Il y a maintenant un peu plus de six ans, je découvrais Patrick Rothfuss avec son premier roman Le Nom du Vent. Celui-ci m’avait mis une sacrée baffe, sans doute une de mes plus belles lectures de ces dernières. Et évidemment, comme c’était aussi le début de la série Chronique du Tueur de Roi, il fallait bien que je finisse par lire sa suite. La Peur du Sage a été publié par Bragelonne en deux parties cette fois, deux d’un peu plus de 600 pages, ce qui est raisonnable et permettra d’obtenir deux superbes couvertures de Marc Simonetti. Côté synopsis, je vous refourgue le même que celui du premier tome puisqu’il reste valable, astuce !

La Peur du Sage – Partie 1 de Patrick Rothfuss

Kvothe est une légende, ses exploits sont racontés partout dans le monde, qu’ils se soient passés alors qu’il était encore tout jeune à l’université, ou bien pus tard en incendiant la ville de Trebon. Il a libéré des princesse et tué un roi, il est devenu le plus grand des magiciens, et il souhaite aujourd’hui que la véritable lumière soit faite sur sa vie, sans fioriture, sans mensonge et surtout sans enjolivement. Car aujourd’hui, Kvothe n’est plus que l’ombre de lui même, il est un simple aubergiste d’un village perdu dans le nord, où les hivers sont rudes et où les marchands itinérants se font de plus en plus rares, et il se fait appeler Kote, tentant de rester un inconnu aux yeux de tous.

On est donc à nouveau face à deux niveaux différents de narration, la première étant celle au présent où Kvothe se fait passer pour un aubergiste complètement ordinaire auprès de ses clients. Il raconte son histoire à un scribe et nous plonge alors dans son passé où il est à l’université pour devenir un grande Arcaniste.

Évidemment, après près de cinq années de pause dans la série, je dois dire que reprendre l’histoire a été plus que difficile. L’auteur a fait le choix de faire relativement peu de rappels sur le premier tome, ce qui est pour une fois salutaire. Car même si j’avais du mal à me souvenir de l’histoire, il n’y a rien de plus frustrant que des tomes qui se rappellent trop les uns les autres. Reste que Le Nom du Vent m’a laissé un souvenir suffisamment fort pour que les choses reviennent très vite, car le personnage et l’univers étaient marquants.

La Peur du Sage – Partie 1 de Patrick RothfussSauf que voilà après un excellent premier tome qui se suffisait presque à lui même, cette suite semble poussive. Il y a un ensemble interminable de péripéties qui ne semblent pas vraiment avoir un grand intérêt. Il s’agit de petits défis sans véritable enjeu, qui viennent là juste pour que notre héros cabotine. Car il fait ça tout au long du roman en faisant des petits commentaires dans la narration (il narre son histoire, rappelons le) et c’est assez exaspérant avec le temps. Il nous rappelle un nombre infini de fois ses origines de comédien, qu’il aimait grossir son trait, maitriser sa réputation, etc. Bref, il s’est construit son mythe ok, mais on relit ça ad nauseam tout au long de cette première partie de ce deuxième tome.

A côté de ça, on découvre un peu plus l’univers certes, mais sans vraiment être passionné pour autant. Les choses ont bien été mises en place et on aurait peut être presque préféré avoir un time skip que continuer comme ça de manière terre à terre. Forcément, le futur de Kvothe est brillant et pour ne pas donner l’impression que cela s’est fait du jour au lendemain, l’auteur nous en fait des tartines. Mais sans trop d’intérêt pour autant.

Au final cette première partie de La Peur du Sage de Patrick Rothfuss se lit facilement, elle est bien écrite c’est certain et captive quand même son lecteur. Mais elle a ce sentiment de déjà vu, l’impression de lire un spin off plutôt qu’une série originale qui nous captiverait sans nous laisser relâcher le bouquin. C’est dommage, j’ai vraiment peur que la série s’essouffle avec les pages…


Ces articles pourraient aussi vous intéresser:
  • No comments yet.
  • Donnez votre avis !

    Comment avoir son avatar sur ifisDead ?