La Guerre des Gruulls est le deuxième roman de Jean-Pierre Andrevon publié dans l’anthologie Très Loin de la Terre éditée par Bragelonne il y a quelques semaines. Il fait suite au roman Le Temps des Grandes Chasses dont vous parlait Serafina il y a peu, bien qu’il ait été écrit en 1971, soit deux ans avant, sous le pseudonyme de Alphonse Brutsche. Bien entendu, anthologie ne veut pas dire série et donc il n’y a strictement aucun lien entre les deux œuvres, si ce n’est l’auteur et son talent pour le Space Opera. Synospsis.

Très Loin de la Terre de Jean-Pierre Andrevon

Cela fait désormais des siècles que l’expansion humaine sur les planètes de l’univers ne connaît aucun revers. Bien que limitée à la vitesse de la lumière, cette colonisation de tout ce qui peut l’être a été simplifiée par d’autres avancée technologique, et la première d’entre elle est l’hibernation qui permet à des humains de faire des trajets de cinquante ans sans prendre une ride. Seulement, cela a une limite : lorsque l’extrémité du monde humain se fait attaquer par une autre race intelligente, il faudra plus de cent cinquante ans avant que la Terre ne puisse le savoir. Alors quand on fait face à ennemi qui maîtrise le saut en hyper-espace et un rayon auquel les humains ne peuvent résister, il est tout à parier que la Terre soit rasée bien avant que les informations ne puissent lui parvenir.

La Guerre des Gruulls est donc un Space Opera qui nous montre une guerre entre les humains et une seconde race intelligente, voir plus intelligente même. Cette race qui n’est jamais décrite est mystérieuse et surtout inquiétante pour l’humanité et pour le lecteur lui-même. Andrevon nous présente ici une crainte qui peut être ressentie par nombre d’entre nous, celle d’un ennemi extra-terrestre qui envahirait notre monde et dont les technologies de meurtre surpassent de loin les nôtres. Et c’est exactement ce qu’il se passe ici.

La Guerre des Gruulls de Jean-Pierre Andrevon

Ancienne couverture

L’auteur joue avec une notion que je présente souvent comme la clé de suspens et de l’intérêt de la Fantasy : celle du temps, des qui pro quo, et du manque d’information. Bien que La Guerre des Gruulls ne le traite pas de cette façon, elle l’utilise tout de même pour nous inquiéter avec. Quand vous faites face à un ennemi qui se déplace bien plus vite que vous, et qui peut apparaître partout, vous ne pouvez pas faire grand-chose. Un peu comme si vous vouliez avertir un proche d’un grand danger, mais que quoi que vous fassiez, vous arriveriez forcement après le tueur.

Le livre s’axe donc en deux parties, une première très Space Opera où à de nombreux moments on peut considérer le considérer comme un gros précurseur de nombreux films d’action des années 90 et 00. Je pense notamment à un Starship Troopers dont l’ambiance, les circonstances (guerre contre une autre race) sont tout à fait comparables : on s’engage pour voyager dans l’univers, et on se retrouve à se battre pour une cause désespérée, etc. Cette première partie est vraiment excellente et on tremble avec les personnages piégés dans ces cargos de métal contre des ennemis qui ne craignent pas le moins du monde nos armes.

Vient ensuite une deuxième partie où on suit réellement les personnages qui venaient de nous êtres présentés, une escouade qui pilote un vaisseau mouche. Cette seconde partie est bien moins épique au sens propre du terme, mais tout aussi intéressante. Je n’entrerai pas dans les détails pour ne pas vous en dévoiler l’intrigue mais il s’agit cette fois d’une Science Fiction plus calme, plus exploratrice et scientifique à proprement parlé. Nous allons comme vous vous en douter ainsi découvrir, par un grand hasard, la civilisation extra-terrestre et apprendre à la connaître.

Au final, le livre nous propose une fin crédible et sans raccourcis rocambolesques comme on peut souvent en trouver chez les auteurs typés Philip K. Dick. La cerise sur le gâteau vient sans nul doute du fait que malgré ses presque 40 ans, le roman, les technologies avancées et qui y sont décrites, mais aussi les enjeux, ne sont pas devenu obsolètes. Un roman très agréable qui vient confirmer que Très Loin de la Terre est parfait pour découvrir de la vieille Science Fiction qui une fois encore, n’a pas pris une seule ride !


Ces articles pourraient aussi vous intéresser:
  • Pas encore de commentaire.
  • Donnez votre avis !

    Comment avoir son avatar sur ifisDead ?