Majestrum de Matthew Hughes

Serafina dans Critiques, Livres le 1 août 2009, avec 4 commentaires
Critiques

Je n’avais pas réellement d’a priori quand j’ai commencé Majestrum de Matthew Hughes. C’est vrai que la couverture est un peu ovni pour un bouquin de SF ou de Fantasy, en effet, on pourrait presque croire que c’est la couverture d’un Jason Bourne ou autre du même acabit. Et en effet, le livre est un peu dur à classifier. Si je devais le faire je dirais qu’il s’agit d’un Polar de Science-Fantasy. A vos souhaits.

Majestrum de Matthew Hughes

En fait -accrochez vous- il s’agit du deuxième tome du Cycle de l’Archonat parut en France de Matthew Hughes, alors qu’apparemment il serait le 4ème en VO -je n’ai pas tout compris là-, mais il s’agit du premier de la série des Hengis Hampton, ce qui veux dire que vous n’avez pas lu le précédent, vous pouvez quand même lire Majestrum. Enfin essayer tout du moins.

On suit donc Hengis Hampton un discrimineur de la Vieille Terre, il est chargé d’une discrimination particulièrement délicate impliquant l’aristocratie terrienne. Ajoutons à cela que suite à un séjour dans une poche de magie son « PDA » est devenu vivant et a l’apparence d’un chat croisé avec un singe, et que ce qu’on appelle « la voix de la conscience » est devenue une double personnalité à part entière. On secoue, on choppe la migraine, et on atterris sur Majestrum. Enfin, en plus la double personnalité est obsédée par un bouquin indéchiffrable. C’est un peu beaucoup dit comme ça, et j’ai peur de vous embrouiller à vous en dire plus.

Car en effet, on est projeté directement au cœur de l’action. Un peu comme dans les Princes d’Ambres, sauf que là Hengis n’est pas amnésique. Il n’y a pas de « temps d’apprentissage ». Je sais bien que ces passages un peu rébarbatifs, où on nous expose le monde et ses particularité ne sont pas obligatoires, et même parfois trop clichés mais ils sont souvent nécessaires si on ne veut pas perdre le lecteur. Malheureusement ici on tout aussi perdu que dans la banlieue parisienne sans GPS. Le monde inventé par Hughes est riche, très riche. Du coup on a des tonnes de termes qu’on ne comprend pas (discrimineur par exemple) et qui ne seront jamais expliqués. A tel point que je me suis demandée si il n’y avait pas un Tome 1 à lire avant.  Il faudra petit à petit recoller les morceaux tel un puzzle gigantesque. Ça gâche un peu la lecture, parce qu’on ne sais jamais au final si on a fait les bonnes hypothèses sur la signification de tel ou tel mot et du coup il est parfois nécessaire de relire 10 pages en arrière pour mieux comprendre.

Majestrum de Matthew Hughes

Ce procédé permet néanmoins une meilleure crédibilité du monde, c’est plus réaliste. Hengis nous parle comme si nous connaissions déjà son monde (le livre est à la première personne) et son passé, ce qui est logique en soi.  Malheureusement, cela empêche l’immersion, on a l’impression de ne faire que toucher du bout des doigts certaines notions.  C’est fort dommage car le monde a l’air très intéressant, très fouillé, très poussé. Les rituels de l’aristocratie sont vite survolés alors qu’ils auraient mérité à mon avis plus de pages. On visite de nombreuses planètes, dont chacune a ses propres coutumes, et j’aurais apprécié en apprendre plus, c’est un peu frustrant. Il y a tellement de matière que 330 pages c’est trop juste.  Cependant, le Cycle de l’Archonat contient il me semble une dizaine de romans, ou presque, donc, peut être que…

Heureusement pour nous, Hengis rattrape tout cela, le personnage est brillant, plein d’humour, bien sûr ces dialogues internes avec son alter-ego ou son PDA félin sont pour beaucoup  dans le coté humoristiques, ils apportent la fraîcheur nécessaire. On sent de très bons matériaux, mais on reste sur sa faim.  Quant au coté Polar, Hengis semble plutôt se fier à son intuition qu’à des indices, ok Jason le fait aussi, mais du coup cela casse un peu le coté enquête, parce qu’on ne peut pas essayer de deviner le dénouement.

Une impression en demi teintes, je ne vous le conseille pas, pas plus que je ne vous le déconseille. Cependant au vue de la richesse de l’univers, c’est un auteur à suivre, une telle richesse n’est pas si fréquente. Donc si vous connaissez déjà  son univers, ou que Jack Vance qui a beaucoup influencé l’auteur ne vous ait pas inconnu, alors n’hésitez pas une seconde pour sauter le pas. Du coup, après ma lecture j’ai quand même sacrément envie d’en apprendre plus sur cet univers.


Ces articles pourraient aussi vous intéresser:
4 commentaires, donnez votre avis !
  • Bartimeus a écrit le 1 août 2009 à 22 h 15 min:

    Et bien, je le lirais, c’est sûr maintenant ! :)

    RépondreRépondre
  • Thalia a écrit le 2 août 2009 à 14 h 10 min:

    J’aime beaucoup la petite vidéo ;)

    Par contre je ne sais pas si je suis tentée ou pas … si on est dispersé dans tous les sens et que certains termes inventés ne sont pas expliqués. :/

    C’est quoi un discrimineur pour toi après la lecture du tome? Tu penses qu’il faudrait lire ce qui vient avant ce tome d’abord?

    RépondreRépondre
  • Seraf' a écrit le 3 août 2009 à 13 h 23 min:

    C’est une sorte de detective privé, mais j’avoue que je ne sais pas les nuances.
    Ensuite, non, je ne pense pas qu’il faille lire le éprecedent » tome, car bien que ce passant dans le meme univers, ce ne sont pas les memes personnages, ni les memes « mondes ».
    Je pense que c’est le style de ‘lauteur :/

    RépondreRépondre
  • Larouette a écrit le 25 janvier 2011 à 21 h 13 min:

    J’ai lu les deux, j’aime vraiment beaucoup ; il a un style à part, un humour décalé…
    Tout ça avec une superbe traduction et une non moins superbe illustration pour Majestrum.
    A essayer, je crois qu’on ne peut pas vraiment se faire un avis avant de l’avoir lu, c’est en effet plutôt inclassable.

    RépondreRépondre
  • Donnez votre avis !

    Comment avoir son avatar sur ifisDead ?