Mordre le Bouclier de Justine Niogret

Serafina dans Critiques, Livres le 7 octobre 2011, avec 1 commentaire
Critiques

Mordre le Bouclier est la suite de Chien du Heaume, roman de Fantasy écrit par Justine Niogret que j’avais dévoré il y a deux ans, et qui a d’ailleurs remporté le prix des Imaginales 2010. Il s’agit d’un roman aux éditions Mnémos qui est accompagné par une superbe couverture de Johann Bodin. Paru récemment , je n’ai donc pas mis longtemps à m’y atteler, le finissant en moins d’une semaine. Synopsis ?

Mordre le Bouclier de Justine Niogret

Chien du Heaume a perdu ses doigts. Depuis elle erre comme une âme en peine au Castel de Broe. Brehyr hante aussi ce château, elle aussi est une guerrière et elle a une quête. Là où Chien du Heaume désire trouver son identité, Brehyr désire se venger. Elle va emmener notre guerrière atypique à la poursuite de Heroon, chevalier qui revient des croisades.

Comme pour le précédent opus, le style de Justine Niogret est un vrai régal. Son style est fluide, son vocabulaire est cru et moyenâgeux, ce qui fait immanquablement plaisir à la fan du Trône de Fer et de sa traduction vieillotte que je suis. Elle n’est pas non plus aseptisée, c’est de la Fantasy oui, mais de la Fantasy réaliste et les blessures sont décrites sans détour. Blessures physiques ou blessures psychologiques d’ailleurs.

Justine Niogret

Justine Niogret

En effet bien que le synopsis laisse penser à de la Fantasy pleine d’action, ce tome est plutôt un voyage intérieur, c’est une quête de sens, d’identité. Le roman est beaucoup plus introspectif que le précédent, et parfois la ligne n’est pas très claire entre rêves et réalité. La quête de Chien du Heaume était une quête d’identité, mais qui était dirigée vers un but « tangible » : connaître son nom et son origine. Ici on va plus loin, à la recherche d’une identité de l’âme plus que du corps. Du coup, le coté « Fantasy réaliste » est contrebalancé par un coté très onirique, qui donne une ambiance un peu surréaliste au roman.

La foi est aussi un sujet traité de manière importante dans le roman. En effet, Heroon revient des croisades et c’est l’occasion de parler de ce fait historique, nous donnant par ailleurs une indication temporelle du roman du coup. J’ai apprécié le fait que le raisonnement sur la foi (et donc sur Dieu) ne soit pas manichéen ni réellement affirmé.

La plupart des personnages ne sont que rapidement esquissés, avec deux ou trois traits de caractères mais ces derniers suffisent à Justine Niogret pour leur donner une profondeur et une densité qui les rendent inoubliables, que cela soit Brehyr guerrière à la limite de la folie, ou Saint Roses le chevalier qui a perdu la foi à Jérusalem. Chaque personnage poursuit sa propre quête.

Mordre le Bouclier de Justine NiogretComme le précédent, le roman se termine sur un lexique de termes moyenâgeux ou techniques, expliqués avec énormément d’humour par l’auteur, qui montre là son coté plus humoristique, laissant retomber la pression. S’ensuit une postface de Jean-Philippe Jaworski, bourrée de références littéraires et d’analyse de texte et qui m’a ennuyée au delà du possible, confirmant mon impression sur cet auteur. Mais là est un autre débat.

Au final, Mordre le Bouclier est une suite plus que réussie, qui égale voir dépasse l’excellent premier tome qu’était Chien du Heaume. Si vous l’avez aimé je ne peux que vous conseiller chaudement la suite, et sinon il est grand temps de découvrir cette très bonne série de Justine Niogret, auteur française qu’il semble désormais nécessaire de suivre de près.


Ces articles pourraient aussi vous intéresser:
Un commentaire, donnez votre avis !
  • Lorhkan a écrit le 7 octobre 2011 à 12 h 23 min:

    Un gros coup de coeur pour moi aussi, comme le premier.

    RépondreRépondre
  • Donnez votre avis !

    Comment avoir son avatar sur ifisDead ?