Les Portes de Doregon est le premier tome de la saga de Doregon, écrit par Carina Rozenfeld. L’auteur française est publiée dans la collection jeunesse de l’Atalante, et son roman est enrobé d’une couverture sublime de Benjamin Carré. Il faut dire que cette couverture de toute beauté a fortement joué sur mon envie de lire le roman, d’autant que je n’avais jusqu’à présent jamais pu lire de travaux de l’auteur. Synopsis ?

Les portes de Doregon de Carina Rozenfeld

Mia est une étudiante au beaux-arts qui peint depuis toujours un monde fantastique : Doregon. Quelle n’est pas sa surprise lorsqu’elle apprend que ce monde existe réellement, qu’elle est désignée pour être le Veilleur de ce monde et que des milliers d’autres mondes existent ! Elle ne résiste pas à partager cette découverte à Josh, son amour, et Moone son frère. Sauf qu’une ombre plane sur Doregon, et en les faisant entrer dans ce monde, elle a peut être bien scellé leur destin.

Alors là, si vous êtes un tant soit peu familier du  roman jeunesse, vous redoutez un peu que l’on tombe dans le vu et re-vu. En effet, niveau cliché, on est pas loin de la totale. Le monde parallèle, le frère darkinou, les dessins qui permettent de voyager… Arg. Heureusement, le roman a quelques bonnes idées qui permettent d’adoucir tout ces clichés. En effet, en plus de voyager entre les mondes, Mia peut voyager dans les lignes du temps, et notamment changer le cours de l’histoire, même si c’est à priori interdit.

Carina Rozenfeld

Carina Rozenfeld aux Imaginales

Du coup, Les Portes de Doregon va nous proposer deux versions de l’histoire, « ce qui se passe » et « ce qui aurait du se passer« . J’ai trouvé le principe très intéressant et prometteur. Malheureusement, le tout est assez mal équilibré : on a 4 chapitres de « ce qui se passe » et plus de trente qui se centre sur « ce qui aurait du se passer« . Cette grande différence nous ferait presque oublier le principe, et je pense qu’il aurait pu être pertinent d’avoir les deux en parallèle, car je dois avouer que je n’ai pas trouvé que l’histoire de « ce qui aurait du se passer » brille d’originalité.

Malheureusement, ce n’est pas non plus les personnages qui vont relever le niveau. D’une manière générale, je les ai trouvé très plats et sans vrai relief.  Je trouve qu’il manque sérieusement de profondeurs. Je sait on est dans la littérature jeunesse, il est donc logique d’avoir des personnages aux personnalités plus lisses et moins marquées, Ewilan l’un des « best seller » du genre n’est pas mieux par exemple; mais j’ai trouvé cela dommage. Mia et Josh dont l’histoire d’amour va pourtant être très forte ne m’ont pas touchés une seule seconde, alors que vous le savez, je suis terriblement bon public.

A cela s’ajoute le style de l’auteur avec lequel j’ai eu beaucoup de mal, et ses dialogues que j’ai trouvé trop sur-joué, ça sonne tout sauf naturel. La lecture donne assez souvent des impressions de répétition, avec parfois des mots « savants » qui sont répétés à tord et à travers dans la même page, pour parler d’un objet qui finalement n’a que peu d’importance. Je pense notamment d’un passage où un synonyme pour « parquet » est utilisé cinq fois dans la même page, était-il nécessaire d’en parler tant ?

Les portes de Doregon de Carina RozenfeldAu final , j’ai beaucoup peiné à lire Les Portes de Doregon car je ne suis pas du tout rentrée dedans. L’intrigue et les univers sont assez convenus, et le principe de voyage temporel n’est que trop peu exploité. J’ai l’impression d’être passée totalement à coté et pour tout dire je me suis beaucoup ennuyée. J’ai du intercaler un autre livre au milieu pour finalement revenir finir ce premier tome de Doregon.

Le livre reste sympathique et plaira sans doute aux plus jeunes. Cependant, contrairement à Mal-Morts de Jean-Marc Ligny ou à La Quête d’Espérance de Johan Heliot, je ne pense pas qu’il soit à conseiller pour une personne plus agée ou ayant déjà beaucoup lu, dommage.


Ces articles pourraient aussi vous intéresser:
6 Comments, donnez votre avis !
  • Bartimeus a écrit le 12 décembre 2010 à 12 h 29 min:

    En fait, j’ai l’impression que tout ce qui m’a peu gêné t’a vraiment gêné à toi x)

    RépondreRépondre
  • Dehlya a écrit le 13 décembre 2010 à 8 h 49 min:

    Mhhh le résumé de début et la couverture de Ben Carré auraient probablement pu me faire acheter le livre mais ta critique m’en coupe l’envie, j’ai mieux à lire pour l’instant !!

    RépondreRépondre
  • Thalia a écrit le 17 décembre 2010 à 19 h 04 min:

    Comme Dehlya, le résumé donne très envie … mais ta chronique donne l’effet inverse. Mais j’ai bien aimé Ewilan … est-ce que j’aimerais ce titre? Bonne question.

    J’ai plein de livres en attente d’être lus pour le moment, donc on verra ce que je ferais si je tombe sur ce livre au magasin.

    RépondreRépondre
  • Paul a écrit le 7 mars 2011 à 12 h 40 min:

    J’ai emprunté le livre par hasard et sans aucun à prioiri.
    Je ne pensais pas le finir juste pour lire quelques pages et … je dois dire que je me suis laissé entrainé par le style assez agréable et les scénarios paralèlles m’ont fait pensé un peu à des films fantastiques que j’avais vu, style l’effet Papillon, etc ..
    On se laisse prendre au fil des pages.
    a lire pour passer un moment sympa

    RépondreRépondre
  • Clémentine a écrit le 29 mai 2011 à 10 h 28 min:

    J’ai lu ce livre et je suis complètement choquée par la critique qui est faite ici ! Je l’ai trouvé super ce livre ! C’est pareil pour les six livres d’Ewilan, qui sont parmi des meilleurs livres que j’ai lus à ce jour ! Surement que l’auteur de cette critique n’a pas aimé le livre mais de là à arriver à repousser des personnes de l’acheter ! Conclusion : ne tenez pas compte de la critique de ce livre. Doregon transporte immédiatement dans un autre univers, celui de Mia, et moi, ayant dévoré le tome deux hier, je peux vous dire qu’il est à acheter immédiatement !

    RépondreRépondre
  • Tommy a écrit le 30 novembre 2011 à 19 h 34 min:

    On se calme tout de suite, j’ai rencontrer Carina Rosenfeld et je trouve ces critique aussi sombre que le personnage Moone dont (pour te contredire) la personnalité est bien marquée. Mystérieux, énigmatique et finalement sombre. Les découvertes de chaque chapitre me faisait frissonner. Le style, bien que peut dévelloper mais agréable, ne manque pas d’idée et l’histoire d’amour entre Josh et Mia à un effet dramatique qui ma saisit le coeur. J’avoue même avoir verser quelque larme. Le livre se dévore et j’ai une expérience de lecture qui me permet d’en jugée. Pour le coup je suis d’accord avec Clémentine et j’ai lut touts les livres de Crina Rosenfeld. Je n’ai jamais pus décrocher de celui là et je me souviens encore avoir cherche pendant une semaine le tome deux le jour de sa sortie. Seul bémole: le dialogues, bien que réaliste est mal introduit et l’histoire des voyages dans le temps ne sont pas bien approfondit. Mais je suis contre le fait de dégoutée les gens de lire se livre. Cela à beau être une critique, je trouve cela insultant envers l’auteur. Pour ma par, je ke recommande grandemment à tous lecteurs pour qui le fantastique équivot à une dose d’héroïne!!

    RépondreRépondre
  • Donnez votre avis !

    Comment avoir son avatar sur ifisDead ?