Montres Enchantées est une anthologie dirigée par Mathieu Guibé publiée en ce début d’année par les éditions du Chat Noir. Avec un titre pareil et une telle couverture, on ne peut pas dire qu’il s’agisse d’une anthologie qui n’affiche pas sa thématique: Steampunk et horloges. On y retrouve quelques auteurs français qu’on commence à plutôt bien connaître ici de par leurs publications au Chat Noir ou au Petit Caveau comme Cécile Guillot, Vincent Tassy ou encore Marianne Stern. Recueil de nouvelles oblige, il n’y aura pas de synopsis.

Montres Enchantées

Avec ses quelques quatre cents pages, on va retrouver dans Montres Enchantées plus de quinze nouvelles des différents auteurs. Chacune est accompagnée d’un petit texte présentant l’auteur, qui permettront parfois d’appréhender un peu mieux l’histoire qui va découler.

Toutes les histoires ont donc une même thématique qu’est le Steampunk avec à chaque fois une référence au temps qui passe sous la forme d’horloges. On peut dire que les auteurs se sont bien prêtés au jeu et il est vraiment amusant de voir quelles ont été leurs idées pour arriver à tous intégrer cette notion, ces aiguilles qui tournent, dans leur récit tout en essayant d’être originaux les uns par rapport aux autres. Là dessus j’ai trouvé que l’anthologie était très réussie car l’aspect temps est vraiment bien respecté de tous sans pour autant avoir l’impression d’en lire les mêmes histoires.

Si la thématique Steampunk est imposée, on peut aussi dire que les univers des nouvelles sont souvent bien différents, mais il y a un fil conducteur qui évite de passer du coq à l’âne. Le tout fait donc corps et c’est vraiment agréable sur ce point, on a de l’originalité sans avoir des nouvelles qui n’ont rien à voir les unes par rapport aux autres. Très clairement un des points forts de cette anthologie.

Évidemment, parmi ces dix-sept nouvelles, la qualité n’est pas complètement égale que ce soit sur le point du scénario, de l’écriture, ou encore de l’immersion. Il y en a certaines qui se démarquent, sans doute celles qui ont misé sur l’aspect mélancolique du Steampunk tout en ayant réussi à captiver le lecteur jusqu’à la touche finale. Et il y en a d’autres, une en particulier, qui m’ont laissé perplexe et n’ont pas réussi à m’emmener avec eux, dommage. Mais sur l’ensemble, c’est -et de loin- le positif qui l’emporte, et j’ai fini l’anthologie sans peine.

Le Toquant de Clémence Godefroy

Cette nouvelle de Clémence Godefroy est mon premier coup de cœur de cette anthologie. On y suit deux jeunes étudiants dans l’ingénierie des automates, l’un se spécialisant dans l’apparence de ceux-ci et l’autre dans la rééducation d’automates qui sont sortis du circuit.

J’ai beaucoup aimé l’ambiance, j’avais l’impression de suivre deux adulescents menant la vie de bohème dans une grande ville aux allures steampunk. Et puis, le final est des meilleurs aussi.

Tourbillon aux Trois Ponts d’or de Fabien Clavel

Peut être l’auteur le plus connu de cette anthologie, Fabien Clavel signe aussi une de celles qui est des plus passionnante. On va y suivre deux inspecteurs qui vont faire une enquête en chambre close sur la mort mystérieuse d’un ingénieur. Le personnage principal est dépeint en quelques traits mais prend tout de suite corps.

Je reviendrai de Laurent Pendarias

Quand on parle d’horloge, il fallait bien que l’aspect voyage dans le temps et les différentes problématiques qui y sont liées soient abordés par l’une des nouvelles… Mais de là à penser que ce serait fait dans une nouvelle centrée autour du philosophe Kant ! Cette nouvelle m’a bien plu, j’ai trouvé les thématiques amusantes et le récit prenant. Et puis le final est bien réussi !

Derrière les engrenages de Marie Angel

Cette nouvelle de Marie Angel a un petit côté huis-clos, anxiogène et loufoque. On y suit une petite maison réglée comme une horloge dans laquelle tout semble bizarre. Les personnages principaux ont peur que quelque chose se soient déréglé et en perdent les pédales… Assez difficile à expliquer, l’ambiance est vraiment dérangeante.

L’agonie des aiguilles de Marine Sivan

Montres EnchantéesJe suis partagé pour cette nouvelle de Marine Sivan. C’est peut être bien ma préférée car j’ai trouvé l’ambiance, l’univers Steampunk et les personnages très réussis pour une si courte nouvelle. Oui mais voilà, à côté de ça j’ai découvert le final de la nouvelle dès les premières lignes d’intrigue, autant dire qu’en tant que nouvelle il y a là une petite faiblesse… Mais bon, je lui pardonne car suivre l’histoire était tout de même génial.

Vous l’aurez compris, cette anthologie de nouvelles Steampunk m’a vraiment convaincue. Avec un nombre important de nouvelles dont la plupart sont très agréables à lire, Montres Enchantées de Mathieu Guibé se révèle être une très bonne surprise. On y passe un très bon moment de lecture avec quelques petites perles.


Ces articles pourraient aussi vous intéresser:
Un commentaire, donnez votre avis !
  • LittleDaisy a écrit le 9 avril 2015 à 12 h 22 min:

    J’avais vu ce recueil au salon du livre mais je me suis dit que ce serait pour plus tard :) En tout cas, cette article ne fait que confirmer : c’est pour plus tard mais je (dois) vais le lire.

    RépondreRépondre
  • Donnez votre avis !

    Comment avoir son avatar sur ifisDead ?