Le Baiser du Rasoir de Daniel Polansky est la très grosse sortie du mois de janvier 2012 chez l’éditeur Bragelonne. C’est donc en grand format,  avec une couverture sanglante sentant la ville crasseuse et réalisée par Fred Augis, que ce roman a atteint les étalages des librairies. Il s’agit du premier tome de la série Basse-Fosse, classée entre Polar et Dark Fantasy, et le tout traduit par Patrick Marcel. Qui dit grosse sortie dit grosse attente, le roman est il à la hauteur ?

Le Baiser du Rasoir, Basse-Fosse Tome 1, de Daniel Polansky

Prévôt était un soldat, il était aussi un agent de la Couronne. Il connait même une partie du gratin de la ville. Mais ça c’était avant, maintenant, Prévôt est devenu un gangster, un dealer qui défend farouchement son territoire dans les basses fosses de la ville. Lorsque des meurtres atroces d’enfants se produisent dans son quartier, il se retrouve embarqué un peu malgré lui dans l’enquête qui pourrait avoir de graves conséquences pour sa « santé », si elle n’était pas résolu.

Daniel Polansky

Daniel Polansky

Contrairement à ce que la quatrième de couverture, et la couverture elle-même d’ailleurs, aurait pu laisser suggérer, le monde auquel nous allons être confronté est loin d’être celui que l’on imagine. On peut dire que surpris je l’ai été, en découvrant non pas un monde inspiré d’un Londres du 18ème, mais un univers de Fantasy aux portes de l’ère industrielle. Et ce que j’ai trouvé en échange était loin de me déplaire. Les descriptions des lieux sentent la crasse, la vinasse et le crime, plantant un cadre particulièrement adapté à l’intrigue.

Le plus clair de l’action se déroule dans une grande ville aux accents médiévaux, avec les quartiers pauvres et les bas fonds associés. On a droit à un beau panel de ce que la pègre et des représentant de la loi corrompus peut produire, le tout mélangé à différentes ethnies.

De l’autre coté du tableau, les riches et puissants en prennent aussi pour leur grade. On obtient alors des personnages intéressants qui, à défaut de rester dans les mémoires, s’intègrent parfaitement à l’histoire. Un peu trop, peut-être, les utilisateurs de magie font quelque peu artificiel tant ils me donnaient une impression de présence anecdotique dans l’univers, en dehors de leur implication dans l’histoire.

The Straight Razor Cure of Daniel Polansky

Couverture de la version originale

Mais le vrai intérêt du roman, c’est bien Prévôt, un quasi-héros de guerre et fidèle serviteur de la nation qui est tombé au fond du caniveau. C’est son histoire, sa vie, son enfance orpheline, son passé guerrier qui revient au galop le temps d’un flashback, ses descentes sur son territoire, les relations qu’il a avec les autres personnages… C’est tout ces éléments qui apportent les qualités de ce récit. L’histoire du roman n’est un peu qu’un prétexte pour le mettre en scène, même s’il l’on regrettera que les motivations premières qui le poussent à enquêter soient un peu flous. Le Baiser du Rasoir bat au rythme de Prévôt, sur un rythme un peu erratique de ce junkie notoire qui sniff des trucs pas nets. On enchaîne les passages d’actions avec d’autres un peu plus axés sur la réflexion. Les bastons et autres joyeusetés violentes sont plutôt bien mises en scène, sans confusion, et reflètent la manière de penser du personnage, dans leur rapidité et leur astuce.

Le Baiser du Rasoir, Basse-Fosse Tome 1, de Daniel PolanskyLorsque l’on en vient à l’intrigue, je resterai un peu mitigé sur le sujet, on sent venir la conclusion et le coupable à des kilomètres, c’est un peu téléphoné et dommageable vu que l’auteur tente tout de même de semer des fausses pistes. Un point crucial à améliorer dans la suite, de peur de blaser le lecteur avant la fin. Reste tout de même le cheminement et les déductions du héros vers le dénouement, qui s’enchaînent avec logique malgré le défaut précédemment cité.

Au final, on se retrouve avec un premier tome que j’ai pour ainsi dire dévoré. Le Baiser du Rasoir de Daniel Polansky nous propose un personnage principal charismatique, un cheminement dans l’histoire prenant, et il ne me reste qu’à attendre le tome 2 de Basse-Fosse, qui sera sans doute surprenant au vu du peu de pistes laissées ouvertes en fin de tome. 2012 s’annonce comme une excellente cuvée littéraire avec des bouquins de cet acabit.


Ces articles pourraient aussi vous intéresser:
2 commentaires, donnez votre avis !
  • sarahk21 a écrit le 10 mars 2012 à 21 h 23 min:

    perso je viens de le commencer , ton avis ne fait que m’inciter a continuer, je dirais ce que j’en ai pensé dans un prochain lundi que lisez vous? en tout cas c’est ce que tu avais dit de basse fosse il y a quelques temps qui m’a poussé a accélérer son achat … donc merci :)

    RépondreRépondre
  • Serafina a écrit le 12 mars 2012 à 11 h 09 min:

    J’espère que je trouverais le temps de le lire car il me fait très très envie !

    RépondreRépondre
  • Donnez votre avis !

    Comment avoir son avatar sur ifisDead ?