La Laiteuse et son chat de Gerald Duchemin

Serafina dans Critiques, Livres le 26 septembre 2010, avec 1 commentaire
Critiques

La Laiteuse et son chat est un court roman (plutôt une novella même) de Gerald Duchemin. Le roman a été édité une première fois aux feues éditions du Calepin Jaune en 2008, et il est réédité cette année aux éditions du Chat Rouge. Éditions qui ont pour notre grand plaisir ôté l’ignoble couverture d’Estelle Val de Gomis pour une élégante esquisse à la plume d’un chat. Synopsis ?

La Laiteuse et son chat de Gerald Duchemin

Mme Harfang vit dans le sud de la France depuis qu’elle a été rapatriée d’Algérie. Cette vieille femme, odieuse et méchante, une vraie Tatie Danielle, a développé une obsession pour le blanc. Tout chez elle, sur elle, est blanc. Plongée dans son délire de pureté, de virginité, elle qui ne boit que du lait et ôte la croute de son pain, recueille un jour un chat, blanc.

Il est très difficile de vous faire un synopsis d’un roman qui est si court. Alors il faudra vous en contenter. Avant de vous donner mon avis, je tiens à revenir sur la présentation du roman. Comme avec les Contes d’un Buveur d’Ether, nous sommes face à un vrai bijou. Le texte est sur papier bouffant, avec une jaquette presque cartonnée et à forte teneur en coton. Bref, c’est un très beau livre et c’est un vrai plaisir de le lire.

Et le contenu est à la hauteur du contenant. Je découvrais Gerald Duchemin avec ce roman et je suis tombée sous le charme de son style. L’auteur maîtrise très bien la langue et propose un texte riche, aux accents parfois lyriques. On en viendrait même à croire qu’il s’agit d’un roman du XIXème siècle, et dieu sait combien j’adore ce style.

L’auteur réussit à rendre ses personnages attachants, en premier lieu Mme  Harfang, qui de par son obsession du blanc devient un avatar du racisme primaire. Pourtant, malgré l’aberration qu’on peut ressentir, la pitié, on s’attache au personnage avec ses excès. Bien que l’auteur utilise des images fortes, limites caricaturales, on ne tombe pas dans le stéréotype pour autant. Les personnages secondaires sont pourvus d’un ou deux traits de caractère tout au plus, mais cela ne nuit pas à la novella.

La Laiteuse et son chat de Gerald DucheminEn très peu de pages, l’ambiance est posée. Une ambiance à la fois très proche de nous et très onirique. En effet, l’histoire se déroule à Marseille, en France donc, les réactions et personnages sont donc connues et familières, les ragots de quartiers, les vieilles femmes odieuses… Mais le personnage de la Laiteuse, totalement fou, amène une dimension originale à l’ensemble. Son obsession du blanc est proprement fascinante.

La novella appartient au genre Fantastique. Les éléments du genre se mettent en place petit à petit et le suspens est conservé jusqu’aux dernières pages. L’être à l’œuvre est particulièrement recherché, à la fois pervers, et mine de rien attachant. Bien que semant la mort sur son passage, il en reste un esthète, je ne vous en dirais pas plus au risque de vous spoiler.

Pour un premier contact avec l’univers de Duchemin, ce roman est une excellente surprise. De la maitrise des mots à l’ambiance, il n’y a aucun faux pas, et le roman se lit très facilement. Avec ses 120 pages et son superbe papier, je ne peux que vous le recommander que vous aimiez ou non le Fantastique.


Ces articles pourraient aussi vous intéresser:
Un commentaire, donnez votre avis !
  • Vladkergan a écrit le 26 septembre 2010 à 21 h 56 min:

    Un superbe objet en effet, et le contenu n’a pas à rougir face au travail effectué sur la maquette, qui accentue le côté immaculé de l’intérieur dans lequel vit Madame Harfang. C’est intelligemment fait, avec un style lyrique vraiment maîtrisé, le tout pour nous amener sur une chute originale.

    En bref, un bijou : http://blog.vampirisme.com/vampire/?744-duchemin-la-laiteuse-et-son-chat

    RépondreRépondre
  • Donnez votre avis !

    Comment avoir son avatar sur ifisDead ?