Les Hauts de Hurlevent d’Emily Brontë

dabYo dans Critiques, Livres le 6 juillet 2009, avec 10 commentaires
Critiques

Si il y a bien une œuvre que je ne pensais jamais lire, c’était les Hauts de Hurlevent d’Emily Brontë. Et pour cause, comme je le dis à de nombreuses reprises, j’ai plus qu’était dégoutté des classiques. Alors quand ces classiques semblent être accompagnés de ce que l’on pourrait appeler romance, je préfère les fuir comme la peste. Malheureusement pour moi, nous avons eu la bonne idée avec Serafina de s’organiser un swap, permettant d’offrir à l’autre et ainsi l’obliger à lire le livre que nous voulions. C’est ainsi que Serafina a du lire les Contes de la Folies Ordinaires pendant que moi je lisais les Hauts de Hurlevent. Synopsis ?

Les Hauts de Hurlevent d'Emily Brontë

La famille Earnshaw vivait paisiblement dans sa demeure jusqu’au jour où le chef de famille ramène un jeune enfant bohémien dans la famille. Ce dernier s’est pris d’affection pour l’orphelin qu’il a trouvé dans la rue et c’est ainsi qu’il va le prendre sous son aile pour l’éduquer au milieu de ses enfants. Bien entendu, le fils aîné est jaloux de ce dernier qui gagne peu à peu toute l’affection de master Earnshaw. S’ensuit alors péripéties sur péripéties qui mèneront à chaque fois à la catastrophe, le tout sur une bonne cinquantaine d’années…

Il est très difficile de faire un synopsis pour ce genre de livre, tellement le début est convenu. Bien entendu le nouveau venu provoque des effets indésirables sur les autres enfants de la famille, et c’est ainsi que de nombreuses histoires débutent. Mais si l’on doit bien accorder une chose aux Hauts de Hurlevent, c’est l’originalité de l’œuvre. Le récit est prenant du début jusqu’à la fin et vous lirez sans cesse pour savoir comment l’escalade va avoir lieu. Car on le sait dès les premières lignes, tout va aller mal.

En lisant ce classique, j’ai eu l’impression de lire Âmes Perdues dont je vous avais parlé il y a de ça quelques mois déjà. Non pas qu’Emily Brontë ne soit originale, après tout le livre va sur ses deux siècles, mais l’inverse. Comme si Poppy Z. Brite avait voulu faire un remake du livre version années 80. Et le pire, c’est que ça marche. D’habitude, lorsque vous tombez par hasard sur une œuvre qui vous en rappelle une autre, vous finissez toujours par conclure que l’usurpateur vous a trompé, et que son livre n’était pas si bien… Alors que là ce n’est pas du tout le cas.

BD Les Hauts de Hurlevent d'Emily Brontë

A noter que cette oeuvre a été largement adaptée: Cinéma, BD...

Et c’est ça qui choque. Brite et Brontë à plus d’un siècle de différence et dans des époques totalement différentes arrivent à reproduire des sensations similaires avec des éléments qui devraient être à la base totalement opposés. Les Haut de Hurlevent nous présentent des personnes pour lesquelles on s’attache et dont on sait qu’ils vont se réduire la vie en un sombre enfer. On aimerait pouvoir l’empêcher mais on ne peut rien y faire, et on est obligé de lire le récit en voyant tout se dégrader petit à petit.

Brontë arrive à donner une vraie âme et personnalité à quasiment l’ensemble de ses personnages, que ces derniers soient ou non la cible du récit. Cela va donc du servant fervent fidèle de l’église, à celle qui n’est là que pour ramasser son pactole et partir. Sans jamais entrer réellement dans les détails, contrairement à sa fille spirituelle, l’auteur fait ici naître une ambiance vraiment glauque pour l’époque. J’ai personnellement eu plus de mal à lire ce livre qu’à lire Âmes Perdues car, je ne sais pas pourquoi, l’ambiance est flippante. On a vraiment l’impression que le diable est parmi nous.

L’œuvre est dite surprenante car l’auteur ne sortait jamais de chez elle et était pieuse. On se demande donc comment elle a pu faire pour avoir autant d’imagination quant à l’incarnation du Mal dans nos chères contrées… Une chose est certaine: elle y est plus qu’arrivé. Tellement qu’il est difficile de faire autre chose que de vous conseiller de lire ce chef d’oeuvre. Du haut de ses quatre cents petites pages, c’est un pur moment de plaisir comme on en ressent rarement aujourd’hui.


Ces articles pourraient aussi vous intéresser:
10 commentaires, donnez votre avis !
  • mili-chan a écrit le 6 juillet 2009 à 19 h 38 min:

    oua ça me donne bigrement envie de le lire tout ça
    je croi que j’ai trouvé on futur achat

    RépondreRépondre
  • dabYo a écrit le 6 juillet 2009 à 19 h 42 min:

    mili-chan > Toi qui aime Poppy Z Brite je te conseille de le lire ouais :o

    RépondreRépondre
  • Céline C. a écrit le 7 juillet 2009 à 9 h 37 min:

    C’est marrant, le peu que je connais des deux auteurs et des livres (bon on va dire que dalle, ça ira plus vite) ne m’aurait jamais permi de relier les deux histoires.

    Les deux livres étant dans ma liste de bouquins à lire, ça tombe plutôt bien. Par contre, je pense faire l’inverse de toi du coup : d’abord Brontë puis Brite.

    RépondreRépondre
  • Thalia a écrit le 7 juillet 2009 à 20 h 04 min:

    Intéressant intéressant dis donc! Va falloir arrêter avec les critiques qui donnent envie de lire là! :p

    Ça a l’air vraiment pas mal comme histoire ^^ Me laisserais bien tenter aussi. Mais ça sera pas pour tout de suite donc dans ma LAL pour le moment ^^

    RépondreRépondre
  • kao a écrit le 12 juillet 2009 à 5 h 33 min:

    En vrai, j’ai lu ce bouquin quand j’avais 13 ans, erreur fatale, j’ai rien compris.
    D’ailleurs le mien s’apelle  » hurlemont  » et non les hauts de hurlevent, s’pas la meme edition j’pense. Mais ca reste tout aussi vieux vocabulairement parlant.

    RépondreRépondre
  • dabYo a écrit le 12 juillet 2009 à 10 h 02 min:

    @kao: Outch, à 13 ans ça doit pas être très compréhensible Oo. Notamment au niveau des émotions et sentiments tout ça.

    Sinon oui, y a pas mal de traductions différentes pour le nom du lieu.

    @Thalia: Après Orgueil et Préjugés ç’aurait été bon pourtant :p

    @Céline C.: Tu me diras si c’est bon dans le sens inverse alors ;p

    RépondreRépondre
  • Thalia a écrit le 12 juillet 2009 à 12 h 14 min:

    C’est sur lol mais j’essaye de me calmer niveau achat de bouquins … les photos de la Japan m’y aident bien … je lis donc ce que j’ai … pour le moment XD

    Puis il est culte faudra donc que je le lise à un moment ou à un autre ;)

    RépondreRépondre
  • Seraf' a écrit le 12 juillet 2009 à 17 h 14 min:

    Moi mon edition s’appelait Hurlevent des monts XD. Ce qui me semble relativement fidele a l’anglais (wuthering heights)

    RépondreRépondre
  • Flokuro a écrit le 13 juillet 2009 à 0 h 02 min:

    Hum j’avais déjà envie de lire ce livre, parce que c’est un classique et j’en ai toujours lu/entendu du bien, mais alors si en plus il y a des similitudes avec Âmes perdues <3 je crois que je vais aller me l'acheter plus vite que prévu. :) J'aime les histoires où tout va mal de toute façon, enfin en tout cas je n'aurais jamais pensé que l'on pouvait faire un parallèle entre Brontë et Brite, comme quoi. X)

    RépondreRépondre
  • Blog-O-Book » Les Hauts de Hurlevent a écrit le 16 novembre 2009 à 14 h 53 min:

    […] Alwenn, Celinevixen, Hydromielle, Ifisdead, Kalistina, Karine, Karine :), Kattylou, La Liseuse, Lael, Lilly, Lou, Loutarwen, Mademoiselle […]

  • Donnez votre avis !

    Comment avoir son avatar sur ifisDead ?