Il est difficile de ne pas remarquer sur une table La Grande Bible des Fées d’Edouard Brasey tant sa couverture vous saute aux yeux. D’un doré clinquant, presque aveuglant, le côté criard de cette ouvrage aux éditions Le Pré aux Clercs aurait de quoi en rebuter plus d’un. Cependant ce serait une erreur de s’arrêter à cette première impression tant le contenu est lui bien plus beau.

La Grande Bible des Fées d'Edouard Brasey

La Grande Bible des Fées se veut être une présentation complète de ces créatures mystérieuses que sont les fées et y réussit bien. Les textes se divisent en plusieurs parties appelées « livre ». On retrouve ainsi les livres des origines, les livres historiques (chroniques et légendes), les livres poétiques, le livre des prophétesses, le nouveau testament des fées, l’apocalypse des fées et enfin l’épilogue. De la naissance des fées, leurs origines étymologiques jusqu’à leur système monarchique et les différents types de fées existantes, tout est répertorié. Les références à d’autres ouvrages sont nombreuses et l’ensemble est donc très complet.

Ayant déjà lu pas mal de livres à propos des fées, tous traitant le sujet de manières très différentes, j’ai apprécié de lire ce qui est ici, au final, un condensé d’autres ouvrages sur la féérie. Cependant et bien que cet ouvrage ne soit pas le seul à le faire (pour exemple La Bible des Fées de Teresa Moorey), je peine grandement avec l’association « bible » et « fée ». A ma connaissance les fées ne sont pas supposées être chrétiennes ce qui a un peu gâché ma lecture de la deuxième partie de l’ouvrage.

Fée et Animaux d'Amandine Labarre pour La Grande Bible des Fées d'Edouard Brasey

Fée et Animaux d'Amandine Labarre

Les livres poétiques, assez ésotériques, marquent la fin de la partie encyclopédique des fées. Ils présentent un calendrier magique, une association des fées et des signes du zodiaque, ainsi qu’une série d’invocations dont l’ésotérisme fait gentiment sourire. En revanche la suite devient beaucoup plus chrétienne avec les termes de « prophétesses », « testament », « genèse » et « apocalypse ». Il ne manque pour ainsi dire que les apôtres. Il est difficile lorsqu’on est un peu documenté sur le sujet de ne pas s’agacer devant cette évangélisation massive de croyances païennes.

Ce n’est pas l’habitude de parler du fond avant de la forme mais je vais maintenant revenir sur l’aspect du livre. Comme dit précédemment la couverture dorée criarde n’est en rien représentative de la beauté du contenu. Illustrés par cinq dessinateurs de talent, les textes sont enluminés avec soin donnant à l’ensemble un cachet très particulier. A raison de presque une page d’illustration pour chaque page de texte, sans compter celles plus petites qui parsèment les chapitres, il est difficile de ne pas rester admirer ces œuvres en oubliant de lire.

La Grande Bible des Fées d'Edouard BraseyCependant il est regrettable que l’ensemble de l’ouvrage n’est pas été visuellement traité de la même manière. En effet, jusqu’à la fin des livres poétiques, les pages ont une belle couleur parchemin beige foncé et l’ensemble des illustrations restent dans des dominantes automnales rendant l’ensemble très apaisant.

Arrivé là, les pages sont bien plus claires et les couleurs deviennent bien plus vives créant une vraie démarcation et rendant l’ensemble bien moins agréable à regarder.

Au final La Grande Bible des Fées reste un magnifique livre aux illustrations superbes qu’il convient de lire avec un certain pragmatisme et dont la deuxième partie doit plutôt être lue comme une série de fictions fantaisistes. Un beau cadeau pour tout amateur de féérie.


Ces articles pourraient aussi vous intéresser:
  • No comments yet.
  • Donnez votre avis !

    Comment avoir son avatar sur ifisDead ?