en effet pas vraiment aimé la nouvelle de Bettina dans l’anthologie Or et Sang. Cependant, elle nous propose ici une sorcière très « bit-lit ». Son héroïne gère une agence d’escort boys, et doit recourir à la magie pour satisfaire une cliente. Le style est agréable, le récit bien ancré dans la réalité et la magie est amenée très naturellement. Le contexte, original, est un des points forts de cette nouvelle. Son héroïne moderne aussi. Seul bémol, la résolution un peu trop « sexuelle » et tirée par les cheveux qui laisse sur un arrière goût un peu amer.

Un deuil pour Vengeance de Stéphane Soutoul

La troisième nouvelle est donc de Stéphane Soutoul, et elle était plutôt attendue. Là encore, auteur présent dans Or et Sang, Stéphane avait signé une de mes nouvelles préférées du recueil. Cette fois, nous sommes ici, en France, dans les années 40, et notre sorcière est toute en douceur et en nature.  L’ambiance poétique et romantique de la nouvelle est envoûtante, tout comme la jolie danseuse de pluie.  Le style fin et précis vient renforcer l’histoire, et il n’y a vraiment rien à redire. Les nouvelles de cet auteur sont décidément toujours des bonnes surprises, légères par l’écriture et graves par le thème. Un auteur à suivre, d’autant qu’il publie très bientôt une novella aux éditions du Petit Caveau.

Jeux d’enfant de Ambre Dubois

Vient en quatrième Ambre Dubois, que j’apprécie beaucoup pour sa série Les Soupirs de Londres. Epoque Victorienne, gouvernante et petite fille étrange sont au programme. Ce qui m’a le plus marqué c’est à quel point cette nouvelle est « visuelle », on imagine directement les scènes, le décor et l’ambiance sont parfaitement retranscrites. Ambre Dubois sait poser ses nouvelles, et dans des époques qui me touchent directement. Malheureusement, la fin m’a semblée un peu abrupte, et un retournement de situation plutôt mal amené. Une bonne nouvelle cependant.

Mille et Une Senteurs de Angélique Ferreira

Mille et Une Senteurs d’Angélique Ferreira est un peu un mélange entre Les Dames du Lac et Harry Potter. Les sorcières apprennent auprès des sorciers plus âgés, et volent sur des balais tout en demeurant à Avalon. Je regrette cependant que le cadre d’Avalon n’ai pas réellement été exploité. De nombreuses bonnes idées pullulent, mais j’ai eu du mal à comprendre dans quel sens la nouvelle voulait s’orienter. Trop d’idées et trop peu de pages.

La Forteresse de Nilhm de Alexis Lorens

La Forteresse de Nilhm d’Alexis Lorens m’a laissé carrément perplexe. Le style est très agréable et l’auteur retranscrit à merveille les ambiances, surtout les ambiances maritimes. On sent la passion de l’auteur pour la mer. Cependant, des points de vues changeants et des raccourcis scénaristiques m’ont plutôt déboussolée.  J’ai trouvé certains enchaînements peu (ou pas) logiques. Dommage. Là encore, trop d’idées et trop peu de pages je pense. Dur exercice que celui de la nouvelle.

Le Miroir au fond du puits de Vanessa Terral

Le Miroir au fond du puits de Vanessa Terral est La nouvelle du recueil. L’auteur m’avait déjà intéressé avec sa nouvelle dans Les Sombres Romantiques, je ne m’étais pas trompée. Elle est la nouvelle dans tous les sens du terme. Elle est d’abord très longue par rapport aux autres (environs 50 pages). Cette nouvelle ancrée dans notre époque part sur le « parent pauvre de la sorcellerie » qu’est le vaudou. Des nouvelles ou des bouquins sur le vaudou, c’est rare. Vanessa propose là une immersion dans les pratiques vaudou contemporaines, avec un lexique à la fin pour comprendre tous les termes.

Immersion passionnante s’il en faut. Son style est simple, et permet de mieux s’imprégner du vaudou, pratique dont je ne connais pas grand-chose. L’intrigue est bien menée, la nouvelle aurait même pu être deux fois plus longue. Je ne sais pas quels sont les projets de l’auteur, mais elle a clairement la maturité et le potentiel pour sortir des romans. Auteur à suivre de très près.

Cœur de cristal de Cécile Guillot

Cœur de cristal de Cécile Guillot relève le dur défi de passer ensuite. La sorcellerie ici y est très païenne, très wiccanne, très Bradley aussi. De par cette approche, j’ai vite été charmée. Si le principe est classique, une jeune fille descendante de sorcières apprend seule la sorcellerie suite au décès de sa mère puis de sa grand-mère, le retournement de situation très bien construit m’a totalement convaincue. Le style limpide aidant évidemment.

Le Mystérieux Chat du moulin de Céline Guillaume

Enfin, on termine avec Le Mystérieux Chat du moulin de Céline Guillaume. L’auteur ne m’a jusqu’à présent jamais convaincue, et ce n’est pas bien différent ici. On y trouve toujours un très beau style, mais l’histoire assez stéréotypée et carrément trop courte (4 pages) empêche d’apprécier. Et passer après la nouvelle de Vanessa Terra n’aide pas.

Sorcières et Sortilèges des Enfants de WalpurgisAu final, nous avons là le meilleur receuil de nouvel que j’ai lu depuis un moment. Les sorcières sont abordées sous des angles très différents. Il n’y a pas de redondance et aucune nouvelle n’est mauvaise, certaines sont juste un peu moins bonnes.

Si vous aimez les sorcières, n’hésitez surtout pas, ce genre d’effort est vraiment rare. Vous pouvez acheter ce recueil uniquement en ligne cependant (et malheureusement), via Thebookedition.

La prochaine publication des enfants de Walpurgis sera un recueil sur le thème de la musique. A suivre donc.


Ces articles pourraient aussi vous intéresser:
3 commentaires, donnez votre avis !
  • Mandrake a écrit le 26 mai 2010 à 19 h 11 min:

    Quel dommage qu’on ne puisse l’acheter qu’en ligne…il me tente vraiment.
    Pourquoi malheureusement via Thebookedition? C’est cher?

    RépondreRépondre
  • dabYo a écrit le 26 mai 2010 à 23 h 06 min:

    @Mandrake: Non non pas du tout ^^

    Malheureusement dans le sens qu’on ne peut pas le trouver en librairie :/

    RépondreRépondre
  • Mandrake a écrit le 27 mai 2010 à 17 h 35 min:

    Ah ok, j’aurai bien aimé pouvoir le trouver en librairie effectivement

    RépondreRépondre
  • Donnez votre avis !

    Comment avoir son avatar sur ifisDead ?