Les Loups de Kharkov de Alexis Lorens

dabYo dans Critiques, Livres le 26 avril 2010, avec aucun commentaire
Critiques

Les Loups de Kharkov est un roman récemment republié par les éditions du Petit Caveau, écrit par Alexis Lorens qui est avant tout connu ici pour son travail aux éditions du Riez. Vous vous en doutez donc, c’est de vampire qu’il va s’agir, et cette fois la maison d’édition nous offre une enquête policière à la croisée entre Fantastique, vampires et Paris des années 30. Autant dire que c’est exactement le genre que nous apprécions et que nous avions hâte de pouvoir lire les pages du roman. Le livre est accompagné d’une superbe couverture réalisée par B. Eh oui, pas plus d’informations, malheureusement. Commençons avec le synopsis.

Les Loups de Kharkov de Alexis Lorens

C’était un dimanche matin ordinaire pour Xavier Kerlann, jeune inspecteur parisien travaillant à la criminelle. Du moins, ça l’était jusqu’à ce qu’il ait besoin de se rendre sur la scène d’un crime particulièrement affreux: une jeune femme, d’identité inconnue, a été tuée puis vidée de son sang sur la voix ferrée reliant Lille. Vous vous en doutez bien entendu que la police parisienne va par la suite faire tout son possible pour retrouver l’auteur du meurtre, surtout lorsqu’une seconde victime est trouvée… Victime d’un même meurtre qui semble être un rituel.

Petit Caveau et meurtre d’une jeune femme vidée de son sang, il n’est vraiment pas difficile de se dire que nos enquêteurs vont être à la poursuite d’une bête à crocs, connue de tous sous le nom de vampire. Visiblement, il ne s’agit pas d’un gentillet à la Edward mais bien d’un sacrément méchant, n’hésitant pas à tuer. Vu l’atrocité des meurtres, ce qui était à la base un simple fait divers va bien entendu se transformer en enquête prioritaire pour la ville de Paris.

Et c’est d’ailleurs ce sur quoi je vais commencer car l’ambiance ressentie à la lecture des Loups de Kharkov est plutôt forte. On arrive vraiment bien à ressentir le Paris des années trente, alors que le Front Populaire venait d’investir le pouvoir. L’auteur a fait un vrai travail pour situer son roman dans l’époque, que ce soit avec l’intégration de l’Opéra, d’un personnage qui suit avec inquiétude l’évolution de la situation en Espagne, ou tout simplement les nouvelles politiques relatées par le journal. On aurait presque l’impression d’humer la brume sur le port lorsque l’enquête nous mènera vers la mer. Je n’en dirai bien entendu par plus.

Alexis Lorens

Alexis Lorens, que vous pouvez retrouver sur son site internet

Cependant, outre Paris le roman nous emmène tout de même ailleurs dans ce qui sera une sorte de course poursuite, développée à la manière d’un Thriller. En effet, en plus du point de vue de notre héros, nous aurons aussi parfois celui de l’auteur du crime, ainsi que de quelques bribes de son passé. Il s’agit là pour Alexis Lorens de placer les éléments qui vont constituer son mythe, sa propre explication du phénomène vampirique. Bien qu’imprévus au début, ces passages sont agréables à lire et bien écrits. On se perd cependant un peu, du manque d’introduction des éléments.

J’avoue cela dit avoir eu du mal à m’attacher aux personnages. Le héros ressemble trop à un jeune Tintin et il est difficile de s’y accrocher. C’est un héros, mais sa personnalité n’existe pas réellement, il n’est porté que par l’intrigue du roman et on ne peut pas prévoir ses réactions. Enfin si, mais elles ne sont dictées que par le bon sens et l’éthique morale, les caractéristiques d’un Tintin en quelques sortes.

C’est dommage, d’autant qu’il est le seul personnage mis en avant, et que par conséquent, il porte l’histoire sur ses épaules. Il y a bien entendu le côté méchant, mais là aussi il n’y a pas assez de détails, de situations, pour qu’on puisse s’en faire une idée. Nous sommes trop proches de la méchanceté de base. Alors certes il y a tout un passé qui nous est conté, mais c’est encore trop catapulté et trop vagues pour qu’on en voit les causes à effet. C’est bien dommage car c’est aussi une remarque que je ferai à l’intrigue en général.

L’enquête est rapide et sans temps mort, seulement quelques petites pauses, le temps pour notre héros de partager sa table avec l’un des personnages du roman. Cependant, j’ai trouvé qu’elle était finalement elle aussi un peu trop rapide, un peu trop légère. On apprend les mobiles du crime certes, les indices sont certes résolus, mais il manque quelque chose. On arrive à les cerner, mais pas à les comprendre totalement. Cependant, vu la fin du livre, il est possible que ces quelques questions aient leur réponse dans une suite… A voir.

Les Loups de Kharkov de Alexis LorensUn point sur lequel je dois quand même être évoqué est l’écriture d’Alexis Lorens. Pour augmenter l’ambiance du Paris de l’entre-deux-guerres, l’auteur utilise bien entendu un vocabulaire approprié, qui passe plutôt bien en général. Les seuls termes qui m’ont surpris venant plus de mon inculture qu’autre chose. Cependant, si les paragraphes de narration sont bons, l’auteur a visiblement un problème avec l’écriture des dialogues, dans lesquels il abuse et sur-abuse des points d’exclamation. Certains romans ont ce problème, où toute phrase parlée se fini par cette ponctuation, que la phrase soit ou non dite avec une puissante intonation. Cela donne une impression désagréable, notamment au niveau du ressenti des dialogues entre les personnages. Difficile de lire une dialogue causant d’une mort atroce où tous les protagonistes semblent en parler avec joie et envie. L’utilisation de points, pour ce genre de phrase plus posées, voir lentes, est en général de rigueur.

Au final, Les Loups de Kharkov me laisse perplexe. Avec son ambience du Paris d’entre-deux-guerres vraiment réelle, la lecture est agréable et fluide, mais l’enquête et les personnages auraient pu profiter d’un peu plus de profondeur. J’espère qu’une suite vera le jour, afin de voir s’il ne s’agit pas simplement d’erreurs de jeunesse.


Ces articles pourraient aussi vous intéresser:
  • Pas encore de commentaire.
  • Donnez votre avis !

    Comment avoir son avatar sur ifisDead ?