Wollodrïn est une BD en deux parties, dont la première vient de sortir aux éditions Delcourt. Elle est dessinée par Jérôme Lereculey et on retrouve David Chauvel au scénario. Avec sa couverture et sa police, on cerne rapidement qu’il s’agit là d’une BD d’Heroic Fantasy. Effectivement c’est un genre très populaire en ce moment dans la BD Franco-Belge. A noter que bien que les auteurs n’en soient pas à leur première BD, je n’avais jamais lu quoique ce soit de l’un ou de l’autre. J’ai reçu cette BD via l’opération Masse Critique de Babelio.

Le matin des cendres, Wollodrïn Tome 1, de Chauvel et Lereculey

Condamnés à morts, un petit groupe de prisonniers se voit offrir une occasion qui ne se refuse pas : la liberté et de l’argent contre une mission. Jouant les mercenaires, les prisonniers, de races, sexes et origines différents vont devoir s’allier pour remplir une mission périlleuse qui va les mener sur le territoire Orc. Orcs qui sont entrés en guerre.

A la lecture du résumé, on peut s’attendre au pire. Effectivement, tout est très convenu. Le principe des prisonniers s’alliant pour une mission suicide, ce n’est pas ce qui manque. Mais au delà de cela, on est aussi face à la plupart des clichés de l’Heroic Fantasy.  Le groupe des mercenaires comprend évidemment, le maraudeur, le civilisé, le nain, la fille pacifiste, le gollum, etc. Tous les personnages sont stéréotypés. L’héritage de Tolkien est palpable, un peu trop à mon avis. Les personnages rentrent bien dans les schémas, le nain drôle et bourru, les orcs méchants, etc.  C’est dommage. Tout au long de l’histoire pas une seule surprise, et pas un seul élément permettant de dire que le scénariste sa mis sa patte dans la semoule. Le scénario se fond dans la masse.

Je sais qu’en 52 pages on n’a pas la possibilité de créer forcement un univers, mais ce n’est pas une raison pour reprendre à l’identique un univers déjà exploité jusqu’à la corde. La BD ne se démarque pas de la pléthore d’œuvres surfant sur le genre qui sortent chaque année. On pensera par exemple à Dwarf de Shovel.

Le matin des cendres, Wollodrïn Tome 1, de Chauvel et Lereculey

Malheureusement, il en va de même pour le dessin de Jérôme Lereculey. Si il est techniquement correct, si les perspectives sont bonnes, et l’action bien retranscrite, il n’y a aucune personnalité. C’est du dessin de BD Franco-Belge comme on en trouve 13 à la douzaine, sans  âme. Il manque soit du style pur dans le dessin, soit de l’audace niveau cadrage. Il n’y a rien à reprocher dans l’absolu, ça manque juste de peps. Les couleurs quant à elles, de Christophe Araldi et Xavier Basset, représentent pour moi le vrai point noir de l’ouvrage. Les pages sont souvent traitées de manière très uniforme. Aucun point n’est mis en valeur, elles sont uniformément sombres, ou uniformément claires, ce qui rend la lecture difficile et empêche d’enchaîner naturellement les cases.

Le matin des cendres, Wollodrïn Tome 1, de Chauvel et LereculeyAu final, la lecture n’est pas désagréable. Wollodrïn n’étant qu’en deux partie, cela veut dire qu’il est aisé d’avoir la collection, sans attendre trop longtemps (au rythme d’un tome par an, les BD souffrent souvent du problème d’attente).

Malheureusement, cette faible durée empêche de développer quoique ce soit, et contribue au coté insipide de l’œuvre.  Cela se lit sans difficulté, et à part les couleurs, il n’y a pas de défaut majeur. Cependant, la BD manque clairement d’originalité et de personnalité. Ces points font que je la considère comme une BD à lire a la bibliothèque si l’occasion se présente , mais qui ne vaut pas l’achat à 13€.


Ces articles pourraient aussi vous intéresser:
2 Comments, donnez votre avis !
  • Kameyoko a écrit le 14 février 2011 à 12 h 29 min:

    Je suis d’accord sur le coté hyper convenu et classique de la base. L’influence tolkiennienne est flagreante. En revanche, là où je ne partage pas totalement ton avis c’est sur le traitement de l’histoire.

    J’ai trouvé le tout plaisant, avec un rythme plutôt bien géré. J’ai trouvé que le scénariste arrive à mettre une certaine personnalité dans le titre. Evidemment, j’aurais préféré qu’il s’affranchissent de ces codes, mais c’est efficace.

    Comme tu le dis, il n’y a pas de fautes (moi, j’aime bien les couleur spar contre), mais il manque, on est d’accord, un petit quelque chose. Pour moi c’est un manque d’ambition et d’un souffle épique.

    En revanche, j’ai beaucoup aimé les dessins. Certes, je ne suis pas un familier de la BD, mais j’ai trouvé le tout beau, travaillé, avec un vrai travail sur les paysages.

    Les doubles pages sont très belles.

    Pour faire la comparaison avec Dwarf, j’ai préféré le dessin ici.

    RépondreRépondre
  • Seraf' a écrit le 14 février 2011 à 13 h 04 min:

    Bah en soit les dessins sont pas moches, mais y’a aucune personnalité. Entre Dwarf et ca, sans avoir le titre, je suis meme pas sure que j’arrive a differencier. C’est pas Skydoll ou Sambre quoi. Ca manque de démarcation quoi :/

    RépondreRépondre
  • Donnez votre avis !

    Comment avoir son avatar sur ifisDead ?