La Mémoire dans la peau de Robert Ludlum

Serafina dans Critiques, Livres le 16 février 2010, avec 6 commentaires
Critiques

La Mémoire dans la peau est un roman d’espionnage publié en 1980. Ce roman est extrêmement estimé, et est régulièrement classé parmi les meilleurs thrillers d’espionnages anglo-saxons. Robert Ludlum a beau être un des deux auteurs fétiches de mon père, je n’en avais jusqu’à présent jamais lu. J’ai longtemps voulu en découvrir, et puis dabYo m’a offert La Mémoire dans la peau. Un beau pavé de 650 pages, sans pages blanches. Synopsis ?

La Mémoire dans la peau de Robert Ludlum

La Mémoire dans la peau c’est l’histoire d’un amnésique, repêché au large de Marseille. Il ne sait ni qui il est, ni ce qu’il fait là. Par contre, il a un microfilm dans la hanche, lui donnant l’adresse d’une banque à Zurich. Bien décidé à découvrir qui il est, il se met en route. Commence alors pour notre héros une course poursuite haletante. Car ceux qui l’ont mis à la mer sont bien décidés à achever leur travail !

Voila, pour le synopsis. Si vous êtes un habitué du cinéma, vous reconnaissez aussi le synopsis du film qui porte le même nom, avec Matt Damon qui incarne le héros. C’est d’ailleurs une adaptation très très libre, mais nous parlerons de cela dans un autre article. Toujours est-il que je ne sais pas trop par où commencer cette critique. Alors, on va pas faire dans la dentelle.

The Bourne Identity from Robert LudlumLa Mémoire dans la peau est le meilleur livre que j’ai lu depuis très longtemps. Je dirais même depuis un an et demi, car le seul livre que je place au même niveau c’est Les Noces Pourpres de Georges R. R. Martin ! Si vous suivez ce blog, vous comprenez aisément la portée de cette phrase et vous n’avez plus qu’à courir chez votre libraire pour vous procurer ce bouquin. Sinon, je vais vous expliquer pourquoi vous devriez le faire !

Tout d’abord, ce roman de Robert Ludlum immersif, on suit avec intérêt notre héros, on essaie nous même de recoller les bouts et de comprendre ce qu’il se passe grâce aux indices laissés par l’auteur. Ce dernier d’ailleurs, nous mène de fausse piste en fausse piste, et pile quand vous pensiez avoir compris, il vous montre une scène  qui vous renverse votre théorie  et vous dirige dans une autre direction. Ici aussi, nous suivons plusieurs points de vues, notre héros, mais aussi ses poursuivants. Ces différents points de vues permettent d’augmenter la tension qui règne. On assiste à la mise en place des pièges et on voit notre héros se jeter dedans !

Bref, on est tenu en haleine d’un bout à l’autre. En plus de cela, on peut dire que Ludlum est documenté. Enfin, je ne suis pas experte, mais quand il nous décrit les procédures de sécurité des banques suisses, on s’y croirait ! De même quand on découvre le formidable réseau mis en place par un terroriste, on est abasourdi devant les mécanismes en présence. Alors, certes, je suis novice en romans d’espionnage, donc, peut être que cela joue, mais on a vraiment l’impression que rien n’est laissé au hasard. De même j’ai beaucoup apprécié le coté psychologique et médical. C’est à dire les processus utilisés par le docteur qui recueille le héros pour l’aider à retrouver la mémoire, ou une intervention plus vers la fin (je ne vous en dis pas plus pour vous garder la surprise). Ludlum en tout cas est pointu sur les mécanismes d’espionnage, sur les systèmes de sécurité ou sur la psychologie, je ne peux que saluer tout cela !

Un point qui m’a un peu fait peur au début, c’est que le roman se passe à la fin des années 1970. J’avais peur de trouver la chose un peu vieillottes. Vous savez, aller fouiller dans les fiches écrites à la main, chercher la cabine téléphonique, tout cela pour une fille qui est née avec un PC et un portable (j’exagère….) ça me faisait un peu peur. Mais que nenni ! Grâce à la précision de l’auteur, on entre très vite dedans, et on oublie que maintenant, 50% de l’intrigue se déroulerait dans une seule pièce avec un PC et Google. En tout cas le roman est vraiment ancré dans son époque.

La Mémoire dans la peau de Robert Ludlum

Certaines racines remontent en effet à la guerre d’Algérie, la guerre du Viet-Nam joue un rôle important, on est dans le climat terroriste de la guerre froide, la bande à Bader est mentionnée plusieurs fois. Bref, pour quiconque ayant des notions sur l’époque, il est très facile de prendre ses marques et de retrouver l’ambiance politique assez tendue de cette décennie. En plus, la plus grosse partie du roman se passe en France, notamment à Marseille et à Paris, il est donc encore plus facile pour le lecteur Français de prendre ses marques.

On pourra peut-être reprocher la psychologie assez simpliste des personnages, nous sommes dans un roman d’action et il est vrai que les personnages surtout secondaires sont un peu simplistes, mais on ne peut pas tout avoir. En tout cas, personnelement, j’ai été absolument conquise par ce roman et cela faisait longtemps que je n’avais pas été autant happée par un titre. Je vous le conseille à tous. Et même si vous avez vus les films, rassurez vous, l’histoire est tellement différente que vous pouvez lire le livre, vous ne vous ennuirez pas ! En attendant, j’ai hâte de lire la suite, La Mort dans la peau.


Ces articles pourraient aussi vous intéresser:
6 commentaires, donnez votre avis !
  • Frankie a écrit le 16 février 2010 à 21 h 50 min:

    Un de mes Ludlum préférés avec La Mosaïque Parsifal.

    RépondreRépondre
  • Folfaerie a écrit le 17 février 2010 à 9 h 04 min:

    Ton billet me donne envie de m’y remettre. Après avoir vu les 2 premiers films (il me manque le 3ème) que j’ai adorés, j’avais acheté la trilogie en un seul volume, et en anglais (hum, je ne sais pas si j’ai bien fait…). Depuis il est en attente sur mes étagères mais je crois bien que je vais m’y plonger d’ici peu.

    RépondreRépondre
  • Fauve a écrit le 17 février 2010 à 23 h 20 min:

    Ah enfin ! Je l’attendais cette critique ! Merci car dès que j’ai des sous et bien je cours acheter le livre… j’ai tellement été déçu des films que je crois que je risque d’adorer le livre XD

    RépondreRépondre
  • Kameyoko a écrit le 18 février 2010 à 16 h 19 min:

    Je ne me sens pas encore l’envie de lire du livre d’espionnage pur. Mais ta critique me donnerait presque envie d’essayer.

    Par contre c’est dommage qu’il y ait qu’une ligne sur le film. J’aime beaucoup le film, donc j’aurais voir un peu en quoi il diffère (même si de ce que j’ai compris c’est tout qui est différent).

    Si réellement le film est différent au livre, c’est quoi l’intérêt de la licence? Surtout que pour ce film et le livre aussi c’est l’histoire qui importe.

    On est pas dans du comic, où c’est des pouvoirs, un univers et un perso qui est adapté plus que réellement un comic.

    M’enfin.

    RépondreRépondre
  • Serafina a écrit le 18 février 2010 à 20 h 48 min:

    @Kameyoko: On a prévu un article sur le film, donc je comptais plus detailler la bas ;p. Mais en gros, a part le concept de Jason l’agent spécial amnésique, il n’y a aucun rapport.

    Ceci dit, je pense que tu as tout a fait juste en evoquant le comic. C’est exactement le meme principe et c’est typiquement américain. On a un héros et une base et le reste est totalement adapté (de toute maniere, passer de 79 a 2005 obligeait a un gros gros remaniement, car ce n’est plus du tout le meme monde)

    @Fauve il n’y a vraiment rien a voir a part ,cf la réponse a Kameyoko, le principe de Jason Bourne. En tout cas je te le conseille.

    @FolFaerie, les romans sont tres differents mais valent clairement le coup. En tout cas, je pense que tu te rendras vite compte si tu aimes ou non ^^

    @Frankie ah, bah va falloir que je lise ce livre alors !

    RépondreRépondre
  • flof13 a écrit le 28 février 2010 à 0 h 40 min:

    Tu m’as donné envie !! Et moi, j’aime beaucoup les romans d’espionnage, un de mes préférés à ce jour étant La petite fille au tambour, de John Le Carré… Bref, merci de contribuer au poids de plus en plus lour de ma LAL lol

    RépondreRépondre
  • Donnez votre avis !

    Comment avoir son avatar sur ifisDead ?