Si vous vous rappelez bien, j’ai lu le premier tome des Chevaliers d’Emeraude à la fin de l’année dernière et je l’avais plutôt apprécié, aussi je me suis tourné vers la suite pour savoir ce que cela allait donner. Ce deuxième tome est paru en 2003 au Canada et il y a quelques années déjà ici en France, aux éditions Michel Lafon toujours. Encore une fois je trouve l’illustration de Patrice Garcia plutôt réussie et le livre dans l’ensemble est beau, un petit bijoux comme je les aime. Ça fait jolie de voir les deux tranches l’une à côté de l’autre. Mais intéressons nous un peu au synopsis voulez vous ?

Les dragons de l'Empereur Noir de Anne Robillard

Sept longues années se sont écoulées depuis que nous avons quitté nos chevaliers à la fin du Feu dans le Ciel. On découvre donc une nouvelle génération de chevaliers et d’écuyers. Kira, la petite fille recueillie dans le premier tome, a aussi bien grandie et désire bien entendu devenir chevalière à son tour. Mais pour sa protection, les chevaliers décident de la refuser. Frustrée, elle est dans l’état d’esprit idéal pour faire quelques bêtises. Pendant ce temps les monstres de l’Empereur Noir se font de plus en plus menaçants et s’infiltrent sur le continent…

Voila un synopsis qui promet pas mal d’action… et pourtant il y en aura très peu. Les combats qu’on serait en droit d’attendre dans ce genre de cycles ne sont pas à la hauteur et on devrait plutôt parler d’échauffourées. Là encore, comme pour le premier tome, j’ai eu plutôt l’impression d’assister à une mise en place des choses. Pourtant on est déjà au second livre. On s’intéresse de plus près à Kira, ce qui est prévisible. Malheureusement la jeune fille est stéréotypée, bornée et têtue, et je sens la Mary Sue pour les prochains tomes.

Niveau géographie et personnalité des personnages, pas d’évolution. C’est stéréotypé et pas très logique. Le style reste le même, c’est à dire simpliste. Un peu trop même. Car là, les chevaliers de la première génération ont passé la vingtaine, pourtant ils s’expriment toujours pareil: comme des enfants. Niveau crédibilité le livre prend un coup supplémentaire dont il n’avait pas besoin.

Les dragons de l'Empereur Noir de Anne Robillard

Ce style est parfois carrément dérangeant quand on assiste à des scènes ou à des concepts qui ne sont pas pour les plus jeunes et ce dès le départ. Kira est tout de même issue d’un viol par exemple. J’ai vraiment du mal à apprécier ce contraste, mais peut être que cela ne gène que moi. C’est un constrate qui me choque souvent dans la littérature pour adulte d’un autre côté.

L’autre point vraiment négatif, c’est le nombre de personnages. Nous sommes désormais à 14 chevaliers et autant d’écuyers. Plus de vingt personnages, c’est beaucoup. Beaucoup trop même. Car dans le peu de pages qu’il y a dans ce tome -environ 300-, il est impossible de développer les nouveaux venus… alors que les anciens étaient déjà à approfondir. On se retrouve donc avec pas mal de personnages sans trop de relief et avec un ou deux trait de caractères quand on a de la chance. Bref, le même syndrome que la Couronne des Sept Royaumes, mais en pire.

Les dragons de l'Empereur Noir de Anne RobillardDu coup, les tensions amoureuses (oui, il y en a, même si on les pressentait dans le tome précédent) ont du mal à convaincre. Je ne parlerai pas du fait que les amours des chevaliers font plutôt amourettes d’enfants niveau traitement mais bon, on est en Jeunesse alors on pardonne…

Ceci dit, ça reste agréable à lire. Ce n’est pas agaçant, mais il ne se passe pas grand chose, j’ai encore l’impression d’être à l’introduction après quelques 800 pages et les personnages n’évoluent pas. Je pense qu’en amener autant n’était pas forcement une bonne idée, c’est difficile à suivre, je me suis perdu plusieurs fois dans les noms. Il y a des éléments intéressants, le voyage de Wellan par exemple m’a plutôt plu, mais bien trop dilués dans le reste somme toute très moyen.

Une série qui pour le moment ne me marque pas. Peut-être suis-je déjà trop vieux et exigent. Je pense qu’il doit être bien mieux de le lire jeune et encore, ce n’est pour le moment pas une saga jeunesse qui me restera, faut dire que passer après Izaïn, né du désert c’est pas facile…


Ces articles pourraient aussi vous intéresser:
5 commentaires, donnez votre avis !
  • Bartimeus a écrit le 21 janvier 2010 à 19 h 08 min:

    Ouah tu persévères ! ^^
    Je te conseillerais de t’arrêter là, mais tu fais ce que tu veux hein ! En fait, ça continue comme ça pendant les 5 premiers tomes (ceux que j’ai lus), les personnages augmentent à chaque tome de façon exponentielle, ce qui fait qu’au bout d’un moment on ne s’y retrouve plus. La troupe s’en sort toujours, parfois de façon incroyable, des facilités que prend l’auteur… Bref moi j’ai tenu jusqu’au 5, après, vu la qualité et le prix des bouquins, je me suis dit qu’il était temps d’arrêter… J’avais 14 ans quand même, j’imagine toi qui les lis à ton âge…

    RépondreRépondre
  • illman a écrit le 22 janvier 2010 à 9 h 19 min:

    eh beh dis donc, tu tournes au masochisme pour lire le deuxieme tome. D’un autre coté j’admires ton courage et ta persévérance vu que j’ai même pas fini le premier tome.

    RépondreRépondre
  • Amaltheren a écrit le 22 janvier 2010 à 11 h 24 min:

    J’ai lâché l’affaire dès le premier tome il y a déjà deux ans, tellement j’avais trouvé l’ensemble fouillasson, stéréotypé, peu crédible et naïf… C’est vraiment un cycle où je n’ai pas accrochée du tout, et à tout niveau, ce qui est assez rare pour moi quand même (j’ai du mal à accrocher au cycle de Kushiel par exemple, mais plus à cause de la narration à la première personne que l’histoire, les personnages ou le monde qu’on propose). C’est gentil, simple et agréable à lire, mais dès le premier tome, un homme-insecte qui viole une reine et Wellan qui couche avec un fantôme… heu… non. Ca m’a freiné d’entrée de jeu =/ Et pour ce que je m’en souviens j’avais trouvé le système de recrutement de la chevalerie complètement capillo-tracté et très mal pensé, mais je peux me tromper, ça remonte.

    RépondreRépondre
  • Mandrag' a écrit le 22 janvier 2010 à 16 h 57 min:

    Le nombre de personnage augmente de plus au plus tout au long des tomes, et en ce qui concerne les relations entre les chevaliers on aura droit a l’éternel scénario du triangle amoureux…sauf que je me souviens plus a partir de quel tome…
    J’ai commencer la série quand je devais avoir 13, je suis au tome 8 ou 9
    Moi aussi je persévère vu que je supporte pas de laisser une série en plan, et puis c’est surtout une manière de se reposer entre 2 gros bouquins :-)
    mais bon, je suis d’accord pour dire que c’est pas le livre de l’année

    RépondreRépondre
  • seb a écrit le 10 avril 2012 à 11 h 16 min:

    Ayant lu la série, il est vrai qu’avant le quatrième livre et le sixième (le cinquième retombant dans les « platitudes » des premiers livres) on a du mal à « s’engager » dans le récit.

    Pour ma part, j’ai pris beaucoup de plaisirs à cette série, bonne enfant (mais c’est voulu) mais ait vraiment enchanté par l’arrivée d’un personnage qui va « réveiller » un peu tous ces chevaliers « trop gentils ». (Tome IV puis tome VI)
    En particulier le fameux Wellan, qui d’un coup va voir le monde autrement.

    Alors, avant de céder…Attendez de découvrir ledit personnage qui est un peu un Littlefinger, certes plus gentil…Mais en rien moins ambitieux et retors !

    RépondreRépondre
  • Donnez votre avis !

    Comment avoir son avatar sur ifisDead ?