Silo de Hugh Howey

dabYo dans Critiques, Livres le 17 février 2016, avec 1 commentaire
Critiques

Silo de Hugh Howey est un roman d’anticipation initialement traduit en français par Yoann Gentric et Laure Manceau pour Actes Sud et tout juste publié dans son édition poche par Le Livre de Poche. Mais c’est un livre un peu particulier puisque Hugh Howey l’a initialement publié à compte d’auteur, sans passer par un éditeur. Aux États-Unis la publication à compte d’auteur a été largement démocratisée par les possibilités offertes par Amazon, il faut dire que le lectorat anglophone est énorme et que la plateforme permet d’en toucher une grande partie sans réel investissement. M’enfin, si le bouquin est arrivée jusque chez nous, ce n’est sans doute pas pour rien, synopsis.

Silo de Hugh Howey

Holston est le shérif dans du Silo, la dernière parcelle d’humanité connue sur Terre. Le Silo vit en autarcie et pour cause, l’air de l’extérieur est devenu toxique et irrespirable pour les humains. Leur seul espoir se retrouve dans des avancées technologiques qui leur permettraient de sortir sans risque de mourir par contamination. En attendant, les habitants du Silo observent l’extérieur grâce à des caméras de surveillance placées autour du Silo. A chaque fois qu’un de ses résidents est condamné à mort par la justice, il enfile un scaphandre profitant des dernières technologies et doit nettoyer les dites caméras. D’une pierre deux coup donc, on teste les nouvelles techno et au pire des cas, on aura une image plus nette. Le plus bizarre reste qu’on ne sache pas vraiment pourquoi ils font systématiquement le nettoyage des caméras au lieu de se rebeller…

Franchement, au fil des années des Dystopie j’ai fini par en lire un paquet, alors celle d’un auteur qui publie tout seul faute d’éditeur, hmm… Ça sentait l’énième resucée à la Hunger Games avec un monde merveilleux mais complètement horrible blablaba. Et pourtant, le livre a réussi à me conquérir dès les deux premiers chapitres, et ce malgré ces nombreux aprioris. Car Hugh Howey ne prend pas son lecteur pour un idiot et part directement au quart de tour. Alors que certains bouquins du genre mettent des pages et des pages pour se construire, on est directement jeté dans l’enfer du Silo.

Holston est le premier personnage principal que nous découvrons. Ce n’est pas n’importe qui puisqu’il est le Shérif, le représentant de la loi qui s’exprime à travers le Pacte. C’est donc à lui que revient d’enquêter sur les méfaits, qui peuvent de temps à autre amener à la mort. Cela s’appelle le Nettoyage. Sauf qu’aujourd’hui Holston ne croit plus aux règles du Silo et est persuadé que ses habitants y sont maintenus contre leur gré.

wool graphic novel

Le ton est donc donné dès les premières pages du roman et c’est un vrai régal. On rentre directement dans le vif du sujet, et à l’aspect dystopique de ce roman s’ajoute très vite celle du Thriller. Car on a clairement l’impression que les personnages principaux que l’on va découvrir au fur et à mesure, notamment Juliette, sont les victimes d’une sorte de machination insaisissable, seuls contre tous. Vous rajoutez à cela l’ambiance du Silo et vous vous retrouvez presque avec une aventure à huis clôt, un peu comme ce que l’on peut vivre avec les policiers de ce genre.

La narration est faite au plus proche des personnages principaux et ça rend l’impression de complot d’autant plus réussie. Le monde du Silo est tout petit certes, les gens se côtoient depuis qu’ils sont tout petits car il n’y a pas franchement de déménagement possible, la population étant régulée, les naissances sont rares. Mais voilà, l’Extérieur du Silo est tabou, sanctionner de peine de mort et peut mener au Nettoyage à tout moment, les gens ne peuvent pas s’exprimer librement. Les proches restent donc bien souvent des étrangers dès que les vraies conversations commencent. Seul au milieu de sa famille en quelque sorte.

Silo de Hugh HoweyL’ambiance du Silo est sans aucun doute l’un des plus gros points forts du roman. Cette fourmilière à huis clôt est superbement bien rendue, on sent tous ces humains grouiller le long du Silo, vivre en autarcie depuis des siècles. Avec en bas les machines qui génèrent l’électricité, puis les serres qui produisent la nourriture, les hôpitaux du milieu, le département de l’informatique et enfin, le maire et les institutions. Très bien retranscrit tout simplement, rarement j’ai été aussi projeté dans un monde si particulier.

A côté de ça on a des personnages vraiment charismatiques. Avec cette narration proche de nos héros, on ne peut que s’y attacher. Et malheureusement, Hugh Howey sait très bien se jouer de son lecteur sur ce point là et n’hésitera pas à le faire. C’est d’autant plus dur quand on suit ces personnages depuis des centaines de pages.

Vous l’aurez compris, Silo de Hugh Howey est tout simplement une baffe. Excellent du début jusqu’à la fin, vous ne regretterez pas une seule des sept cents pages que compte ce roman. Avec une histoire passionnante, un univers vraiment bien foutu et très bien rendu par une narration au corps à corps, on peut dire qu’il y a tout pour vous pousser à le lire. Il y a visiblement une suite, et j’espère qu’elle est à la hauteur de ce Silo.


Ces articles pourraient aussi vous intéresser:
Un commentaire, donnez votre avis !
  • Dareel a écrit le 17 février 2016 à 14 h 09 min:

    Et en effet, la suite est bonne !

    :)

    Il me reste le troisième tome à lire, on en apprend beaucoup plus dans le deuxième et ça rend le tout passionnant !

    RépondreRépondre
  • Donnez votre avis !

    Comment avoir son avatar sur ifisDead ?