Les romans de Lilith Saintcrow, notamment sa série Danny Valentine ou cette Jill Kismet, me tentaient depuis leur parution chez Orbit. C’est donc à l’occasion de leur sortie poche chez Le Livre de Poche que j’ai finalement fait connaissance de Jill, avec une couverture à base de photo montage. Je n’attendais pas grand chose, mais ça faisait longtemps que je n’avais pas lu de Bit-Lit. Synopsis ?

Mission Nocture Jill Kismet Lilith Saintcrow

Jill est une spécialiste en « trucs surnaturels » : exorcismes, chasse de démons, bref, elle s’occupe de toutes ces créatures qui rodent la nuit et que les personnes « lambda » ne connaissent que peu. Quand plusieurs flics sont retrouvés morts, et affreusement mutilés par une chose du genre inhumain, Jill sait quelle est sa mission…

Bien que Mission Nocturne soit le premier tome de la série et qu’il ait une vraie fin, ce qui nous fait habituellement penser à une aventure préliminaire avant un plus long arc par la suite, on est ici totalement catapultés dans l’histoire et dans la vie de cette jeune chasseuse. Il n’y a pas de flashback, ni d’explication du monde à un novice, que dalle, on est balancé dans la nature, et c’est à nous de relier les morceaux pour avoir une idée claire de l’univers, de la fonction de l’héroïne, de ses pouvoirs…

Je me suis honnêtement demandée pendant les 50 premières pages (sur 300) si c’était vraiment le premier tome de la série car je ne m’y retrouvais réellement pas. Heureusement, après, on commence à comprendre les pièces du puzzle, mais c’est une fatigue inutile à mes yeux. C’est dommage, car l’univers est intéressant. Jill vit majoritairement la nuit, et l’univers est sombre, très sombre. J’ai plutôt apprécié, car l’univers est donc très déchanté et très adulte. Les démons ne sont pas de gentils beaux gosses quoi. The night is dark and full of terrors comme dirait l’autre. On a des démons, des gens qui pactisent avec, des exorcismes, des vampires, bref, tout un univers souterrain, nocturne et affreux.

Mission Nocturne Jill Kismet Tome 1 de Lilith Saintcrow

On est très loin de la Bit-Lit traditionnelle, et plus dans de l’Urban Fantasy pure et dure, car Jill n’est pas vraiment une girl next door : ancienne prostituée devenue chasseuse, à vif, elle vit la nuit et crèche dans un entrepot abandonné. Bref, c’est pas Sookie.

Le tome est très rythmé, bourré d’action, on ne s’ennuie pas et les 300 pages se lisent plutôt vite. Cependant, de nombreuses répétitions entravent un peu le plaisir de lecture. Je ne compte pas le nombre de fois où le manteau de Jill « claque », où les amulettes « tintent dans ses cheveux » ou que-sais-je.

Mission Nocture Jill Kismet Lilith SaintcrowToujours les mêmes expressions, toujours les mêmes descriptions, au bout d’un moment, cela devient vraiment saoulant. N’ayant pas vu la version originale, je ne sais pas si il faut imputer ça au style de Lilith Saintcrow ou à la traduction de Mélanie Fazi.

Étant très rapide et très rythmé, les personnages autres que l’héroïne ne sont pas réellement mis en avant. Ils n’ont pas vraiment de relief et je ne me suis attachée à aucun d’entre eux.

Au final, je suis très mitigée sur ce Mission Nocturne: l’univers est très bon, mature et sombre comme il faut, alors que les personnages eux laissent encore à désirer. Le style est plutôt douloureux voir laborieux, mais au moins on ne s’ennuie pas. Je lirais le deuxième tome de Jill Kismet, par curiosité.


Ces articles pourraient aussi vous intéresser:
  • No comments yet.
  • Donnez votre avis !

    Comment avoir son avatar sur ifisDead ?