Le Costume du Mort de Joe Hill

dabYo dans Critiques, Livres le 22 novembre 2009, avec 5 commentaires
Critiques

Le Costume du Mort est un roman de Joe Hill écrit en 2007 et publié en langue originale sous le titre de Heart-Sharped Box, en référence au morceau du célèbre groupe de Grunge, Nirvana. Pour ceux qui ne le savent pas, Joe Hill est en fait un pseudo, car il n’est autre que l’un des fils de Stephen et Tabitha King. On s’en doute tout de suite, l’utilisation d’un pseudonyme est motivée par la volonté de ne devoir son succès qu’à sa propre plume. C’est donc pour cela que chaque critique doit grosso modo commencer par le rappel de qui il est… Bref, synopsis ?

Le Costume du Mort de Joe Hill

Judas Coyle est une star du Rock. Je dirai même plus, une star gothique, une sorte de Marilyn Manson pour adulte, dans la même lignée qu’un Trent Treznor. Et forcément, pour coller à son rôle, il se doit d’avoir des activités un peu darkinou. Du genre, collectionner des trucs morbides, ranger ses stylos dans un crâne humain, ou posséder un Snuff Movie des plus gore. Du coup, quand son agent voit une enchère pour acheter un costume hanté par un fantôme, Judas saute sur l’occasion pour agrandir sa collection. Sauf que voilà: le fantôme, il existe vraiment.

Ce qu’il faut d’abord savoir, c’est que le roman ne s’axe pas sur la découverte de l’état hanté du costume, mais sur la façon de se débarrasser de ce fantôme désagréable. Le costume est tout de suite intégré à l’histoire, dans les dix premières pages, et dès les premiers chapitres on peut découvrir que ce dernier est hanté. Pas de spoil donc, puisque l’axe de notre histoire sera tout différent. Une sorte de course poursuite entre le héros, Judas Coyne, sa petite amie, appelée Georgia, et le fantôme du costume. Une course poursuite qui va aller crescendo, bien entendu, dans une optique très haletante, très thriller.

Le Costume du Mort de Joe HillC’est presque comme si il était logique que le mot Thriller colle à la peau d’un des fils de Stephen King, bien que, honte à moi, je n’en ai jamais lu. Si son pseudonyme montrait que le fils voulait se démarquer de ses parents, on ne peut pas dire que niveau genres, il ait fait des efforts. Ceci dit, ce n’est pas le thème majeur du livre, puisque comme son père, il y aussi une énorme part de Fantastique dans cette œuvre. D’abord parce que le fantôme existe, bien entendu, et que ce dernier a une sorte de lien avec le monde réel, ce qui lui permet au grand dam des héros, de s’y impliquer. Ensuite parce que l’auteur admet que certaines pratiques occultes, et notamment le dialogue avec les morts, puissent exister. Et enfin, parce qu’il se dégage du livre une ambiance très malsaine, très inquiétante, qui m’a à de nombreuses reprises fait penser à un certain H.P. Lovecraft et son Affaire de Charles Dexter Ward.

Judas Coyne est un héros, enfin, un personnage principal, plutôt agréable à suivre et intéressant. On va bien entendu en apprendre petit à petit sur son passé, sa personnalité, ses faiblesses, ses craintes… Bref, on découvre le personnage et il reste très cohérent. Le fantôme n’est parfois presque qu’une excuse pour l’auteur, une excuse qui lui permet en quelque sorte d’étayer son personnage, de le rendre vivant, lui. Il y a très peu de personnages secondaires, on peut les compter sur la main, hormis bien entendu le fantôme, et une ou deux petites-amies.

Le Costume du Mort de Joe Hill

Si je comparais l’ambiance à Lovecraft, le style d’écriture de l’auteur, sa façon de narrer n’ont eux strictement rien à voir. La lecture est fluide, très aisée, et jamais trop détaillée. Les phases d’action que peuvent dans ce genre de roman amener rapidement à une incompréhension de la scène, sont bien écrites. De même, il est très agréable d’avoir un livre qui mêle la culture gothique de façon juste. La traduction a été soignée, et pour aider la compréhension des lecteurs, Valérie Rosier a intégré quelques notes, notamment pour situer les références concernant les groupes de musique.

Du coup, je ne vois pas vraiment de défaut à ce Costume du Mort. Ce n’est pas un livre qui vous marquera, mais la lecture est assez plaisante pour vous mener rapidement à la fin des quatre cents pages qu’il constitue. Un bon moment de lecture en somme.


Ces articles pourraient aussi vous intéresser:
5 Comments, donnez votre avis !
  • Frédéric Raymond a écrit le 22 novembre 2009 à 16 h 42 min:

    Il faut faire attention quand on compare Hill à King. Le fils est vraiment un auteur à part entière et, même s’il semble hériter des talents de conteur de son père, il a une vision propre très différente de cette de son papa. Concernant la comparaison de l’ambiance du roman avec certains œuvres de Lovecraft, je ne suis pas trop convaincu, mais ça fait quelques années que j’ai lu Le Costume du Mort, alors peut-être que c’est juste ma mémoire qui fait défaut. Une chose est certaine par contre, le roman est glauque, et il est bon. Bonne critique en tout cas.

    RépondreRépondre
  • dabYo a écrit le 22 novembre 2009 à 17 h 18 min:

    @Frédéric Raymond: Merci :) Comme je l’ai dit, je n’ai jamais lu de King (oui je sais, on croirait que ça n’existe pas) donc c’est vraiment qu’une comparaison thème à thème :) Ce sont les premières pages qui m’ont fait penser à l’affaire Charles Dexter plus qu’autre chose. Le côté « on fonce droit dans le mur et quoi qu’on fasse tout s’empire », je ne serai comment dire. Après l’ambiance de Lovecraft est totalement différentes en soit, et beaucoup moins légère je dirai… Donc pas étonnant que je sois le seul à y voir une mini similitude :)

    (d’après ton blog tu as l’air d’être un gros lecteur du genre, ce qui n’est pas mon cas… tout s’explique :))

    RépondreRépondre
  • Frédéric Raymond a écrit le 23 novembre 2009 à 2 h 01 min:

    @dadYo: En effet, je suis un horreurovore presque exclusif. N’hésite pas à me demander des suggestions si tu veux essayer King. Plusieurs de ses romans valent vraiment la peine d’être lus. À savoir lequel est le meilleur, ça dépend des goûts.

    RépondreRépondre
  • kao a écrit le 24 novembre 2009 à 10 h 45 min:

    Moi les histoires de fantomes, ca ne m’amuse pas. Les choses hantées n’ont rien de drole. Je tenais a le dire.

    RépondreRépondre
  • Mandrag' a écrit le 24 novembre 2009 à 16 h 57 min:

    De Stephen King, moi j’ai adoré les langoliers et shining. Maintenant j’espère que le fils sera a la hauteur du père…ce que j’ai toujours aimé chez King c’était son talent pour rendre des éléments « normal » flippant ou des éléments horrible vraiment très cocasse…
    Le costume du mort n’a pas l’air trop mal, même si j’espère que Joe Hill se démarquera un peu du style de son père

    RépondreRépondre
  • Donnez votre avis !

    Comment avoir son avatar sur ifisDead ?