Le Sang des Ambroses de James Enge

dabYo dans Critiques, Livres le 24 août 2010, avec 1 commentaire
Critiques

Il arrive parfois de tomber sur un bouquin et de vous apercevoir que ce n’est pas du tout ce à quoi vous vous attendiez. C’est ce qui m’est arrivé en lisant les premières pages de ce premier roman de James Enge en langue française, Le Sang des Ambroses. Pour une raison inconnue, j’étais persuadé que ce serait là de la Fantasy de base, celle sans originalité ni saveur. Et bien, on peut dire que je me suis bien fourvoyé sur le compte de ce roman récemment édité par l’Atalante et servi par une superbe couverture de Frédéric Perrin. Car Le Sang des Ambroses est de la Dark Fantasy qui s’apprécie à sa juste valeur. Synopsis.

Le Sang des Ambroses de James Enge

Il ne reste plus grand chose à Lathmar qui puisse encore garantir sa vie de souverain. Son père le roi est mort dans des circonstances pour le moins loufoques, et son oncle le Protecteur du Trône semble être bien parti pour se servir de son armée privée pour éliminer le dernier rempart entre lui et le trône: Lathmar. Seule son arrière-arrière-…-arrière-grande-mère, Ambrosia, semble encore être en mesure de le protéger. Mais accusée à raison de recourt à la sorcellerie, son destin est d’ores et déjà scellé…

Comme je le disais, mes mauvais aprioris m’ont très rapidement quitté quand j’ai lu les premières pages de ce roman de James Enge. Dès le début on commence tout de suite à se sentir dans un roman de Dark Fantasy, et les détails ne trompent pas. Intrigues politiques, sort impitoyable réservé aux gens du communs pour la lutte des pouvoirs, tout ce qui fait un bon livre du genre est là. Et plus encore, car au fil de la lecture une ressemblance avec une autre œuvre que j’apprécie énormément se fait de plus en plus ressentir: La Compagnie Noire. C’est une série que j’apprécie fortement, et ressentir le même genre de sensations était vraiment agréable. Mais la comparaison s’arrête là, car Le Sang des Ambroses est loin d’être une simple copie du chef d’œuvre de Glen Cook.

Tout d’abord, on ne suit pas le même type de personnage, puisque c’est Lathmar et les personnes qui vont l’aider dans sa lutte pour garder le pouvoir que nous allons suivre. La ressemblance est plus située au niveau des choses contre lesquelles Lathmar va avoir à combattre. Au rayon des personnages, on retrouve plusieurs protagonistes principaux. On a Morlock Ambrosius, le vrai (anti-)héro de ce livre, Ambrosia bien entendu, la femme implacable qui ne sera pas sans rappeler Cersei Lannister du Trône de Fer, un autre monument de la Dark Fantasy. Les personnages ne sont pas tous très recherchés, mais l’immortalité de certains permet à l’auteur de faire un background très intéressants pour chacun d’eux, qui je l’espère sera exploité dans les autres bouquins du cycle Morlock le Faiseur.

Le Sang des Ambroses de James Enge

La couverture V.O., loin d'être aussi belle que celle de Frédéric Perrin. On peut être chauvin pour le coup !

Ce background est un des points forts du livre, puisque le roman se situe bien après des faits présentés comme extraordinaires, et réalisés par les deux personnages sus-cités. Il faut cependant avouer que la personnalité effacée de Morlock tout au long du roman est un poil décevante. Présenté comme une vraie terreur, le personnage est un simple boute-en-train rongé par les remords et la culpabilité. C’est sympathique, mais on en attendant peut être un peu plus. De même, Ambrosia est loin d’avoir le charisme d’une Cersei Lannister.

Ce point faible n’est cependant pas pour moi un défaut, puisque je n’avais pas d’attente sur ce bouquin se révèle être une vraie bonne surprise. Le style de James Enge, ici traduit par Marie Surgers, est des plus agréable. Ca se lit bien et rapidement, la plupart des scènes sont faciles à suivre et ce même lorsque la magie prend par à l’action. Il y a en effet beaucoup de magie dans Le Sang des Ambroses et c’est d’ailleurs la spécialité de notre Morlock. Cependant, la magie n’est pas ici expliquée, et c’est là une autre ressemblance avec La Compagnie Noire. Elle existe, elle est pratiquée, et bien que l’on des brèves descriptions, on ne cherche pas à comprendre le pourquoi du comment. Ca ne m’a pas choqué, et je trouvais que ça allait bien avec le rythme du bouquin.

Car s’il y a un point qui ne fera peut être pas l’unanimité des lecteurs, c’est le rythme qu’impose James Enge. En effet, ce dernier use (et abuse ?) des elipses dans le temps, qui fait que de nombreuses partie de la chronologie ne sont pas narrée, voir parfois pas expliquées du tout. La plupart du temps, il y a une sorte de petit résumé, souvent très bien intégré au récit, mais il faut se contenter de détails. Cela pourra embêter ceux qui aiment à avoir une continuité dans le récit, personnelement ça m’a plutôt plu. C’est assez original, et finalement très courant dans le genre. Glen Cook use aussi souvent de ce procéder, et George R.R. Martin en abuse dans le Trône de Fer. Notre jeune auteur n’a peut être pas autant de talent, mais ça reste très compréhensible.

Le Sang des Ambroses de James EngeReste que le bouquin est finalement un enchaînement de moments forts en rebondissements pour la famille royale. Ca m’a plutôt plu, mais cela pourra peut être en lasser certains. Dans tous les cas, si je devais avoir une vraie déception, ce serait peut être la fin, un peu trop culcul la praline à mon goût. Quand on goûte aux horreurs narrées tout au long du livre, un happy end avec un départ sous le soleil couchant, ça fait un peu tâche.

Mais bon, c’est sans doute là un détail inhérant au genre, puisque Le Sang des Ambroses fait parti du cycle de Morlock le Faiseur, où l’on retrouve à chaque fois Morlock dans des tomes indépendants. Reste à savoir si Morlock réussira à gagner un charisme assez important au fil des tomes. J’espère que la suite sera publié aux éditions l’Atalante car je compte bien la lire, mais pour l’instant, pas de confirmation de leur part. Bien qu’il n’égale pas le génie des chef d’oeuvre de la Dark Fantasy, ce premier roman James Enge est un roman très agréable à lire, et place l’auteur dans la liste de ceux qui sont à suivre pour les prochaines années.


Ces articles pourraient aussi vous intéresser:
Un commentaire, donnez votre avis !
  • Bartimeus a écrit le 24 août 2010 à 14 h 10 min:

    Et bien on dirait qu’on a pas eu la même expérience de lecture :p Je fais partie de ceux qui ont été gênés par le rythme :p

    RépondreRépondre
  • Donnez votre avis !

    Comment avoir son avatar sur ifisDead ?