Les disparus de Shangri-La de Mitchell Zuckoff

Le récit véridique d'une incroyable aventure de survie, rien que ça !

Serafina dans Critiques, Livres le 11 septembre 2012, avec aucun commentaire
Critiques

Les disparus de Shangri-la de Mitchell Zuckoff est un roman inspiré d’une histoire vraie qui est sorti au printemps en France aux éditions Flammarion. Vendu comme un « roman d’un véritable récit de survie », avec sa couverture plutôt agréable dans son genre et mon envie de changer un peu de la Bit-Lit et ses amis, j’ai décidé de le lire. Synopsis ?

Les Disparus de Shangri-La de Mitchell Zuckoff

1945, Nouvelle Guinée, un peu par hasard, une vallée verdoyante, inaccessible et apparemment coupée du monde depuis des siècles est découverte lors d’un vol. Elle est habitée par des hommes, dont le mode de vie n’a pas changé depuis longtemps, que les soldats taxent vite de « sauvages ». Des vols de loisir s’organisent pour la survoler et la découvrir afin de tromper un peu l’ennui d’une guerre qui s’enlise. Sauf qu’un de ses vols se  passe mal, s’écrase, ne laissant que 3 survivants, loin de toute base, livrés à eux même.

Les Disparus de Shangri-la est un bel objet, avec sa couverture délicatement en relief, ses jolies entêtes de chapitre et on ne peut que saluer le travail des éditions Flammarion à ce sujet. Le livre est parsemé de photos d’époque, ce qui est plaisant et permet de mettre des visages sur les personnages. Bref là dessus rien à dire.

La première chose qui marque, c’est à quel point le travail abattu par l’auteur est important. Il a collecté des centaines de témoignages, de coupures de presse et autres documents d’époque pour retranscrire au mieux ce qu’il s’est passé à l’époque. De cette manière il s’assure de ne pas trahir la mémoire de ceux qui l’ont vécu, et c’est réellement à saluer. Du coup, le livre est truffé de notes qui renvoient aux annexes. Pas ou peu de libertés sont prises, notamment quand on suit les pensées des personnages, pas toujours exemptes de racisme, les preuves sont citées.

Lost In Shangri-La Mitchell Zuckoff

Sauf que le fait de coller à ce point à la réalité et de tout justifier fait qu’on a plus l’impression d’être face a un documentaire qu’à un roman. Le style est très journalistique, et à se justifier tout le temps on perd la spontanéité, la profondeur et l’intérêt d’un roman. S’il est bon de savoir que voilà, c’est une histoire vraie, le terme de roman me semble du coup assez discutable. Les descriptions trop factuelles des personnages m’ont empêchée de m’attacher ou de m’identifier à eux. La citation de chacun des soldats de l’équipe de secours, de leur age et de leur lieu de naissance m’a totalement perdue.

Le récit en lui même n’est pas inintéressant. Je ne connaissais pas cette vallée, ni cet épisode qui pourtant semble avoir eu un sacré retentissement au delà de l’Atlantique. Il permet notamment de se familiariser avec ce passage de la seconde guerre mondiale, de découvrir les WAC, ces femmes engagées dans l’armée, et la vie en nouvelle guinée. Le peuple découvert à Shangri-La est aussi intéressant, cependant l’analyse anthropomorphique est très succincte, on nous livre deux ou trois croyances, le mode de vie, et basta, du coup sur ce point non plus le livre ne m’a pas convaincue.

Les Disparus de Shangri-La de Mitchell ZuckoffIl faut aussi dire qu’il est assez orienté vers la glorification de l’armée américaine et que ce n’est pas forcément un truc que j’apprécie. On a l’impression d’être dans un de ces blockbusters américains, ou dans l’armée c’est trop cool, et même quand tu flirtes avec la gangrène c’est cool, c’est se surpasser et tout. Cette vision unilatérale m’a un peu blasée.

Du coup, c’est une impression en demi teinte. J’ai appris des trucs, le travail est à saluer, mais pour moi il ne remplit pas son rôle de roman d’aventure, restant trop journalistique, trop factuel et empêchant par la même de s’attacher aux personnages. J’aurai donc du mal à conseiller la lecture du roman de Mitchell Zuckoff, tant ce dernier se démarque d’un véritable roman. Après, si c’est dans un but plus documentaire, pourquoi pas, mais il y a peut être plus complet…


Ces articles pourraient aussi vous intéresser:
  • Pas encore de commentaire.
  • Donnez votre avis !

    Comment avoir son avatar sur ifisDead ?