La Stratégie Ender de Orson Scott Card

Serafina dans Critiques, Livres le 28 janvier 2014, avec 3 commentaires
Critiques

J’ai une histoire assez douloureuse avec Orson Scott Card, j’avais commencé son cycle d’Alvin le Faiseur lors de ma première année de fac, et malgré 6 mois d’efforts, je n’ai jamais réussi à finir le deuxième tome. Sans doute n’étais-je pas dans le mood à lire du Card toute seule dans mon 9m². Toujours est-il que j’ai depuis boycotté l’auteur, malgré tous les encouragements d’Aya pour me faire m’y pencher. Et puis Ender est sorti en film, et j’ai ressenti le potentiel, donc j’ai pris le tome 1. Synopsis ?

La Strategie Ender de Orson Scott Card

Dans un futur plus ou moins lointain, la population humaine est en guerre contre les doryphores. Dans cette ambiance de peur de la prochaine invasion, la population est régulée : les couples ne peuvent pas avoir plus de deux enfants, mais des dérogations sont accordées, comme par exemple à la famille Wiggins, qui en a eu un troisième, Andrew dit Ender. Constamment observé par les militaires, il est vite remarqué pour intégrer l’école de guerre.

Orson Scott Card

Orson Scott Card

On retrouve donc des éléments très classiques du roman initiatique: un héros enfant, qu’on suit depuis tout petit, au fur et à mesure qu’il découvre la vie et évolue. Ça, ajouté à une école de guerre militaire, on passe à deux doigts d’un stéréotype de SF à boulon sans intérêt. Pourtant, il n’en est rien, car j’ai trouvé le livre passionnant. Non pas pour le personnage Ender, auquel je n’ai absolument pas pu m’attacher tellement ses réactions contredisent son âge: on n’a pas l’impression d’avoir à lire un gosse de 8 ans mais plutôt un ado de 16-17 voir plus, pas vraiment non plus pour les personnages secondaires, à part peut être Graff, mais je suppose que le voir en Harrison Ford fausse un peu la donne.

Non, ce qui m’a charmée, c’est l’univers mis en place par Card, et le coté manœuvres politiques omniprésent. En effet, on a du mal à se dire que le bouquin a été écrit en 1985 : les gosses jouent sur des tablettes, tout le monde se connecte à des réseaux sociaux où on doit avoir sa vraie identité… Ce n’est pas du tout dépassé ! C’en est même impressionnant de réalisme par rapport à aujourd’hui. Si on suit majoritairement Ender, ce qui se passe sur Terre pendant sa formation n’est pas totalement éclipsé (contrairement au film) et j’ai adoré les chapitres concernant Locke et Demosthène qui sont clairement mes préférés.

La Strategie Ender de Orson Scott CardDe plus, la formation d’Ender est une longue suite de manipulations de la part de sa hiérarchie pour l’amener où il faut. Il n’est pas étonnant que ce bouquin soit dans la liste des livres conseillés par le corps des US Marines à ses officiers. C’est un roman très axé sur la psychologie et la manière de former des commandants. C’est autant intéressant qu’effrayant d’ailleurs, et on se pose à de nombreuses reprises des questions sur le bien fondé, ou non, de faire subir ça à des élèves, enfants qui plus est.

Bien que je connaissais la fin, ayant vu le film, j’ai dévoré ce premier tome du Cycle d’Ender et je regrette d’avoir mis si longtemps à m’y mettre. La Stratégie Ender de Orson Scott Card, c’est de l’excellente Science-Fiction, intelligente et palpitante. Bref, si vous ne l’avez pas encore lu, c’est le moment.


Ces articles pourraient aussi vous intéresser:
3 Comments, donnez votre avis !
  • Senhal a écrit le 28 janvier 2014 à 23 h 10 min:

    Bonsoir,

    Tout semble indiquer dans ta chronique (intérêt pour Locke et Démosthène, politique, la main de Graff) que tu t’éclaterais probablement plus en lisant directement La Stratégie de l’ombre (Ender’s Shadow) et non la suite du cycle d’Ender (à lire éventuellement plus tard, mais au bout de 3 tomes le cycle d’Ender devient largement dispensable amha).

    Rien à voir mais un bon truc que j’ai lu chez Card, c’est Enchantement (pas de la SF). Également fouiller dans les vieux recueils de nouvelles où il peut être excellent, voir Sonate sans accompagnement.

    RépondreRépondre
  • Aya a écrit le 29 janvier 2014 à 13 h 42 min:

    Alleluiaaaaaa!!!!

    c’est tout pour le moment.

    RépondreRépondre
  • CarnetParisien a écrit le 25 février 2014 à 17 h 46 min:

    Je crois que nous partageons le même avis. Il est toujours intéressant de comparer le livre et le film, c’est ce que j’ai fait dans ma petite critique ;) A bientôt

    RépondreRépondre
  • Donnez votre avis !

    Comment avoir son avatar sur ifisDead ?