Rouge Flamenco est le premier tome de la Trilogie en Rouge de Jeanne Faivre d’Arcier, une trilogie commencée il y a plusieurs année maintenant par l’auteure française et récemment achevée avec Le Dernier Vampire sorti l’année dernière. Les éditions Bragelonne en ont donc profité pour réédité les deux premiers tomes dans une intégrale, L’Opéra Macabre, dont je viens de lire la première partie. Synopsis.

L'Opéra Macabre de Jeanne Faivre-d'Arcier

Carmilla est une danseuse de flamenco qui enflamme les parquets des scènes parisiennes depuis plusieurs mois déjà. Sublime dans sa robe rouge, elle ne laisse personne indifférent et surtout pas les habitants de la capitale française qui ne jurent plus que par la future starlette de la danse. Tant et si bien que sa renommée devient internationale et que ses vieux démons semblent bien avoir retrouvé sa trace… C’est peut être l’occasion de régler quelques affaires que la jeune vampire a mis bien trop longtemps de côté.

Je ne savais pas vraiment dans quoi je m’embarquais avec ce premier tome, mais je dois dire que le début commençait vraiment bien et m’a pendant pas mal de pages fait penser à Lestat d’Anne Rice. Ce côté vampire rock star et ce sentiment d’oppression par des forces inconnues autour de l’héroïne m’a vraiment plu. J’ai donc commencé avec un certain enthousiasme ma lecture du roman, malgré quelques bizarreries dans la narration.

Jeanne Faivre d’Arcier

Jeanne Faivre d’Arcier

Il faut en effet savoir que la manière d’écrire de Jeanne Faivre d’Arcier est tout sauf conventionnelle. De très nombreuses choses sont mélangées, on passe d’un point de vue à l’autre sans aucune transition dès qu’ils sont dans la même pièce, et on traverse les époques de manière instantanée. Çà sera d’ailleurs l’un des principaux problèmes du roman puisque ce tome est aussi sous-titré biographie d’un vampire. Des époques nous allons en visiter pas mal et le lecteur est trimbalé entre notes de présent et notes du passé d’une manière assez bizarre.

Mais on s’y fait et on se prend finalement au jeu de la découverte de la longue vie de Carmilla. Là dessus c’est un vrai plaisir de voyager, au départ d’Alger pour aller jusqu’en Espagne, en France et enfin même aux États-Unis. On voyage beaucoup et on voit de nombreux paysages du coup, plus ou moins décrits, c’est vraiment dépaysant. Ce n’est malheureusement pas sans contre partie, car en dehors de Carmilla la plupart des personnages ne vont faire que de courtes apparitions. Soit pour revenir plus tard, soit pour mieux mourir. On ne s’y attache donc pas réellement.

L'Opéra Macabre de Jeanne Faivre-d'ArcierC’est malheureusement ce qu’il va arriver à l’ensemble du livre. C’est rythmé certes, il se passe beaucoup de choses, mais peut être un peu trop aussi. Il y a tellement d’évènements qui sont éparpillés sur plusieurs siècles dans ces 250 pages qu’aucun n’a de réelle impact sur notre lecture. Notre héroïne va affronter des périls mortels mais à aucun moment on ne s’en souciera réellement. C’est comme ça et on sait que tout se finira bien. Du coup on passe vraiment à côté de l’histoire, on la lit certes mais elle rentre pour tout de suite sortir.

Vous l’aurez compris je n’ai pas réussi à accrocher à Rouge Flamenco de Jeanne Faivre d’Arcier. Malgré son âge qui date de près de 20 ans, le roman n’a pas pris de ride et semble vraiment actuel. Pourtant, il ne suffit pas à captiver son lecteur et on passe complètement à côté des enjeux de l’histoire et de Carmilla notre héroïne. C’est dommage car l’ambiance du début était vraiment excellente et que je comptais bien renouer avec les vampires sur cette lecture.


Ces articles pourraient aussi vous intéresser:
Un commentaire, donnez votre avis !
  • Mypianocanta a écrit le 28 avril 2014 à 18 h 59 min:

    Il semble que nous avons un avis assez similaire : cette narration est trop bizarre pour qu’on arrive à entrer dans l’histoire pourtant intéressante de Carmilla. C’est dommage !

    RépondreRépondre
  • Donnez votre avis !

    Comment avoir son avatar sur ifisDead ?