Le Lamento des Ombres des Enfants de Walpurgis

Serafina dans Critiques, Livres le 23 septembre 2011, avec aucun commentaire
Critiques

Le Lamento des Ombres est un recueil de nouvelles de huit auteurs différents, Les Enfants de Walpurgis aux éditions du Chat Noir. L’an dernier, le collectif nous avait proposé Sorcières et Sortilèges, un autre recueil autour de la sorcellerie. Très varié et d’excellente qualité, ce livre était directement entré dans mon top de l’année. Cette fois ci, Les Enfants de Walpurgis s’intéressent à la musique sous toutes ses formes et nous proposent donc des nouvelles sur le thème, pour 300 pages. Recueil oblige, pas de synopsis.

Le Lamento des Ombres des Enfants de Walpurgis

Avant d’analyser les nouvelles unes à unes, un petit mot sur l’objet en lui même, édité aux éditions du Chat Noir dont c’est la première publication, on a un roman imprimé sur du papier assez épais, écrit assez gros, et du coup fort agréable à lire. L’ouvrage est agréablement illustré par Cécile Guillot qui signe d’ailleurs une des nouvelles du recueil. Chaque nouvelle est précédée d’une petite biographie de l’auteur.

Maudite Sonate de Stéphane Soutoul

Certains dirons que je ne suis pas objective, mais ce n’est pas un secret j’aime énormément le style de cet auteur. Comme toujours Stéphane Soutoul signe là une très belle histoire, des protagonistes tout en nuances mis en valeur par sa plume très romantique et très empreinte du XIXème siècle. La musique est ici abordée sous l’angle d’un compositeur très doué, trop même car il a réussi à charmer la mort. L’ambiance est à la fois sombre, hantée mais terriblement empreinte de beauté. J’ai été extrêmement surprise et touchée par le final de la nouvelle qui vous prend littéralement aux tripes. Je ne pouvais pas imaginer meilleur début pour ce recueil et meilleur augure pour sa qualité.

Requiem pour un songe de Céline Guillaume

Je n’ai jamais été conquise par les écrits de Céline Guillaume, du coup je partais avec un léger apriori négatif. Cependant, force est de dire que cette très courte nouvelle de 5 pages est très charmante. On suit un violoniste immortel, comprenant petit à petit ce qui l’a amené à cet état. La plume de Céline Guillaume est peut être un peu moins alambiquée qu’elle a pu l’être précédemment, et je trouve qu’elle y gagne en clarté, tout en conservant son coté poétique.

That’s a long way to hell de Marianne Gellon

Cette nouvelle là est de très loin la plus grosse surprise de ce recueil, d’une part car je ne connaissais que peu l’auteur, mais surtout son univers est très étonnant et merveilleusement mené. On sombre dans l’Uchronie, la Science-Fiction, avec une sauce de guerre froide, pas du tout ce que j’aurais attendu dans ce recueil. On suit un groupe de rock  dans une Allemagne quasi-anéantie. Les références à la culture rock ne manquent pas, et l’univers très visuel est juste addictif. J’espère très sérieusement relire de cet auteur dans le futur. Si j’ai aimé toutes les autres nouvelles, celle ci est de loin ma favorite.

Song to the Siren de Cecile Guillot

Cécile Guillot nous plonge ici dans l’univers du Metal à voix féminine. Difficile de ne pas sentir la passion et la connaissance du sujet dans chacune des lignes de la nouvelle. Des références aux standards du genre, aux clichés associés, le connaisseur retrouvera ses marques. Et comme j’en fais partie, j’ai forcément accroché. On suit Aysun et son groupe dans l’ascension vers la gloire. Ascension qui tournera évidemment au cauchemar. L’histoire est très bien écrite entre délicatesse et mélancolie.

Les flutes enchantées de Vanessa Terral

Vanessa Terral m’avait enchantée dans le recueil de l’an dernier avec son histoire vaudou. Cette fois ci, elle s’intéresse à la magie irlandaise traditionnelle, et que dire, c’est tout aussi génial. J’admire tout particulièrement le niveau de documentation de l’auteur qui maîtrise parfaitement son sujet. Elle met en scène Helianthe, une enquêtrice spécialisée dans le paranormal, personnage récurrent apparemment, chargée d’enquêter sur de mortelles flutes. La mythologie est très intéressante, et on sent l’univers d’Helianthe très fouillé. J’ai hâte de voir l’auteur sortir un roman ou recueil consacré à cette enquêtrice pas comme les autres. J’ai malheureusement moins accroché au personnage d’Inch’allah, femme turbulente qui tente d’amener un peu d’humour… qui ne m’a pas atteint.

La Chorale du Temps d’Ambre Dubois

Il est difficile de vous parler de cette nouvelle d’Ambre Dubois, car toute sa qualité tient à son final, surprenant, inattendu et parfaitement génial. On suit un jeune homme invité à jouer de la musique pour ce qui semble être un riche excentrique. Évidemment, comme toujours avec Ambre Dubois, on a une narration limpide, des dialogues très réalistes et des héros très charismatiques. Sans trop en dire, c’est aussi une de mes nouvelles préférées du recueil.

Salve Regna Stellarum de Angelique Ferreira

Cette nouvelle est l’une des plus longues du recueil, une soixantaine de pages, on avoisine donc la novella. Cette nouvelle fait la part belle à l’Heroic Fantasy avec son héros, elfe qui préfère la musique au combat et décide de s’enfuir pour vivre son rêve. L’univers est très bien retranscrit, le coté elfique et son genre de Fantasy est une vraie originalité dans le recueil. Malheureusement, j’ai l’impression que le nombre de pages est à la fois trop et trop peu. La romance se met en place un peu rapidement, et je pense que l’auteur aurait gagné à faire plus long, ou à raccourcir certaines étapes pour mieux développer ses personnages. Cela reste une nouvelle très agréable à lire mais comparé aux précédentes, c’est celle que j’aime le moins.

La Clef Musicale de Bettina Nordet

La dernière nouvelle est elle aussi très longue. Elle met en scène une étrange amitié entre l’Ange de la Mort et un inventeur bien connu. J’ai souvent du mal avec les histoires mettant en scène des personnages connus, mais ici cela passe très bien. La nouvelle suit en réalité deux histoires séparées de plusieurs siècles, qui comme vous vous en doutez, se rejoignent. L’auteur prend le temps de développer ses personnages et sentiments, devenant très touchante par moments. L’histoire est très originale et vraiment bien trouvée. Les époques sont très bien redues, et on sent que l’auteur a un solide bagage historique. Bettina Nordet est aussi une auteur dont j’aimerais lire un roman ou un recueil.

Le Lamento des Ombres des Enfants de WalpurgisAu final, Le Lamento des Ombres est un sans faute ou presque et m’a convaincu. Le nouveau recueil des Enfants de Walpurgis tient ses promesses et bien plus encore, ce collectif semble devenir une de ces valeurs sûres que l’on peut suivre sans crainte, et je ne peux que vous encourager à vous procurer ce recueil ainsi que le précédent qui ne vous décevront pas.

Cela sera aussi l’occasion peut être de découvrir des auteurs français plus que prometteurs et dont je n’attends souvent qu’une choses: mettre les mains sur leur premier roman. Quand ils ne m’ont pas déjà conquise.


Ces articles pourraient aussi vous intéresser:
  • Pas encore de commentaire.
  • Donnez votre avis !

    Comment avoir son avatar sur ifisDead ?