Le cadeau du froid de Velma Wallis

Serafina dans Critiques, Livres le 28 novembre 2009, avec 3 commentaires
Critiques

Le cadeau du froid est un conte venu tout droit de l’Alaska. Il est raconté par Velma Wallis qui est originaire du coin et qui descend de l’ethnie Gwich’in, une tribu Athabaskanne de l’Alaska. Elle nous rapporte ici un conte traditionnelle qu’elle a connu de par sa mère qui l’avait elle même connue par sa mère, etc… J’ai reçu ce livre via un partenariat organisé par les éditions JC Lattès via Livraddict. Le livre est très court, 175 pages pas plus, mais il est vraiment superbe. Une belle couverture bleue -qui a l’air violette quand il fait sombre- avec des flocons de neige glacés dessus. Mais si on s’intéressait au résumé ?

Le Cadeau du Froid de Velma Wallis

Nous sommes à l’époque où les tribus d’Alaska étaient encore nomades. La tribu subit une mauvaise passe : le froid et la disette règnent. Pour faire face à ce problème il faut prendre des mesures. L’une d’entre elle, généralement communément admise est une mesure qui peut nous sembler discutable, nous peuple sédentaire, mais qui pourtant est justifiée : il s’agit d’abandonner les personnes trop vieilles ou considérées comme… inutiles. C’est ainsi que deux femmes sont abandonnées : Sa et Ch’idzigyaak. Sauf que ces dernières ne sont peut être pas si inutiles que cela, en fait.

Je n’irai pas plus loin dans le résumé et de toute manière il n’y a pas réellement de surprises. Le suspens n’est pas un des éléments clé de ce livre, loin de là. Car c’est avant tout un aperçu de ces tribus nomades du cercle polaire, qui sont quand même relativement méconnues. L’auteur en est issue et cela ce sent, car elle connaît très bien le mode de vie (ou de survie) de cette ethnie. En effet, tous les actes sont précis, que cela soit la chasse, la pêche ou l’établissement du camp. On s’y croirait réellement, et le récit est vivant, les mots sont simples , du coup on s’immerge très vite. On ressent bien le froid et la lutte pour la survie.

Le Cadeau du Froid de Velma WallisCette précision (et j’ai faillit écrire accuracy, comme quoi l’informatique me fait mélanger les langues) est renforcée par la présence d’un petit dossier à la fin du roman qui explique les origines de cette ethnie, ce qu’elle est devenue et sa manière de vivre. Je regrette qu’il n’y en ai pas eu plus, car c’est réellement très intéressant. Il n’est pas fréquent d’avoir des histoires venant de cette partie du monde, et j’avoue que je n’en avais jamais lu jusque là. Mais j’ai apprécié cette ambiance enneigée, ces étendues immaculées, et je pense que j’essaierai d’en relire (si vous avez des idées d’ailleurs…).

En plus de cela, il faut bien le dire, l’histoire est très plaisante. Elle se lit très bien, et coule toute seule. Les chapitres sont ponctués de belles illustrations un peu style gravure qui contribuent au plaisir de livre (oui, la beauté d’une édition, ça compte). C’est un petit conte, donc un peu moralisateur évidemment, mais suffisamment ouvert. Tout n’est pas blanc ou noir. Ceci dit, il amène à réfléchir sur la place des anciens dans la société, que cela soit la notre ou celle des Athabaskans. Les deux vieilles dames, comme le dit le résumé, donnent une bonne leçon de vie, mais c’est aussi une histoire très personnelle sur la quête de la vie, sur le dépassement de soi, et sur l’honnêteté envers soi-même.

Ce conte est assez court, mais nous plonge aisément dans une ambiance très simple, très intime mais aussi très forte. C’est un livre agréable  à lire, reposant et surtout à lire à la bonne époque ! La simplicité et le coté universel de l’histoire en font un livre à conseiller à tous, quelque soit vos habitudes de lecture. C’est aussi un bon choix de cadeau pour Noël, pour l’histoire et pour l’emballage.


Ces articles pourraient aussi vous intéresser:
3 Comments, donnez votre avis !
  • Charmy a écrit le 29 novembre 2009 à 11 h 50 min:

    Avec tout ça, tu m’as donné envie de l’offir ^^ En principe je n’offre pas un livre sans l’avoir lu au préalable mais il y a un ton dans l’article qui me pousse à te faire confiance…

    (et, -attention Charmy se mêle de ce qui ne le regarde pas-, je pense que IID est mieux sans billets sponsorisés cf plus bas)

    RépondreRépondre
  • Schlabaya a écrit le 24 décembre 2009 à 15 h 28 min:

    Un conte magnifique, et tu en parles bien… Si tu es tentée par les histoires en provenance du Grand Nord, il y a la littérature scandinave, et aussi les récits de Jack London.

    RépondreRépondre
  • Yanis a écrit le 27 octobre 2011 à 20 h 14 min:

    Très bon résumé! Bravo! :)

    RépondreRépondre
  • Donnez votre avis !

    Comment avoir son avatar sur ifisDead ?