Soeur des Cygnes, Tome 2, de Juliet Marillier

Serafina dans Critiques, Livres le 17 janvier 2010, avec 3 commentaires
Critiques

Je vous avais déjà parlé du premier tome de Soeur des Cygnes. Ce deuxième en est la suite directe. Il faut savoir que dans la version anglaise ça n’est qu’un seul et unique tome. Du coup on retrouve l’histoire pile là où on l’avait laissée et c’est reparti. Je vous renverrais à ma critique du premier tome pour le synopsis, vu qu’il ne change pas. On suit toujours Sorcha une jeune fille dont les frères ont été transformés en cygnes. Pour les délivrer de cette malédiction, elle doit tisser pour chacun une chemise en ortie et garder le silence. Vous aurez reconnu le célèbre conte de Grimm dont ce roman est une adaptation.

Soeur des Cygnes Tome 2 de Juliet Marillier

Ce tome est donc la suite directe du précédent, avec les mêmes qualités. Le style de Juliet Marillier est très agréable,  ou bien sa traduction faite par Hélène Bury, je ne sais pas, et on est très vite transporté dans l’histoire. Ici le récit continue sa visée initiatique. Sorcha n’est plus dans le même genre d’endroits et doit assumer son choix de garder le silence y comprit en présence d’autres personnes et face à des injustices. Elle ne peut que se taire. Plus de quiproquos dans ces pages donc, des quiproquos, certes prévisibles, qui m’ont fait un peut penser au deuxième tome des Enfants de la Terre, mais en mieux , je vous rassure. C’est mignon. Oui, car malheureusement pour les messieurs qui veulent de la testostérone, on assiste à un début de romance, plutôt bien conté, plutôt réaliste et évidemment qui sera très poignant pour les romantiques. Je suis romantique, donc autant dire que j’ai été happée par cette histoire d’amour, ses non-dits, ses quiproquos et que j’ai eu les larmes aux yeux plusieurs fois.

On peut aussi saluer la psychologie des personnages que Marillier développe bien et avec réalisme. Après ce qu’a vécu Sorcha dans le premier tome, elle n’est plus pareille et cet événement continue de la hanter même plusieurs années. Ça change des héroïnes qui passent l’éponge sur les pires atrocités comme celle de la Symphonie des Siècles par exemple… Les événements douloureux sont traités avec noirceur, comme il se doit, rendant toute l’horreur que l’humain peut accomplir à ses semblables. C’est justement ce qui manquait récemment à Immortel par exemple. L’impact des épreuves qu’a vécu Sorcha est réaliste,  et ça, je ne peux que le saluer.

Soeur des Cygnes Tome 2 de Juliet Marillier

La couverture anglaise est nettement moins réussie, dommage.

Entre le lieu où cela se passe, l’époque où cela se passe, le coté légendaire, je n’ai pas pu m’empêcher de comparer ce roman aux Dames du Lac de Marion Zimmer Bradley. Et sachez que c’est un compliment. Sorcha est tout aussi attachante que les héroïnes de la série précitée et j’ai refermé ce tome avec ce même genre d’émotion. Une fébrilité, et des rêves dans les yeux. Soeur des Cygnes c’est un roman magique et enchanteur. Du coup, les défauts du livre sont passés comme une lettre à la poste. Oui, parce qu’il y ‘en a quand même.

C’est assez manichéen, les méchants sont méchants, les gentils gentils, c’est dommage. Heureusement, j’ai trouvé ce coté manichéen compensé par les réactions de certains personnages en fin d’ouvrage, je n’en dirais pas plus. J’ai aussi trouvé qu’on virait trop au pathétique par moment. Pourquoi vouloir toujours faire souffrir Sorcha encore plus. Certaines réactions sont un peut étonnantes et difficilement compréhensibles.

Soeur des Cygnes Tome 2 de Juliet MarillierMais voilà, je n’en ai que faire, je suis tombée sous le charme, et ca ne s’explique pas. Ca n’est pas rationnel. J’ai trouvé ce dernier tome charmant, cette histoire d’amour émouvante et du coup, c’est un coup de coeur, c’est tout. J’ai été happé dans ce récit romantique à souhait, ni trop, ni pas assez. Je ne saurais que le conseiller à tous ceux qui ont aimé les Dames du Lac, qui aiment les contes, ou tout simplement ceux qui sont sensibles au fond de leur coeur tout mou.

Un titre à lire sans aucun doute, sans parler du fait que sa couverture de Benjamin Carré est superbe.


Ces articles pourraient aussi vous intéresser:
3 commentaires, donnez votre avis !
  • Pauline a écrit le 18 janvier 2010 à 9 h 57 min:

    Rho la la … ça me donne trop envie… je note pour la prochaine commande^^

    RépondreRépondre
  • Véro a écrit le 18 janvier 2010 à 19 h 48 min:

    Moi qui aime les dames du lac, je vais donc succomber !

    RépondreRépondre
  • J. Angelé a écrit le 27 mai 2010 à 22 h 53 min:

    J’ai passé une nuit blanche dans ce livre, fasciné par le tourbillon d’émotions dans lequel l’héroïne du récit se débat du début à la fin. L’écriture, d’une grande limpidité, excelle à restituer les tourments intérieurs des protagonistes et laisse le lecteur sans défense face à leurs violents sentiments. Je vous défie de ne pas verser de larme dans les pires moments, lors des défaites de Sorcha, et aussi lors de ses victoires. Bravo à l’auteur pour la maitrise de sa plume et la force de son personnage. Le mutisme volontaire de l’héroïne durant presque tout le récit renforce remarquablement la puissance émotionnelle de la narration, tant le contraste est grand entre les injustices criantes qui lui sont faites et le silence de sa voix, entre la violence des situations qu’elle affronte et sa douceur , entre sa retenue et sa détresse intérieure. Mais qu’a donc Juliet Marillier à harceler avec autant de cruauté son héroïne, cette jeune fille constamment tendre et bienfaisante, qu’on ne peut s’empêcher d’aimer ? La fin du livre est construite en un lent paroxysme, le personnage de Richard est infâme à souhait, le dénouement poignant. Les lecteurs masculins pourront ici et là être agacés, non pas par la romance comme le suggère Sérafina dans son billet – car cette histoire d’amour est superbement contée – mais par la persistance de quelques stéréotypes, et surtout la capacité hors du commun de Sorcha à souffrir sans fin pour les autres. Émancipez-vous, jeune femme, apprenez à rendre les coups ! Un dernier mot sur la Faërie qui baigne discrètement l’ouvrage, qui réjouira ceux que les relations avec le Petit Peuple passionnent. Juliet Marillier rejoint ici Emma Bull (« War for the Oaks »), Melissa Marr (« Ink Exchange »), Ellen Kushner (« Thomas the rhymer »), Patricia McKillip et bien d’autres, dans ces chroniques où la cruauté côtoie intimement le merveilleux.

    RépondreRépondre
  • Donnez votre avis !

    Comment avoir son avatar sur ifisDead ?