La Machine à explorer le Temps de H.G. Wells

Serafina dans Critiques, Livres le 24 mars 2009, avec 3 commentaires
Critiques

La Machine à explorer le Temps fait partie de ces classiques de la Science Fiction, ou plutôt comme nous le verons d’Anticipation. Il m’est difficile de vous donner sa date exacte de parution, car il a existé plusieurs versions de ce roman. H.G. Wells en a écrit l’ébauche en 1888 et la version finale en 1924. Apparement en France, la seule version disponible serait celle de 1895. En tout cas, je parle ici de la version éditée chez Folio SF.

La Machine à Explorer le Temps de H.G. Wells

L’histoire se passe donc dans la fin de l’ère victorienne, à Londres. Un scientifique a pour habitude de réunir des amis dans son salon. Un soir il leur explique l’existence de la quatrième dimension: le Temps. Et partant du principe que nous pouvons nous mouvoir dans les trois autres dimensions, leur explique qu’il est donc possible de se mouvoir dans le Temps. Et il leur fait donc la révélation: il a une machine à explorer le Temps. Une semaine plus tard, il réunit à nouveau ses amis, et leur déclame revenir du futur. Le gros de la nouvelle consiste en son récit d’avantures en l’an 802701. Oui oui, vous avez bien lu, 802 milles.

Vous n’êtes pas sans savoir qu’en France le terme Science Fiction est assez récent. On lui a longtemps préféré celui, plus restreint, d’Anticipation. Et H.G. Wells nous en montre ici un parfait exemple. Le voyage dans le futur n’est au final qu’une excuse pour dénoncer les abus qu’il constatait à l’époque où il écrivait ces quelques lignes, et pour nous pondre une sorte d’étude sociologique.

Il faut pour cela remettre les choses dans leur contexte. Au XIXème siècle, les inégalités sociales étaient très très marquées, on commençait à construire sous terre (le métro est mentionné par exemple), l’industrialisation était croissante. Wells nous montre donc ce qui risque d’arriver si rien ne change : un peuple oisif, analphabete, qui oublie tout son passé, un autre peuple totalement soutterain et revenu quasiment à l’état sauvage. Ah, exploitation capitaliste quand tu nous tiens. Il est d’ailleurs difficile de ne pas voir que Wells est clairement à gauche.

La Machine à Explorer le Temps de H.G. Wells

Le héros, en étudiant le peuple oisif, appelés les Elois, nous met en garde contre les travers de la societé victorienne. On pourrait évidemment croire cela totalement dépassé, car depuis bien des choses ont changé. Notamment au niveau des connaissances scientifiques, mais il ne faut pas en tenir rigueur au bouquin, et se rappeler un peu la fin du siècle où il a été écrit. Nous sommes en pleine période de révolutions : révolution industrielles mais aussi scientifiques. La thèse de Darwin n’a qu’une trentaine d’années, on commence à parler de la 4ème dimension, les théories les plus folles peuvent donc pulluler. Comme dirait mon professeur d’Intelligence Artificielle : « à l’époque y avait ni télé ni ciné, alors les mecs ils cherchaient ».

Ceci dit, le livre reste très très intéressant, surtout pour sa cohérence une fois le postulat de base admis. Les choses sont très bien amenées, et les études sur les modes de vies des peuples sont réellement prenantes. On est face à de la grande Science Fiction, celle qui veut nous faire réflechir. A comparer probablement à Dune, Je suis une Légende ou encore Fondation. Des monuments dans tout les cas, qu’il faut lire, que vous aimiez ou non le genre SF à l’origine.


Ces articles pourraient aussi vous intéresser:
3 Comments, donnez votre avis !
  • Kameyoko a écrit le 25 mars 2009 à 9 h 57 min:

    Ca a l’air quand même bien veilliot. Même si l’histoire semble vraiment intéressante (je me rappelle des différents téléfilms/ films vus), j’ai peur de ne pas trop accroché dû justement au coté ancien du roman.

    Pas sûr de me laisser tenter un jour.

    Néanmoins, bonne critique :)

    RépondreRépondre
  • Serafina a écrit le 25 mars 2009 à 17 h 58 min:

    A vrai dire j’avais un peu le meme apriori. Ca fait un peu penser a de la vieille SF moisie. Et c’est la l’avantage des challenge ABC, ca fait depasser les a-prioris. Et au final, ce n’est pas réellement plus dépassé que du Lovecraft par exemple.

    RépondreRépondre
  • Thalia a écrit le 25 mars 2009 à 21 h 09 min:

    Ayant vu le film au ciné je n’étais pas du tout tentée par le bouquin. Tu m’ouvres une petite curiosité. Surtout si tu dis qu’il peut se comparer à Je suis une Légende.

    Mais je sais pas si je l’aurai un jour entre les mains … peut-être que je le louerai à la biblio .. je ne sais pas encore.

    En tout cas si j’ai l’occasion de le lire je ne dirais pas non. ^^

    Vais devoir me faire une feuille spéciale « livres critiqués par Seraf’ et DabYo à lire » si ca continue :p

    RépondreRépondre
  • Donnez votre avis !

    Comment avoir son avatar sur ifisDead ?