Riverdream de George R.R. Martin

Serafina dans Critiques, Livres le 13 mai 2009, avec 4 commentaires
Critiques

Riverdream est un des anciens romans de George R.R. Martin. Il a été publié au tout début des années 80. Mais vu le succès du Trône de Fer et puisque ce dernier a en France rattrapé la parution anglo-saxonne, il fallait bien que J’ai lu nous sorte les vieilleries du grenier. C’est ainsi qu’on se retrouve avec ce livre à la superbe couverture et vous savez ce que je pense des belles couvertures. Mais le but était probablement d’attirer les fans du Trône de Fer. Eh bien, j’ai été attirée et le post-it collé dessus me disant que c’était « un roman baroque à conseiller à tous les fans de Anne Rice » a fini de me convaincre. Bon la critique de Celine aussi. Avant de commencer, on notera que J’ai lu garde un titre en anglais… tout en ne conservant pas le titre original qui est Fevre Dream. Vous avez dit bizarre ?

Riverdream de George R R Martin

Nous sommes en 1857 et le Mississipi est en pleine effervescence. C’est la grande époque des vapeurs. Abner Marsh est capitaine. Mais un capitaine à la Martin. Il est moche, il se goinfre, il rote, il jure. Le bougre a cependant subit de nombreux revers et sa compagnie est en pleine déchéance. C’est alors que Joshua York sort de nulle part et lui propose un marché qui ne se refuse pas. Il lui donne des fonds pour construire le plus grand, le plus beau et le plus rapide des vapeurs. Seules condition: Joshua veut être Capitaine, et ne pas être dérangé pendant la journée.

Riverdream par George R R Martin

Couverture de l'édition Mnémos

Deux mondes se croisent dans le livre. Celui des mariniers tout d’abord, auquel appartient Marsh et celui des gens de la nuit auquel appartient Joshua. C’est personnellement celui des mariniers qui m’a le plus plu. On est vite pris par cette atmosphère très particulière de l’Amérique des vapeurs à l’aube de la sécession. C’est la grande époque des bals et autres fêtes dignes des Quatre filles du docteur March. Mais nous ne verrons pas cela dans le bouquin car Marshn’a pas de filles, et surtout, c’est un marinier, un vrai. Un gars qui passe des nuits dans les saloons moisis, entourés de fréquentations pas très très recommandables. C’est le monde des gens du peuple. Et puis bien sûr des mariniers, caste à part, avec son propre code d’honneur. Le livre est très immersif. Et nous donnerait presque envie de visiter la Nouvelle Orléans de l’époque, même si cette dernière est qualifiée d’égout à ciel ouvert.

D’ores et déjà je ne pense pas vous spoiler en vous disant que si J’ai lu a cité Anne Rice ce n’est pas pour rien. En effet, le livre traite en partie du vampirisme. Et Martin développe sa propre version du mythe. Et ceci d’une manière intéressante. En effet les vampires eux même ne sont pas d’accord sur leur origine. Nous aurons donc plusieurs sons de cloche, la version « rationnelle » et même « scientifique » de l’un aux superstitions de l’autre. Dans tous les cas, le mythe est ici redéfinit, et cette nouvelle définition m’a séduite. Pourtant je suis très difficile dans ce domaine, étant une grande amatrice de littérature vampirique.

On peut cependant tiquer légèrement sur le fait que étrangement les vampires vivent dans une plantation à la Nouvelle Orléans, que étrangement un des vampires est un riche aristo Français né au milieu du XVIIIème qui a été abandonné lors de sa naissance « vampirique ». Vous aussi vous avez reconnu Lestat ? Clin d’oeil ou bien inspiration mutuelle, je ne sais pas mais il est difficile de ne pas voir quelques petits « déjà vu ». Ceci dit, Martin arrive à personnaliser très rapidement ces éléments, qui au final ne gênent pas du tout.

Fevre Dream de George R.R. Martin

Le livre se lit relativement bien, malgré tout j’ai trouvé certaines péripéties pas toujours utiles. Le nombre de pages est cependant honorable et atteint les 500. Comme d’habitude avec l’auteur, aucune tendresse ni concession ne sera faite aux personnages. On n’est pas au point d’un Trône de Fer mais quand même.

Justement voilà où le bas blesse. Martin est le gars qui a écrit le Trône de Fer. Et cette saga fait partie des meilleures que j’ai pu lire. Alors forcement on en attend énormément. Mais Riverdream est une œuvre de « jeunesse » et est quand même très loin d’un Trône. Du coup on est un peu sur notre faim, car le livre a beau être bon, ce n’est pas ce que l’auteur a fait de mieux. Ceci dit, si vous aimez Martin, si vous aimez les vampires ou le XVIIIème siècle américain, vous pouvez vous lancer les yeux fermés.


Ces articles pourraient aussi vous intéresser:
4 commentaires, donnez votre avis !
  • Céline C. a écrit le 13 mai 2009 à 13 h 07 min:

    Ah qu’il est difficile pour un auteur de se départir de sa grande oeuvre ! Un peu comme pour un acteur qui aurait un rôle tellement marquant, qu’il est difficle de le voir autrement que son personnage !
    Je ne vais pas réécrire ma critique ici, mais j’ai trouvé que Martin s’en sortait plus qu’honorablement pour traiter un sujet déjà vu énormément de fois, et donc pas facile.
    L’avantage est qu’on peut également faire un peu connaissance avec l’auteur, sans pour autant se lancer dans une saga à rallonge. Quoi que c’est une hérésie pour moi que de ne pas lire le Trône de Fer… XD

    RépondreRépondre
  • Riverdream (George R.R. Martin) | Dans la Lune a écrit le 13 mai 2009 à 17 h 40 min:

    […] lire également, les avis sur If is Dead et Happy […]

  • Azureyes a écrit le 19 juin 2009 à 22 h 30 min:

    Ce livre est vraiment bien pour tout fan de vampire qui se respecte, ainsi que pour tout fan de Martin il va sans dire. Bon il est extrèmement prévisible, les rebondissements sont très facilement « anticipables » mais l’histoire se tient et l’univers est terriblement « vampirique ». Il est dommage que l’auteur ne nous ai pas conté la suite car l’histoire est un peu batarde, l’univers mériterait d’être approfondit. Après j’ai une petite remarque si quelqu’un sait me répondre. On retrouve en effet une grosse partie autour de caïn et le livre de NOD qui n’est pas sans rappeler un certain jeux de rôle. Ma question est donc: Martin est il le précurseur de l’histoire de jeux ou s’en est il inspiré selon vous ?

    RépondreRépondre
  • Serafina a écrit le 22 juin 2009 à 14 h 54 min:

    Alors la Azureyes, je ne peux pas te répondre, je ne connais rien du tout en JDR :/

    RépondreRépondre
  • Donnez votre avis !

    Comment avoir son avatar sur ifisDead ?