Il y a plus de deux ans, je vous confiais mon amour pour Le Château Noir, deuxième tome des Annales de la Compagnie Noire de Glen Cook. Cette excellente série de Dark Fantasy est en cours de publication chez l’Atalante depuis 1998, et disponible en poche à partir de 2005 chez les éditions J’ai Lu. La Rose Blanche en est le troisième tome, et je dois avouer que si les plannings de lecture d’if is Dead n’étaient pas aussi chargés, c’est bien avant que je l’aurai entamé. Et pour cause, les péripéties de Toubib et ses frères d’armes sont addictives. Synopsis.

The White Rose, Black Compagny, Glen Cook

La Compagnie a payé un lourd tribut sous les ordres de la Dame, si grand qu’elle a bien fini y rester. Ils ne sont plus qu’une centaine sous les ordres du commandant, et Toubib, Elmo et les trois sorciers en sont encore, bien entendu. On ne quitte pas la Compagnie quand elle nous a adopté. Même quand cela fait presque deux ans que l’on vit comme des rats dans les grottes de la Plaine de la Peur en attendant, patiemment, le retour de la comète. Mais cette dernière n’est pas près d’arriver, et il va falloir tenir le siège que les troupes impériales sont entrain de mettre en place, peu à peu.

Comme vous vous en doutez, je suis déjà tout acquis à la cause du roman de Glen Cook et cette chronique va fortement le faire ressortir. J’ai profité d’une excursion en Hollande pour le lire. Je pensais le lire sur tout le séjour, et manque de pot, je l’avais fini dès le deuxième. Il faut dire que La Rose Blanche est tout simplement un roman ultra-addictif, et cela grâce à plusieurs éléments: un univers, des personnages, et un style d’écriture bien à lui.

L’une des choses qui m’a le plus surpris, c’est à quel point l’univers est réussi et facile à revenir en mémoire. J’en avais déjà parlé, ce dernier est très dense: la magie en fait partie, mais il y a aussi toute une mythologie autour du monde dans lequel vit Toubib . Logique me direz vous, c’est le cas de la majorité des livres, et notamment dans la Dark Fantasy. Mais l’auteur a réussi à développer tout cet ensemble d’une manière exceptionnelle. De plus, grâce à la narration réussie, les lieux, les personnages, les évènements que l’on a vécu avec les personnages il y a des mois reviennent très rapidement. J’ai été surpris de tout me rappeler sans même avoir à me creuser la tête: les éléments revenaient d’eux même.

J’avais émis des critiques sur les débuts de La Compagnie Noire et du Château Noir, force est de constater que cette fois, on arrive tout de suite à rentrer dans l’histoire. C’est mieux construit, moins perdant, et ce malgré l’énorme ellipse entre ce tome et le précédent.

La Rose Blanche, La Compagnie Noire Tome 3, de Glen Cook

Illustration de la version des éditions l'Atalante de Dider Graffet. Je lui préfère celle de Johan Camou, mais je n'ai pas réussi à la trouver en assez bonne qualité...

Contrairement à de nombreux auteurs, Glen Cook ne prend pas la peine d’inventer une langue « étrangère » pour ses personnages. Ils ont souvent un nom correspondant à leur caractéristique, notamment les sorciers, réelles fondations du roman. On suit alors les « prouesses » de la Dame, du Boiteux, ou encore de Murmures. Cette façon d’appeler les sorciers, à l’opposée de la plupart des autres séries est une bouffée d’air frais. Il en va de même pour les lieux, on aimerait bien découvrir Charme ou encore Les Tumulus. J’avais reproché au Château Noir l’absence de carte. Ici encore, il y a de nombreux voyages, mais j’avoue que finalement, carte ou pas, c’était tout aussi addictif.

Cet univers ne serait sans doute pas aussi bien s’il n’était pas aussi bien retranscrit. Outre le fait que Glen Cook écrit surement très bien dans sa langue, je dois avouer que la traduction est elle aussi excellente. Cela se lit très facilement, le style à la première personne de Toubib aidant. Aussi, Patrick Couton, connu pour ses excellentes traductions pour Les Annales du Disque-Monde, s’était occupé de mettre en place les traductions des noms du premier tome, et le traducteur ayant repris le travail, Alain Robert, fait lui aussi un très bon travail.

La Rose Blanche, La Compagnie Noire Tome 3, de Glen CookLa Rose Blanche clôt le premier arc des Annales de la Compagnie Noire, nommé Livres du Nord. Et je dois avouer que le scénario est très bien taillé. La particularité de cette série, c’est que l’histoire de chaque tome peut se suffire à elle même, tout en formant un arc complet. C’est vraiment agréable et j’ai été surpris du dénouement de notre histoire, j’aurai presque un pincement au cœur de savoir que je ne foulerai peut être plus les terres du Nord avec Toubib.

Au final, que dire sinon que vous vous devez de vous plonger dans Les Annales de la Compagnie Noire ? Avec un troisième tome réussi, c’est au moins sur un premier excellent arc que vous pouvez vous lancer. Au pire, une excellente série. Mais ça, je vous le dirai dans quelques mois, voire année, quand j’aurai pu me lancer dans le quatrième tome. La série de Glen Cook est assurément un pilier de Dark Fantasy.


Ces articles pourraient aussi vous intéresser:
2 commentaires, donnez votre avis !
  • Kameyoko a écrit le 14 octobre 2011 à 10 h 59 min:

    Assurément, une excellente série, que je n’ai pas fini, car j’avais pas envie d’attendre des plombes la suite.

    Pour ce tome 3, de mémoire, il est réellement passionnant avec plein de nouveaux persos comme Traqueur et Saigne-Crapaud le Chien. Ca clot bien l’arc avec une fin bien trouvée.

    Par contre, j’ai été un poil déçu par la Plaine de la Peur. J’aimais bien le coté pas trop fantasy du titre, hormis la magie. Là, l’introduction de baleines volantes, de menhirs parlant… me gêne un peu.

    Au niveau de la narration aussi, j’ai été surpris par le choix de Glen Cook. J’ai moins eu l’impression de lire des annales. Il a perdu en mordant avec une narration qui tend presque vers de l’omniscience (je caricature bien sûr).
    On perd un peu la subjectivité de la narration. j’aurais préféré avoir un récit de Toubib, de ce qu’il a vu et dit à sa façon.

    Je ne sais pas trop comment l’exprimer mais ça fait moins annales, c’est plus romancé.

    Néanmoins, ça reste bien addictif quand même. Et encore la suite est très bonne.

    RépondreRépondre
  • yao a écrit le 15 octobre 2011 à 0 h 57 min:

    Moi aussi j’ai beaucoup apprécié ce livre, le meilleur de la première trilogie d’après moi. Et pour un livre de dark fantasy, je me suis bien marré xD
    Je suis au même stade que toi dabYo : Je n’ai lu que le premier cycle des Annales de la Compagnie Noire. J’ai un peu peur de me plonger sur la suite… à mon avis, elle sera moins bonne. Je guette donc ton avis ;)

    Kameyoko -> moi aussi j’ai eu un peu de mal au début avec les baleines volante et les menhirs qui parlent. Mais au final, j’ai pris l’habitude et ça ne m’a plus gêné ^^

    RépondreRépondre
  • Donnez votre avis !

    Comment avoir son avatar sur ifisDead ?