Le Héros des Siècles est le tome final de la trilogie Fils-des-Brumes de Brandon Sanderson. Il a été publié en avril 2011 par Orbit avec une traduction de Mélanie Fazi. Les deux premiers tomes de cette saga de Fantasy, L’Empire Ultime et Le Puits de l’Ascension, m’avaient littéralement scotché. Est ce que ce dernier tome est le final épique tant attendue ou un vieux soufflé moisi qui se dégonfle au moindre vent ? Synopsis.

Le Héros des Siècles, Fils-des-Brumes Tome 3, de Brandon Sanderson

On reprend un an après les évènements du puits de l’ascension et tout va mal. La cendre tombe toujours, les koloss se baladent encore en liberté, ravageant les terres des dominats centraux, etc… Et évidemment, c’est toujours au même qu’incombe la tâche de chercher une solution. Elend, Vin et toute la clique vont avoir maille à partir avec tout ce foutoir.

Niveau scénario, on va donc tout nous dévoiler pour ce dernier tome. Et l’auteur va surtout nous démontrer qu’il est un bon planificateur, en nous ressortant un détail qu’on pensait sans importance mille pages avant. Ce souci du détail est une des raisons qui font que j’adore cette série. On retrouve les traditionnels et mystérieux extraits de textes en début de chaque chapitre, totalement à propos, ne spoilant pas et dont on découvre les tenants et aboutissant en toute fin de roman, la marque de fabrique de la série. Ces extraits permettent de renforcer encore le mystère autour du fameux Héros des Siècles, messie tant attendu. Ça aura eu le mérite de me faire gamberger, et de m’amener à une conclusion erronée qui m’a permis d’être bien surpris sur la fin du volume, que j’aurai ponctué d’un « Mais c’est bien sûr ! ».

L’importance de Vin retrouve un pied d’égalité avec celle d’Elend, reprenant peu à peu une certaines indépendance due à l’évolution de leur relation. Sanderson en profite aussi pour mettre un autre personnage sur le devant de la scène, totalement inattendu et qui va apporter un vent de fraicheur sur l’histoire, Spectre (Spoock en VO, je précise je trouvais le nom original marrant). Sazed, le terrisien, et TeeSoon, le kandra, font aussi partie du tableau avec une place centrale et des chapitres qui leur sont dédiés.

The Hero of Ages, Mistborn 3, Brandon Sanderson

L’auteur va enfin nous dévoiler les détails du dernier pouvoir allomantique dont il nous semait des indices depuis le premier tome, l’hémalurgie. En étudiant la racine de ce mot, vous reconnaitrez celle du sang qui revêt donc un aspect important dans le processus. C’est toujours avec plaisir que l’on suit les explications entourant cette magie, et tout ces détails qui sont dévoilés au fur et à mesure. Ceci dit, l’un des défauts de ce dernier tome vient justement de ces pouvoirs, car l’auteur a voulu faire encore plus, mais en partant dans la surenchère. Ça aboutit à une débauche de super pouvoirs avec les dieux qui viennent s’en mêler. Je sais que c’est absolument nécessaire à l’histoire, mais je ne peux pas m’empêcher de trouver le tout exagéré.

Mis à part ça, les combats sont toujours aussi dynamique, même si les combats allomantiques commencent à lasser, heureusement que c’est la fin. Ça se lit toujours aussi bien et Sanderson maitrise toujours autant son sujet et prouve que l’on peut écrire de la Fantasy grand public sans tomber dans le niais.

Le Héros des Siècles, Fils-des-Brumes Tome 3, de Brandon SandersonOrbit nous gratifie toujours d’une édition de qualité, avec une dernière couverture signée Chris McGrath. On retrouve les résumés des volumes précédents en début de tome, des cartes et un glossaire assez conséquent en fin, comprenant personnages et termes spécifiques à l’univers de Fils-des-Brumes, pratique si vous avez lâché la lecture un petit moment, même si je doute que cela puisse arriver.

Brandon Sanderson nous livre ainsi une exceptionnelle trilogie de Fantasy, que je n’aurais pas hésité à qualifier de mythique si l’auteur ne s’était pas autant lâché dans son tome final. Je pense tout de même que Fils-des-Brumes est une possession indispensable pour tout fan d’Heroic-Fantasy qui se respecte.


Ces articles pourraient aussi vous intéresser:
Un commentaire, donnez votre avis !
  • Lorhkan a écrit le 6 août 2011 à 9 h 26 min:

    D’accord avec cette chronique : c’est de la très bonne fantasy. L’aspect « too much » ne m’a pas dérangé, bien au contraire, j’aime beaucoup quand les dieux s’en mêlent en général !^^

    Par contre, sur l’aspect niais, je tiens à dire que l’histoire d’amour entre Elend et Vin m’a semblé être globalement une terrible guimauve, typiquement pré-adolescente, qui aurait plutôt eu sa place en bit-lit (et encore, tellement c’est à l’eau de rose…).

    Ça n’entache pas la trilogie globale, mais quand même, j’ai sacrément eu envie de secouer les protagonistes et de leur dire de se comporter en adultes, pas en enfants chastes… Pas très réaliste en somme.

    Pour le reste, c’est du tout bon, foncez ! ;)

    RépondreRépondre
  • Donnez votre avis !

    Comment avoir son avatar sur ifisDead ?