Le Vampire de John William Polidori

Serafina dans Critiques, Livres le 14 janvier 2009, avec 6 commentaires
Critiques

Le Vampire de John William Polidori est la première histoire écrite en prose sur le thème des vampires. Pour votre culture générale, Polidori était le medecin particulier et assistant d’un certain Lord Byron. Un après midi de juillet 1816, Byron mit ses amis au défi: écrire une histoire Fantastique le plus rapidemment possible.

Le Vampire de John William Polidori

Une seule personne réussit dans les temps, sa femme, une certaine Mary. Byron lui, commença vaguement une histoire de vampires, mais ne la finit jamais et la donna à son médecin. C’est ce début de script qui permit à Polidori de publier en 1819 son livre, The Vampire. De son côté, Mary venait de créer ce qui devint un succès mondial : Frankestein.

Grande fane des vampires et du Fantastique en général, il fallait bien un jour ou l’autre que j’en lise le fondement moderne. C’est chose faite. L’histoire n’est pas très longue, une vingtaine de pages à tout casser. Ceci dit, au premier abord le style est vraiment très, très lourd. Des phrases à rallonge où les propositions s’enchainent sur 5 lignes: on est totalement paumé avant la fin de la phrase. Le temps d’adaptation est notable et j’ai dû relire une bonne partie de l’histoire deux fois pour y comprendre quelque chose.

On suit Aubrey un jeune riche empli d’idées romanesques et Lord Ruthwen un bien étrange personnage. Le style de Polidori est très moqueur à l’égard des idées romantiques d’Aubrey, mordant et incisif, l’état d’esprit romanesque est vite tourné en dérision. Il en va de même pour l’apparente chasteté du comportement des dames du mondes. Avant d’être une histoire Fantastique, c’est donc une critique cinglante de la societé dans laquelle écrit et vit Polidori.

Lord Ruthven de John William Polidori

L’histoire elle même est intéressante une fois le style accepté. Vu son épaisseur, on ne peut pas s’attendre à des tonnes de rebondissements, mais les scènes sont bien amenées, et le tournant final se révèle extrêmement réussi. Ceci dans le sens où l’on a beau le sentir gros comme une maison, la sauce prend, et on se retrouve comme le héros à attendre que le jour ne se termine et qu’il puisse réveler ce qu’il sait.

Véritable début du succès des vampires en proses, l’histoire pose les bases qui seront après réutilisées dans bien des histoires, notamment Dracula. Le vampire ici se nourrit de sang de jeunes vierges (qu’il a accessoirement corrompues pour l’occasion), par contre, il n’est pas encore mention de son incapacité à voyager le jour ni d’une quelconque peur de l’aïl. Il faudra que le mythe se développe avant que ces points n’entrent dans l’attirail de base des vampires.

Allez, maintenant je m’attaque à Carmilla de Sheridan le Fanu, un autre grand classique vampirique.


Ces articles pourraient aussi vous intéresser:
6 commentaires, donnez votre avis !
  • Livres lus en 2009 @ if is Dead a écrit le 31 janvier 2009 à 23 h 45 min:

    […] – Sleepy Hollow de Washington Irving – L’affaire Charles Dexter Ward de H.P. Lovecraft – Le vampire de John William Polidori – Retour au Pays de Robin Hobb – H2G2 Tome 2, de Douglas Adams – […]

  • Laetitia la liseuse a écrit le 4 février 2009 à 15 h 56 min:

    c’est la première chronique que je lis sur cette nouvelle. Il faut vraiment que je la trouve. Ce mois-ci, sort en librairie, le traité de vampirologie d’Edouard Brasey qui en parle justement. ça sort aux éditions Le Pré aux clers.

    RépondreRépondre
  • ABCédaire littéraire 2009 @ if is Dead a écrit le 7 avril 2009 à 16 h 08 min:

    […] Maupassant, Guy, Le horla Lu Nodier Charles: La fée aux miettes Orczy, Emma : Le mouron Rouge Polidori, John William : The Vampyre Lu Quincey, de, Thomas : Klosterheim Rymer,  James Malcolm : Varney the Vampire Stocker , Bram : […]

  • Anne-Claire a écrit le 3 août 2009 à 21 h 38 min:

    Salut, j’aime beaucoup ton article, ça me donne encore plus envie de lire cette nouvelle, mais impossible de la trouvé! Ou as tu eu ton exemplaire?

    RépondreRépondre
  • Serafina a écrit le 3 août 2009 à 23 h 21 min:

    Mon exemplaire était dans une antologie sur le theme des vampires editions omnibus mais assez vieille. Que j’ai emprunté a la bibliothèque.
    Dernierement, la nouvelle est incluse dans le traité de vampirologie (editions le pré au clerc) ou il y coitoie La vampire de Hoffmann (très bonne aussi).

    Enfin, la nouvelle (en anglais) est disponible sur le site du projet Gitenberg : http://www.gutenberg.org/etext/6087 (depuis le temps, elle est du domaine public)

    RépondreRépondre
  • fiona a écrit le 2 janvier 2011 à 10 h 50 min:

    Moi je dois lire cette nouvelle au collège on peut l’avoir dans le recueil de nouvelle « contes de vampires » édition Flammarion. Il plusieurs nouvelles :
    -Le vampire de John William Polidori
    -La morte amoureuse de Théophile Gauthier
    et le mari vampire deLuigi Capuana

    RépondreRépondre
  • Donnez votre avis !

    Comment avoir son avatar sur ifisDead ?